angles de vue...

Point de vue africain sur des questions de la culture et de l'actualité. Petit journal des idées de l'auteur. Les rêves et l'imagination d'un homme qui a vu sourire les étoiles et qui s'est promis de sentir le parfum de toutes les matinées embaumées.

13 juillet 2008

Le Coran n'a pas aboli l'esclavage mais...

Le Coran n’a pas aboli l’escavage mais…



marche_esclaves_jerome_1_

                           Pourquoi lit-on dans les Mille et une nuits que les notables, les princesses, et la haute société étaient servis par des esclaves hommes et femmes sur lesquels on ne s’attarde pas ? Comment ces contes pouvaient-ils faire état d’histoires d’eunuques noirs, c'est-à-dire d’esclaves à qui on a coupé le sexe ? Pourquoi un poète comme Abu Nawas possède-t-il une djariya (« esclave femme) et un ghulâm (homme) avec lesquels il entretient librement un commerce sexuel ? Pourquoi Soliman le Magnifique se faisait-il garder son harem par des eunuques blancs et noirs ? Pourquoi ce pieux personnage ne craignait-il pas Dieu en coupant la langue à ses bostandjis (bourreaux esclaves) ? Pourquoi le grand roi marocain, Moulay Isma’îl, se faisait-il protéger par une armée d’esclaves importés d’Afrique ? Et surtout, d’où venaient ces serviteurs blancs et noirs ? Sont-ils allés à Istanbul, à Baghdad, à Damas, à Méknès par envie de tourisme ? Ont-ils préférés quitter leur famille, leurs parents, leur village, leur société, afin d’« émigrer » vers ces pays, en traversant (pour les noirs) le Sahara aride et périlleux, pour se retrouver au final sous la coupe de maîtres étrangers ? Sont-ils allés se vendre eux-mêmes pour être châtrés, ou pour avoir la langue coupée, et rentrer ainsi au service du sultan ou du calife ?

Le vocabulaire arabe est particulièrement riche pour désigner ces différentes catégories des sans-liberté : ‘abd, ‘abîd, riqq, raqîq, jâriya, jawârî (réservé aux esclaves femmes), ghulâm (réservés aux jeunes esclaves hommes), raqba (mot coranique qui signifie « nuque » ou « tête »), zandj ou aswad (noir, venant à signifier « esclave »), mamlouk (« possédé »), khaddam (serviteur domestique), etc. L’expression la plus générique qui les désigne toutes prend source dans le langage imagé du Coran : ma malakat aymanoukoum (« ce que votre droite a possédé »).

Alors, voyons ce que le Coran dit de l’esclavage… L’a-t-il vraiment aboli, comme on l’entend souvent ? Si tel est le cas, pourquoi l’esclavage a-t-il continué en terre d’islam pendant et après le Prophète ? 

         

       

Un mythe tenace

    

esclave_noirOn ne peut pas avoir une discussion sur l’esclavage en islam sans entendre citer le cas réputé exemplaire de Bilâl al-Habachi, esclave noir d’abord possédé par Abu Bakr et affranchi par lui, qui choisit ensuite de servir le Prophète. Mohammad (sws) s’attacha donc le service de Bilâl, mais en arrivant à Médine, il décide de faire de lui le premier muezzin de l’islam. Geste certes d’une grande portée symbolique. Mais comme on le verra, aussi important soit-il, cet acte n’est pas une abolition de l’esclavage. Bilâl l’Abyssinien n’est pas libéré par le Prophète à Médine, mais par son compagnon Abu Bakr à la Mecque. Le Prophète n’a fait que le promouvoir à un rôle social distingué, du fait de sa qualité de musulman. Sa promotion sanctionne donc sa foi, pas sa qualité d’être humain. La différence du point de vue qui nous intéresse est immense.

       

       

      

L’ordre de la création

Selon le Coran, Dieu a créé l’univers et y a mis chaque être à sa place. L’humanité et les djinns ne sont créés que pour adorer Dieu. Aussi Dieu est le maître de l’homme, tandis que l’homme est l’esclave de Dieu (la racine de ‘ibâd, les hommes, est la même que celle qui sert à former le mot esclave et le mot ‘ibâda, prière et adoration de Dieu). Le péché par excellence de la créature humaine est de vouloir être l’égale de son Créateur.

Mais la hiérarchie des êtres de s’arrête pas là. Dieu Tout-Puissant a voulu une inégalité parmi les hommes et vouloir introduire une égalité parfaite relève d’un acte qui contrarie sa volonté :

« Dieu a favorisé certains d’entre vous plus que d’autres dans la répartition de ses dons
Que ceux qui ont été favorisés ne reversent pas ce qui leur a été accordé à leurs esclaves
au point que ceux-ci deviennent leurs égaux
nieront-ils les bienfaits de Dieu ? »

(XVI : 71)

____________

« Il vous a proposé une parabole tirée de vous-même
Avez-vous, parmi vos esclaves, des associés
Qui partagent les biens que nous vous avons accordés
En sorte que vous soyez tous égaux ? Les craignez-vous comme vous vous craignez mutuellement ? »    (XXX : 28)

" وَاللّهُ فَضَّلَ بَعْضَكُمْ عَلَى بَعْضٍ فِي الْرِّزْقِ فَمَا الَّذِينَ فُضِّلُواْ بِرَآدِّي رِزْقِهِمْ عَلَى مَا مَلَكَتْ أَيْمَانُهُمْ فَهُمْ فِيهِ سَوَاء أَفَبِنِعْمَةِ اللّهِ يَجْحَدُونَ"

(النحل، 71)

______

" ضَرَبَ لَكُم مَّثَلاً مِنْ أَنفُسِكُمْ هَل لَّكُم مِّن مَّا مَلَكَتْ أَيْمَانُكُم مِّن شُرَكَاء فِي مَا رَزَقْنَاكُمْ فَأَنتُمْ فِيهِ سَوَاء تَخَافُونَهُمْ كَخِيفَتِكُمْ أَنفُسَكُمْ كَذَلِكَ نُفَصِّلُ الْآيَاتِ لِقَوْمٍ يَعْقِلُونَ"

(الروم ، 28)

Aussi, l’une des manières de renier (djouhoud) le Maître des univers consiste à ignorer cette inégalité. Le Miséricordieux n’a pas gratifié l’esclave et l’homme libre des mêmes bienfaits et ceci est un ordre naturellement voulu par Lui.

Les apologistes de l’islam qui arguent que la traduction par « esclave » de ma malakat aymanoukoum n’ont à mon avis pas tout à fait tort (cf. conclusion plus bas). Littéralement, cette expression signifie « ce que vous possédez par la droite » ou « ce que votre droite a possédé ». Il n’en demeure pas moins qu’elle est indéniablement appliquée à des êtres humains qui sont censés être « possédés » par un « propriétaire » que le texte ne nomme pas (autrement que par « croyants » ou « musulmans »). La réalité donc ainsi désignée, même si elle était naturellement vécue et acceptée par ceux qui la subissaient, rentre bien dans la définition de que nous appelons globalement « esclavage », même s’il s’agit d’un esclavage spécifique à cette époque.

zandj

En cas de meurtre, la valeur de la vie des êtres humains n’est pas égale selon le texte divin. La Loi du Talion – la punition est identique à l’offense –  qu’il prescrit (II : 178) veut qu’on ne compense pas la vie d’un homme libre par celle d’un esclave ou celle d’une femme parce que ces vies ne se valent pas. Au contraire, les croyants sont conviés à ne mesurer la vie d’un homme libre qu’avec celle d’un homme libre, celle d’un esclave qu’avec celle d’un autre esclave, celle d’une femme qu’avec celle d’une femme. Les statuts sont ainsi bien différenciés :

" يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ كُتِبَ عَلَيْكُمُ الْقِصَاصُ فِي الْقَتْلَى الْحُرُّ بِالْحُرِّ وَالْعَبْدُ بِالْعَبْدِ وَالأُنثَى بِالأُنثَى فَمَنْ عُفِيَ لَهُ مِنْ أَخِيهِ شَيْءٌ فَاتِّبَاعٌ بِالْمَعْرُوفِ وَأَدَاء إِلَيْهِ بِإِحْسَانٍ ذَلِكَ تَخْفِيفٌ مِّن رَّبِّكُمْ وَرَحْمَةٌ فَمَنِ اعْتَدَى بَعْدَ ذَلِكَ فَلَهُ عَذَابٌ أَلِيمٌ "  (البقرة ، 178)

« Ô vous qui croyez ! La loi du Talion vous est prescrite en cas de meurtre : l’homme libre pour l’homme libre, l’esclave pour l’esclave, la femme pour la femme (…) » ( Coran, II :178)

Si l’on reconstruit donc la hiérarchie de la création selon les versets cités, on aboutit à une pyramide de statuts inégaux qui ressemble à la suivante :

Dieu
L’homme  /  le djinn
L’esclave

Dieu est maître de l’homme libre, qui est lui-même maître de l’esclave. Aussi, en vertu de cette inégalité rigoureusement instituée, l’esclave n’est pas concerné par l’héritage et son témoignage ne vaut rien. Seul l’homme libre a droit à ces privilèges, qui lui sont octroyés par le Seigneur comme autant de gratifications (ni’ma). A aucun moment du texte le Coran ne condamne, ni n’abolit l’esclavage.

    

       


Le traitement réservé à l’esclave : al ihsân

Si le Coran n’a pas libéré l’esclave, il a néanmoins longuement insisté pour qu’on le traite humainement et avec bonté. L’ihsân qui est dû à l’eسclave est le même, nous dit le texte, que celui qui est dû aux parents, aux voisins et aux orphelins. Les recommandations de la sourate des femmes sont explicites :

« Adorez Dieu ! Ne lui associez rien !
Vous devez user de bonté envers vos parents, vos proches, les orphelins, les pauvres, le client qui est votre allié et celui qui est étranger ;
le compagnons qui proche de vous, les voyageurs et les esclaves
Dieu n’aime pas celui qui est insolent et plein de gloriole »
(IV : 36)

" وَاعْبُدُواْ اللّهَ وَلاَ تُشْرِكُواْ بِهِ شَيْئاً وَبِالْوَالِدَيْنِ إِحْسَاناً وَبِذِي الْقُرْبَى وَالْيَتَامَى وَالْمَسَاكِينِ وَالْجَارِ ذِي الْقُرْبَى وَالْجَارِ الْجُنُبِ وَالصَّاحِبِ بِالجَنبِ وَابْنِ السَّبِيلِ وَمَا مَلَكَتْ أَيْمَانُكُمْ إِنَّ اللّهَ لاَ يُحِبُّ مَن كَانَ مُخْتَالاً فَخُورا "

(النساء ، 36)

De même, les pouvoirs du maître ne sont pas illimités. Par exemple, il n’a pas le droit de contraindre son esclave à la prostitution. Mais en insistant sur ce traitement indulgent, le texte reconnaît implicitement la légitimité de l’esclavage, ou de la forme très particulière d’esclavage qu’on pratiquait à son époque.

Cependant, une recommandation de taille, celle par excellence qui distingue le Coran en ce domaine, consiste en ce que le maître est encouragé (mais non obligé) à affranchir son esclave si celui-ci le lui demande :

« Ceux qui ne trouvent pas à se marier rechercheront la continence jusqu’à e que Dieu les enrichisse par sa faveur. Rédigez un contrat d’affranchissement pour ceux de vos esclaves qui le désirent si vous reconnaissez en eux des qualités et donnez leur des biens qu Dieu vous a accordés. Ne forcez pas vos femmes esclaves à se prostituer pour vous procurer les biens de la vie de ce monde alors qu’elles voudraient rester honnêtes (…) » (XXIV : 33)

" وَلْيَسْتَعْفِفِ الَّذِينَ لَا يَجِدُونَ نِكَاحاً حَتَّى يُغْنِيَهُمْ اللَّهُ مِن فَضْلِهِ وَالَّذِينَ يَبْتَغُونَ الْكِتَابَ مِمَّا مَلَكَتْ أَيْمَانُكُمْ فَكَاتِبُوهُمْ إِنْ عَلِمْتُمْ فِيهِمْ خَيْراً وَآتُوهُم مِّن مَّالِ اللَّهِ الَّذِي آتَاكُمْ وَلَا تُكْرِهُوا فَتَيَاتِكُمْ عَلَى الْبِغَاء إِنْ أَرَدْنَ تَحَصُّناً لِّتَبْتَغُوا عَرَضَ الْحَيَاةِ الدُّنْيَا وَمَن يُكْرِههُّنَّ فَإِنَّ اللَّهَ مِن بَعْدِ إِكْرَاهِهِنَّ غَفُورٌ رَّحِيمٌ "
(النور ، 33)

esclave_gerome_1_Ainsi, l’affranchissement de l’esclave reste à l’entière discrétion de son propriétaire. C’est à ce dernier de juger si son serviteur présente les qualités (ou la bonté) nécessaires à sa libération. Point de liberté donc si le maître n’est pas d’accord, et point de loi qui l’oblige à le faire. Au contraire, il y’en a une qui lui permet de garder son serf sous la servitude. Ceci dit, l’exhortation à l’affranchissement est menée par des moyens puissants et bien des hadiths le présentent comme une action capable d’expier les plus grands péchés du croyant. Le Coran pousse même le propriétaire à dépenser de ses propres biens au bénéfice des esclaves en les libérant. Curieuse attitude qui maintient l’esclave dans un statut inférieur, qui réprouve l’égalité, mais qui pousse en même temps à son affranchissement et à son traitement humain, sans jamais décréter son abolition.

Seuls les esclaves musulmans des deux sexes sont autorisés à se marier légalement avec un homme libre. Les esclaves non musulman(e)s ne peuvent évidemment contracter un mariage avec un(e) musulman(e). Cependant, le maître d’une esclave a le droit de la prendre sexuellement pour en jouir, sans être contraint à quoi que ce soit, même pas à la prendre comme épouse :

« A l’exception des hommes chastes (29), qui n’ont de rapports qu’avec leurs épouses et avec leurs esclaves [ou captives de guerre], ils ne sont donc pas blâmables (30), tandis que ceux qui en convoitent d’autres sont transgresseurs (31). »
(LXX : 29-31)

" وَالَّذِينَ هُمْ لِفُرُوجِهِمْ حَافِظُونَ{29} إِلَّا عَلَى أَزْوَاجِهِمْ أَوْ مَا مَلَكَتْ أَيْمَانُهُمْ فَإِنَّهُمْ غَيْرُ مَلُومِينَ{30} فَمَنِ ابْتَغَى وَرَاء ذَلِكَ فَأُوْلَئِكَ هُمُ الْعَادُونَ{31} "
(المعارج ، 29-31)

Les principes de cette inégalité des êtres sont donc étayés par une répartition des privilèges accordés aux uns à l’exclusion des autres. Evidemment, un(e) esclave n’a aucun droit sur le physique de son maître, cela va de soi. Mais surtout, la femme du maître, contrairement à son mari qui peut prendre sexuellement celles qui lui plaisent parmi les esclaves et les captives, n’a pas le droit de prendre sexuellement un esclave ou un captif. Ce privilège est celui de l’homme croyant, à qui vraisemblablement appartient et l’épouse, et l’esclave femme et l’esclave homme. Une petite comptabilité, en fonction du droit à l’héritage, du témoignage et du droit sexuel, peut nous donner une idée approximative de la hiérarchie sociale selon le Coran.

Privilèges

L’homme libre

La femme libre

L’esclave (h/f)

Héritage[1]

+ (1 part)

+ (½ part)

(½ ?)

Témoignage

+ (1 valeur)

+ (½ valeur)

(0)

Droits sexuels matrimoniaux

+ (4 épouses)

+ (1 époux)

+ (1 époux/se)

Droits sexuels sur les captives

+ (sur toutes)

(0)

(0)

Le tableau ci-dessous nous dit que celui qui cumule le plus de privilèges (+), c’est l’homme libre, qui peut à la fois devenir maître, prétendre à une part complète d’héritage, au témoignage valide et aux droits sexuels à la fois sur ses épouses et ses captives. Celui, à l’opposé, qui cumulent les désavantages (–) est évidemment l’esclave, privé d’abord de liberté, ensuite, du témoignage, et des autres droits dont jouit son propriétaire, mais pouvant quand même prétendre (semble-t-il) à la moitié de l’héritage (clause à relativiser puisqu’il est lui-même la propriété de quelqu’un d’autre). La femme semble se situer entre les deux : la valeur récurrente chez elle est ½, tandis que celle qui revient chez l’esclave est 0, alors que le maître se réserve le tout. Par ailleurs, l’esclave (surtout femme) est à vrai dire épousée, elle n’épouse pas : le croyant pauvre, qui ne peut payer une dot pour s’unir à une musulmane libre, est ainsi autorisé à s’unir à une captive ou esclave (XVII : 25).

L’évocation voilée de la castration au verset XXIV : 30 est autrement plus inquiétante. Non seulement le Coran ne condamne pas la castration, mais ce passage semble la tolérer et la reconnaître comme pratique. Il est dit en effet que les femmes (libres s’entend) ne doivent montrer leurs atours qu’à leurs enfants, à leurs « esclaves », etc. mais aussi « à leurs serviteurs mâles incapables d’actes sexuels »  "غَيْرِ أُوْلِي الإِرْبَةِ مِنَ الرِّجَال". Comment ne pas voir des eunuques, c'est-à-dire des esclaves châtrés (sur lesquels on a pratiqué une ablation des testicules et du sexe) devenus incapables de « besoins » sexuels dans cette expression ?   

   

   

Le fiqh et l’esclavage

Le fiqh (exégèse et jurisprudence musulmanes) a promu des règles rigoureuses qui s’appliquent au statut de serf. Par exemple, les peines qui s’appliquent à l’esclave sont de moitié réduites (ce qui peut paraître comme un avantage, s’il ne consacrait pas l’inégalité). Au niveau vestimentaire, les femmes esclaves sont empêchées de paraître dans les tenues pudiques réservées aux musulmanes et sont, par suite de cette discrimination, dispensées du « voile » (ou de ce qui lui tient lieu). Des auteurs prestigieux ont rédigé des traités ou des textes qui enseignent comment acheter des esclaves au marché sans se faire avoir. Le grand Ibn Khaldûn a prodigué au début de la Muqadima (Introduction au Livre des exemples) quelques conseils succincts dans ce sens. Ibn Bûtlân (mort en 1063) a écrit une Rissala fî chary al ‘Abîd (« Epître sur l’achat des esclaves ») montrant quels critères il faut adopter pour éviter les pièges du marché et faire de « bonnes affaires » en matière d’achat d’esclaves. Les plus grands juristes ont fourni, au terme d’un idjtihad (« effort de compréhension et d’interprétation du Coran ») méritoire, un cadre juridique au commerce d’esclaves destiné à le réglementer et à le légitimer coraniquement. S’il n’y a pas de code spécifique à l’esclavage, les écrits des différents théologiens comportent souvent des sections et des sous-sections qui en traitent. Ainsi, l’imâm al-Chafi’i  emboîte le pas à Sohnoun dans sa réglementation de l’achat et la vente des serfs. Mais la dissémination de ces écrits rend invisible l’arsenal juridique dédié à la traite des êtres humains. De ce point de vue, il manque un manuel qui puisse réunir toutes les parties en un seul volume.

Le statut de l’esclave est ambigu, car il est tantôt traité comme un adami, un être humain (bonté, bienveillance envers lui sont de mise), tantôt comme une marchandise soumise aux lois du commerce.

Il est interdit en principe de réduire un musulman en esclavage. Le seul cas où un musulman peut être esclave est celui où il est né de parents eux-mêmes esclaves. Toutefois, un esclave qui devient musulman ne s’affranchit pas automatiquement pour autant. Une autre originalité de cette jurisprudence est qu’un esclave peut acheter lui-même sa propre liberté, à condition qu’il en ait les moyens et sous réserve de l’accord de son maître : il est dit alors mukâtab. En revanche, il est moudabbar si son maître spécifie qu’à sa mort, l’esclave peut recouvrir la liberté. Un troisième statut fondé sur le Coran concerne les femmes. Une femme dit Oum walad (mère d’un enfant mâle) est ipso facto affranchie à la mort de son maître. Sa descendance conserve un walae (patronat) qui la lie à ses anciens maîtres.

      

       

Conclusion

Il est difficile de demander aux textes d’une religion de favoriser la laïcité, de condamner l’esclavage, de réprouver l’homophobie, de promouvoir la parité, la liberté d’expression et d’opinion et la protection de l’environnement, de prescrire l’égalité parfaite entre tous les hommes, quelque soit leur origine ethnique, linguistique, etc. C’est que les religions monothéistes sont étroitement liées au monde antique, étranger à ces valeurs. C’est que leur poser de telles questions relève d’un anachronisme monstrueux. Certains de ces acquis désormais universels datent d’il y a à peine 30 ans. Alors, comment voulez-vous qu’un texte de la fin du monde antique puisse les connaître ? Deux manières d’approcher les corpus me semblent disjointes et parfois contraires. Il y a d’abord celle de l’historien, qui cherche à percer le sens que tel ou tel passage avait au moment de sa révélation et la façon dont il a été utilisé par le Prophète lui-même. Cette approche historique tient à savoir ce qui s’est réellement passé à cette époque, en utilisant les outils de connaissance modernes, loin de tout souci de dénigrement ou d’apologie. Une deuxième approche est celle de l’herméneute moderniste qui cherche à découvrir dans le texte coranique lui-même des virtualités de sens jusque là pas ou peu exploitées, afin de proposer des interprétations du Coran qui sont plus compatibles avec les idées, les valeurs et les exigences de notre époque. L’herméneute, dont le travail est nécessaire, voire salutaire, est en quelque sorte un « révisionniste » dans le bon sens du terme. Son travail est rendu nécessaire par les siècles et les années qui sont passés et qui nous ont irrémédiablement éloigné des réalités que le Coran entendait régir. Son rôle est de concilier le texte avec les exigences de son époque. Le monde islamique a un besoin pressant de ces professionnels. Leur absence livrerait ses sociétés aux pires délires des intégristes ou aux dogmatiques et archaïques doctrines des conservateurs.

Les recommandations que le Coran adresse aux propriétaires d’esclaves, dans le sens de leur traitement humain et indulgent, sont indéniables. L’exhortation des croyants à affranchir les esclaves, au point de présenter cette action comme une expiation des péchés du maître est probablement une innovation audacieuse par rapport aux codes régissant l’esclavage dans l’Arabie préislamique. Les esclaves dont parle le Coran ne sont pas ceux qui travaillent dans les plantations de canne à sucre mais essentiellement des serviteurs domestiques et des captifs de guerre réduits à ce statut. Le nom même qu’il leur donne, qu’on peut traduire par les « possédés » (ma malakat aymanoukoum), montre que la réalité dont il est question est loin d’être celle des Antilles des siècles plus tard. « L’esclave » est en effet loin d’être une réalité permanente de tous les temps.

Il n’en demeure pas moins qu’un « possédé » de cette époque est privé de liberté. Un statut strictement inférieur lui est réservé, qui le prive des droits élémentaires octroyés à un musulman normal. Des mesures destinées à le discriminer d’un simple musulman sont édictés par les juristes sur la base des versets cités. Le Coran donne sans ambages au maître des droits sexuels sur son esclave femme. De même, l’assertion que l’islam ou le Coran a aboli l’esclavage des siècles avant son abolition en Europe est totalement fausse et n’a aucun fondement historique. Si tel était le cas, pourquoi donc les plus grands juristes de l’islam ont-ils codifié cette pratique ? Pourquoi un phénomène aboli par le Coran continue-t-il à exister massivement dans les sociétés musulmanes pendant et après le Prophète ? Non, loin d’abolir l’esclavage, le Coran a cherché à l’adoucir, à le rendre plus humain, tout en le réglementant, en le reconnaissant et en le fondant sur la volonté et l’ordre divins. L’évolution des sociétés arabes et islamiques a montré que ces passages du Coran ont été largement utilisés pour fonder une horrible traite négrière orientale et un commerce d’esclaves chrétiens mais aussi une importation durable de femmes des quatre coins de la terre pour alimenter les harems et les désirs des états musulmans. J’espère avoir le temps d’évoquer ces commerces florissants d’êtres humains à travers l’histoire des empires islamiques.

La volonté d’abolir le phénomène vient plutôt des réformateurs modernes qui cherchent dans le Coran, à la manière des herméneutes dont nous avons parlé, d’autres possibilités de sens plus égalitaires, plus conformes aux idées des Lumières européennes. Et ils ont raison de le faire, car mieux vaut tard que jamais. En revanche, ils n’ont pas raison de passer sous silence les siècles où les empires s’appuyaient sur une main d’œuvre servile. Pourquoi les cultures européennes seraient-elles les seules à remettre leur histoire en cause ? Les cultures musulmanes devraient aussi regarder leur passé en face, le critiquer et dénoncer ce qu’il comporte d’inacceptable. C’est une démarche plus que salutaire, à une époque où des mouvements fanatiques tendent à revivifier tel quel ce passé.


[1] Sur l’héritage, il faut souligner que le droit des femmes à l’héritage est affirmé (IV: 7), ce qui est une avancée, mais seul le verset  IV : 12 semble pencher vers l’égalité des hommes et des femmes, alors que tous les autres approuvent le principe 1 homme = 2 femmes, notamment IV : 176 de la même sourate. Quant au témoignage, il est vrai que le verset cité vise certains témoignages spécifiques (commerce, meurtres, etc.). Il n’en demeure pas moins qu’une égalité au sens moderne ne souffre pas de ces nombreuses exceptions (à l’avantage de l’homme). 

   

    

Note :

Ceci n’est rien d’autre qu’une façon de soumettre à la raison critique un texte religieux vieux de plusieurs siècles. C'est une manière de refuser le tabou et d'examiner sans complaisance sa propre histoire sociale et culturelle. Je tiens absolument à préciser que les musulmans contemporains ne sont pas esclavagistes comme essayent de le prouver les sites racistes. Les parties de texte ici évoquées sont généralement obsolètes. Les musulmans contemporains, mis à part quelques groupuscules théocratiques ou fascistes, soit les ignorent, soit les réinterprètent dans un sens favorable à l’abolition de l’esclavage. Cette réflexion est donc purement historique et philologique et ne doit pas induire en erreur quand à la nature de l’islam ou des musulmans actuels, dont je fais partie. Il n’en demeure pas moins que l’esclavage n’a pas encore disparu de la surface terrestre, en dépit des condamnations musulmanes et autres dont il a fait l’objet.

Naravas


Posté par Naravas à 17:25 - RELIGIEUSEMENT VOTRE - Commentaires [70] - Permalien [#]

Commentaires

    J'ai trouvé ton article très clair sur l'Islam et l'esclavage. Je retiens que Mahomet et ses successeurs n'ont jamais remis en cause l'esclavage car c'était un fait de l'époque par contre ils ont eu le mérite de "réglementer" les relations entre maître et esclave afin de prévenir les dérives les plus inhumaines auxquelles peut mener l'esclavage et ils ont même tenté d'encourager la démarche d'affranchissement.

    Cette démarche me rappelle celle de Paul de Tarse concernant les relations entre esclaves et maîtres dans son épître aux Ephésiens (chapître 6, versets 5 à 9): Esclaves obéissez à vos maîtres d'ici bas avec crainte et tremblement [...] Et vous, maîtres, faîtes de même à leur égard. Laissez de côté la menace [...].

    J'aurais une question au sujet de l'histoire de la religion islamique : est-ce que dans le passé, il y a eu des controverses religieuses sur l'esclavage comme celle de Valladolid, dans le monde chrétien, au sujet des Indiens d'Amérique ?

    Posté par Cisseron, 13 juillet 2008 à 21:40
  • [quote]J'ai trouvé ton article très clair sur l'Islam et l'esclavage. Je retiens que Mahomet et ses successeurs n'ont jamais remis en cause l'esclavage car c'était un fait de l'époque par contre ils ont eu le mérite de "réglementer" les relations entre maître et esclave afin de prévenir les dérives les plus inhumaines auxquelles peut mener l'esclavage et ils ont même tenté d'encourager la démarche d'affranchissement.[/quote]
    Ce qui pour l'époque considérée est considérable.
    D'autre part; beaucoup des dispositifs mis en place par le Coran sont graduels.
    Bien que les tendances sociétales et l'idéologie apparaissent en filigrane dans l'article mais je trouve aussi que l'analyse vaut la peine d'être lue.

    Posté par jnsplu, 16 juillet 2008 à 17:08
  • Islamophobes versus Apologistes

    @ Cisseron
    Je reviendrai sur la question des controverses concernant l'esclavage. Mais je voudrais te dire que je suis content de te lire, car j'ai l'impression que tu renforces la position où je suis. Comment critiquer l'islam sans paraître islamophobe ? Telle est la question qui se pose en effet pour un blogueur, étant donné que sur internet la majorité des thématiques "critiques" envers l'islam (voile, femmes, esclavage, etc.) sont largement et massivement inversties par l'extrême droite et les racismes anti-arabes ou anti-musulmans. En rappelant que le christianisme a adopté des positions proches de celles de l'islam en matière d'esclavage, tu décloisonnes les catégories du raisonnement "racial"

    @jnsplu
    Je rappelle contre les islamophobes que 1) les esclaves dont parle le Coran ne sont sûrement pas ceux des plantations (sens relatif de la réalité "esclave" selon les époques); 2) le Coran a appelé à l'humanisation des rapports maîtres/esclaves; 3) le Coran a hautement valorisé l'affranchissement d'un(e) esclave;

    Mais aussi je rappelle contre les apologistes inconditionnels de l'islam que 1) le Coran a instauré une inégalité rigoureuse entre les deux statuts (hommes libres/esclaves); 2) qu'à aucun moment il n'abolit l'esclavage; 3) qu'il institue des droits de jouissance sexuelle du musulman sur ses esclaves femmes.
    Donc, je suis absolument contre ta théorie des "dispositifs graduels" (concernant ce cas). Le texte ne parle pas de l'esclavage comme il parle de l'alcool; il ne trace aucune courbe dont l'aboutissement serait l'abolition de l'esclavage. Au contraire, il donne une caution divine à l'inégalité et il légifère sur ce que doivent être les rapports de maître à esclave.

    Bien à vous,

    NVS

    Posté par Naravas, 16 juillet 2008 à 23:35
  • Quand je dis graduel, c'est par rapport à la situation des esclaves avant l'avènement de l'Islam d'une part et à l'instauration d'une "ouverture" vers l'émancipation qui a conduit dans les pays musulmans, sauf quelques ilôts à l'affanchissement massif des esclaves bien avant la libération des Amériques.

    Et ...oui dans l'absolu, l'islam consacre la qualité d'esclave comme normale bien qu'il l'assortit de conditions humanisantes et assouplit la relation sans la rompre carrément.
    Mais vous devez certainement savoir que les règles en Islam s'interprètent en fonction de la situation d'espace et de temps.

    La faute à mon avis incombe à nos Oulémas qui ne font que reprendre ce qu'ils appellent les règles "transmises" en y incorporant le "Idjmaâ" constitué par une analogie faite il y a 14 siècles et verrouillée pour les raisons que l'on sait et transformée en source immanente avec ses tares et ses conflits.

    A l'ère de la parabole, l'Idjmaa peut aujourd'hui être réalisé et la remise en cause de certains aspects de certaines règles, peut être envisagée par nos Oulémas et doit l'être s'ils ne veulent pas un débordement qui entrainera l'éloignement de la jeunesse de la religion.

    Déjà qu'il me semble que le prophète aurait ordonné la transcritpion du Coran par écrit mais aurait déconseillé ou interdit l'écriture de sa tradition.

    S'il l'a fait c'est surement pour dire que seul le Coran mérite notre attention et doit être interprété. Mais si c'est le cas c'est que les théologiens après lui ont décidé de compiler sa sunna et en ont fait un corpus plein d'anachronismes pour ensuite trouver des justifications à son application puisées dans le Coran et dans la Sunna elle même.

    Je suis d'accord avec toi pour dire qu'il faut débroussailler si on veut redonner de la vigueur à cette religion et pour le faire il faut accepter d'être piqué par les ronces.

    Posté par jnsplu, 17 juillet 2008 à 12:49
  • Histoire méconnue

    @ jnsplu

    Il est vrai que le Coran a instauré une "ouverture" vers l'affranchissement comme tu le dis (ce qui est une avancée incontestable), mais l'histoire du monde islamique montre au contraire (malheureusement) qu'elle est insuffisante : alors là, attention à l'apologie, il n'y a jamais eu d'affranchissement massif des esclaves !!! Bien au contraire, dans tous les empires et états musulmans après le Prophète, il y a eu usage massif des esclaves hommes pour les tâches les plus ingrates, et usage des esclaves femmes pour les tâches domestiques et souvent sexuelles. Le Coran a donné le droit à ces gens de faire des rapports sexuels avec leurs djawari, servantes, etc. et ils en ont largement usé (et abusé), et en toute liberté ! Le Coran leur a parlé des châtrés (en termes imagés), ils ont pris des noirs et leur ont coupé le sexes pour qu'ils gardent leur harem. Soliman le Magnifique autant que Haroun Al Rachîd avaient des esclaves et des eunuques. Ils ne se pensaient pas comme des transgresseurs du texte divin mais comme de pieux prsonnages chargés de le faire respecter. Etc., etc.

    Il est vrai que c'est un secteur de l'histoire islamique qui n'est pas très connu et qui est resté tabou. J'espère pouvoir revenir sur l'ampleur des traites d'esclaves tout au long des siècles musulmans...

    Bien à toi,

    NVS

    Posté par Naravas, 17 juillet 2008 à 23:22
  • RE: Naravas

    J'aime faire des comparaisons entre le monde islamique et le monde chrétien, sans pour autant chercher à établir une hiérarchie qui pour moi n'a pas de sens. C'est pourquoi, je me suis permis de citer cet extrait de l'épitre de Paul où il donne sa vision des relations entre maître et esclave, vision s'inscrivant dans un cadre plus vaste qui celui des soumissions réciproques puisqu'il aborde aussi les relations entre époux ainsi que celles entre parents et enfants.

    Pour rester dans cette approche comparative et faire écho à ton commentaire "histoire méconnue", l'affirmation d'un ordre divin de la Création où Dieu est au sommet et l'esclave au plus bas de l'échelle a donc décomplexé les musulmans des classes aisées vis à vis de l'esclavage.

    Une telle affirmation ne se trouve pas dans la Bible. La conséquence est que les colonisateurs européens du continent américain n'avaient pas d'alibi religieux pour justifier l'emploi d'esclaves afin de tirer profit des nouvelles richesses naturelles de ces terres conquises.

    Cette absence d'alibi est à l'origine de l'apparition, dès la Renaissance, dans le monde occidental, d'idéologies visant à établir une hiérarchie des êtres humains fondée sur de pseudo-justifications biologiques et biométriques afin de justifier l'utilisation d'esclaves africains sur le continent américain.

    Finalement, que ce soit dans le monde islamique ou dans le monde chrétien, les classes aisées se sont trouvées des constructions intellectuelles permettant d'exploiter d'autres êtres humains tout en se donnant bonne conscience.

    Posté par Cisseron, 19 juillet 2008 à 19:51
  • [quote]"Finalement, que ce soit dans le monde islamique ou dans le monde chrétien, les classes aisées se sont trouvées des constructions intellectuelles permettant d'exploiter d'autres êtres humains tout en se donnant bonne conscience."
    [/quote]

    Exemple des musulmans ayant cotoyé le prophète: Abou Bakr qui a dépensé sa fortune, collossale pour l'époque et s'est même endetté, pour acheter et affranchir des esclaves dans le dessein de plaire à Dieu. Qui en occident à fait pareil même après Dix siècles.
    Je ne pense pas qu'a l'heure actuelle il y ait des musulmans qui aient une connaissance de l'Islam du niveau de celle d'Abou Bakr.
    Quant aux ennuques, il s'agit là en fait d'une dérive attribue à l'Islam et qui va à l'encontre de son esprit, car constituant une pratique contre nature.
    La règle est une chose, son interprétation une autre car supposant des connaissances ayant trait aux causes, aux situations et à des paramètres d'espace et de temps pour permettre de conserver l'esprit de la loi en l'applicant aux cas particuliers. Or les interprétations en Islam ont souvent sacrifié l'esprit de la loi pour n'en conserver que la forme. ("Inna anzalnahou rahmatan lil3alamine"). Comment accorder ce verset avec la pratique des ennuques ?

    Posté par jnsplu, 24 juillet 2008 à 17:28
  • La lecture!

    Mais vous vous trompez, relisez le Coran (l'Islam) a aboli l'esclavage. Vous ne faîtes pas la différence entre la pratique humaine et la théorie divine.

    Posté par Rachel, 17 décembre 2008 à 12:07
  • On doit te croire sur parole ?

    @ Rachel

    Si ce que tu dis était vrai, tu aurais apporté quelques arguments pour justifier ton opinion...

    Posté par Naravas, 24 décembre 2008 à 22:35
  • Un code de l'esclavage musulman

    @ Cisseron,
    Tu as raison. Dans le cas de l'islam, le texte donne des possibilités assez larges pour les classes "aisées" qui voudraient posséder des esclaves. C'est ainsi qu'en jurisprudence musulmane un code de l'esclavage inspiré du Coran a été rédigé vers le Xème siècle, avec des règles minutieuses et strictes. La pratique n'a eu ensuite qu'à se conformer à l'arsenal juridique...

    Posté par Naravas, 24 décembre 2008 à 22:45
  • Bien traiter son esclave

    Illustre ami,
    Que les mannes célestes tombent sur toi, dans l'aisance comme dans l'envie.

    Amma ba'd:
    J'ai livré au public des croyants et des curieux un petit extrait de Kenneth James Dover.
    Puissent les croyants se remettre à la lecture ... critique.
    Joyeuses fêtes !

    Posté par Abd El Maakir, 28 décembre 2008 à 11:30
  • esclavage

    pour toi l'auteur de ce texte l'esclave n'a aucun droit ni sur terre ni au jugement drenier

    Posté par soilihi, 07 février 2009 à 01:31
  • Coran et Révolution française

    Bah écoute, on a toujours appris aux gens que le Coran et la Révolution française disent la même chose. En réalité, quand on scrute les versets qui sont cités, on se rend compte que cette égalité entre l'esclave et l'homme libre est illusoire. Il y a une nette différence et les versets cités la montrent bien !

    Posté par Naravas, 07 février 2009 à 23:40
  • Canaan et Kouch

    Bonjour Naravas, je découvre ton blog que je trouve très intéressant et érudit, merci de partager tes sujets d'intérêts et d'offrir une tribune à des lecteurs-commentateurs d'horizons variés.

    J'ai un peu de retard dans les commentaires, mais je souhaitais répondre à Cisseron notamment sur l'absence d'alibi dans la Bible pour justifier de l'esclavage. Si l'Ancien Testament codifie très clairement le rapport de servitude Hébreux/Hébreux et Hébreux/non-Hébreux (Genèse, Exode, Deutéronome), la caution "morale" de l'esclavage sur une base raciale semble trouver son origine dans les écrits de Pères ou de Saints de l'Eglise comme Origène d'Alexandrie et Ephrem le Syrien. Ce sont eux en effet qui ont rapporté ou fait l'exégèse des malédictions de Cham, reportée sur son fils Canaan, et de Kouch (fils de Cham, conçu dans l'Arche de Noé alors que Dieu avait interdit les rapports sexuels durant le Déluge, et père supposé de l'Afrique Noire). S'ils n'ont eux-mêmes appelé à l'asservissement des fils de Cham, dont ils sont des descendants, leurs écrits ont probablement servi de base doctrinale à-posteriori.

    Mais c'est le Pape Nicolas V qui a légalisé la traite négrière en 1454 en autorisant, voire en encourageant, le Roi du Portugal à la pratiquer.

    Par ailleurs, il est vrai qu'en terre musulmane il n'y a pas eu d'équivalent de la Controverse de Valladolid ( où Las Casas s'est prononcé contre l'esclavage des Indiens mais pour celui des Noirs), peut-être car il s'agissait d'un esclavage totalement différent et non basé sur la race. Un blanc pouvait avoir des esclaves noirs et un noir pouvait avoir des esclaves blancs. Des esclaves avaient eux-mêmes des esclaves, et pour certains éduqués, ils accédèrent à de hautes fonctions dans la société. Les Mamelouks qui régnèrent par intermittence sur l'Egypte, la Syrie et une partie de l'Arabie entre le XIIIème et le XVIème siècle étaient des esclaves formant à l'origine la garde rapprochée des Califes de Baghdad.

    L'esclavage pratiqué par les Européens suite à la découverte de l'Amérique et pour l'accaparement et l'exploitation de ses richesses est très différent de celui que l'on trouvait au Proche-Orient.

    Posté par Malak, 24 mars 2009 à 19:42
  • Race, Religion

    @ malak,

    Oui, je suis d'accord avec toi, l'esclavage n'est pas une réalité identique pour tous les temps. Les formes d'esclavage du monde musulman ont été sans doute particulières et peut-être, comme tu dis, peu raciales. C'est surement la religion (musulman/non musulman) qui a fourni la catégorie selon laquelle l'esclavage est pratiqué. Il n'en demeure pas moins que cette réalité n'a pas été abolie avec le Coran, comme le proclament nos mythologies scolaires. Il y a, pour un esclavagiste déterminé, quantité de passages coraniques qui pourraient lui servir de caution à son entreprise.
    Par ailleurs, les théologiens musulmans n'ont pas manqué eux aussi d'écrire, sur cette base, un (j'en connais un mais peut-être qu'il y en a plusieurs) code de l'esclavage, avec un appareil juridique impressionnant.
    Sur la controverse de Valladolid, je ne voulais pas trop m'avancer pour ma part, ne connaissant pas suffisamment les discussions qu'il a pu y avoir entre théologiens et philosophes musulmans au sujet des esclaves.

    Si tu repasses par là, j'aimerais bien savoir ce que tu penses de mon Introduction à l'histoire de l'islamisme (1 et 2)

    1) http://anglesdevue.canalblog.com/archives/2008/09/03/10446304.html

    2) http://anglesdevue.canalblog.com/archives/2009/01/10/12069355.html


    Bien à toi,

    NVS

    Posté par Naravas, 02 avril 2009 à 19:44
  • recherches

    Salam
    dans le cadre d'une recherche personnelle en vue de réaliser un documentaire sur cette question de l'eclavage en Islam qui est à mon sens occultée, voire ignorée par beaucoup....bref, si vous pouvez m'indiquer des références bibliographiques.
    Cordialement,
    nukouss

    Posté par nukouss, 22 juin 2009 à 19:46
  • Chebel, Lewis et bien d'autres

    Nukouss, bonsoir.

    Il faudrait consulter le livre de Chebel sur l'esclavage ainsi que celui de Lewis sur la race et la couleur en Arabie et dans l'islam.

    Faudrait par la suite comparer avec des classiques sur le monde antique.

    Les revues (sur Cairn, revues.org et Persée) fournissent aussi des articles indispensables.

    Avec tous mes encouragements,

    Abd el Maakir

    Posté par Abd El Maakir, 23 juin 2009 à 20:12
  • totalement faux

    Le christianisme n'a jamais proné l'esclavage, en tout cas le catholicisme non, ils ont etaient les premiers a les denoncer, ils etaient contre et on dit que c'etait le peche originel de l'europe si je me souvient bien. N'accusé pas sans savoir, par contre les musulmans eux detiennent le records avec 17 Millions d'esclaves, pas mal. N'oublié pas que 1 millions d'europeens ont etaient des esclaves.

    Posté par pseudo50, 29 septembre 2009 à 23:16
  • malak

    tu es un pro musulman qui ne peut accepter la realité la critique envers ta religion, l'islam et la reine de l'esclavage que tu le veuille ou non.

    Posté par pseudo50, 29 septembre 2009 à 23:19
  • Des chiffres et des lettres

    Pseudo50, aucune religion ne prône l'esclavage (du moins pour ce que j'en sais), elles se sont contenté de codifier un phénomène qui leur est antérieur. Leur seul souci est souvent d'interdire ou décourager l'asservissement d'un coreligionaire.
    Ton passage lyrique sur la blancheur de colombe de l'Eglise est faux. Ou alors la permanence du servage, encouragé par le clergé catholique, comme continuité de l'esclavage antique t'a échappé.
    Et pour ce qui est des chiffres que tu avances, ce que je n'oublie pas de mon côté c'est qu'estimations et recensements sont deux choses distinctes.

    Et relis mon post au lieu de faire dans le jugement inepte. Je ne m'amuse pas comme tu le fais à faire dans l'effacement ou la réécriture de l'Histoire, j'ai simplement dit que les esclavages mis en opposition ici avaient des fondements différents.

    Posté par Malak, 01 octobre 2009 à 16:02
  • Christianisme imaginaire

    Pseudo50, il vous reste encore beaucoup de choses à lire sur l'histoire de l'esclavage. Votre propos sur le christianisme le prouve. Aucun historien sérieux ne soutient pareille idiotie de nos jours.

    Lisez Paul Veyne sur le monde gréco-romain et chrétien en toute urgence.

    Posté par Abd El Maakir, 01 octobre 2009 à 18:49
  • Définition

    Je ne suis pas certain que le mot "esclave" dise la même chose en Islam et en catholicisme. J'ai l'impression, mais je peux me tromper q'un esclave en Islam est une prise de guerre au même titre qu'une épée, une terre ou autre butin. Les catholiques basent l'esclavage sur une notion raciale. C'est donc une notion raciste. La différence de définition, si elle devait être confirmée, est de taille.
    Paix sur vous.
    MALI

    Posté par MALI, 05 octobre 2009 à 14:16
  • Lectures

    Cher MALI,
    (c'est toujours un plaisir de vous lire).

    Que peut-on savoir sur l'esclavage quand on est issus de pays d'islam ? Pratiquement rien. Et pour trois raisons:

    1- par décomposition intellectuelle du monde arabo-islamique.

    2- par pudibonderie et hypocrisie (notre religion n'est-elle pas la "meilleure" pour les nations ?)

    3- par Tiers-mondisme (l'islam prolonge le socialisme et la contestation issue de la décolonisation).

    Par la suite, il y a deux plans très (j'insiste) différents: l'univers des textes et de la doctrine religieuse (l'islam avec un petit i) et l'univers social, qui va de la Mauritanie à l'Indonésie; avec un grand I donc).

    Il y a bel et bien eu un esclavage en Islam qui voyait en l'entité "nègre" sa classe servile. Chose curieuse, les esclaves blancs pouvaient bénéficier, d'opportunités d'ascension et de mobilité sociales que les Noirs n'obtenaient pas (ou très difficilement).

    Alfred Morabia en parle, dans son compte rendu au célèbre ouvrage de Bernard Lewis: Race and Color in Islam.
    Le même exercice fait par Geneviève Bédoucha (sur Persée) vous sera utile à lire (si ce n'est déjà fait).

    On y apprend que le mythe d'une contrée sans racisme est le fait ... de missionnaires chrétiens qui avançaient cette explication pour leur échec (momentané)en Afrique.

    Mais le fait est là: il n'y a pas de "chosification" sans conséquences, sans dénigrement et sans marquage (stigmatisation) généralisé.

    Il en va des esclaves comme des couteaux: certains servent uniquement à égorger le bétail, d'autres à gouter les mets exquis; certains sont en argent, d'autres en inox ...

    Et quant au "catholicisme" que vous rasez de trop près, je crains que le système nobiliaire vous ait échappé, ce qui fausse entièrement votre appréciation. Je vous rappelle que seul un homme (le plus souvent) "bien né" pouvait régner (de nos jours, il suffit de mettre des talonnettes et d'avoir un frère au Medef.)

    C'est aussi dans cette Europe "chrétienne" que le discours anti-esclavagiste a vu le jour. Rien de tel dans le monde islamique. Chose qui travaille les historiens au vu de 14 siècles de pratique d'asservissement préférentielle.

    Voilà, ma halqa est terminée. Aqim a-salaat, Marcel !

    Posté par Abd El Maakir, 05 octobre 2009 à 16:27
  • Bien, chose ou animal ?

    Cher ami Esclave de Maakir, merci pour toutes ces précisions.
    Si je stigmatise, en effet, les européens dans cette histoire, c’est pour le caractère systématique, quasi industriel et stakhanoviste qu’ils ont fait de l’esclavage aux Amériques. Je conçois vos arguments concernant notre méconnaissance de l’esclavage en islam, apparemment non encore aboli. Cependant l’arrière goût de mes lectures est que l’esclave aux yeux de l’islam reste un être humain même s’il est un « bien » et non pas une « chose » ou « un animal » tel que le voyait le commerce triangulaire. Bien que mince cette différence est, à mes yeux, fondamentale. La confirmez-vous ?
    Que la Paix soit avec vous

    Posté par MALI, 05 octobre 2009 à 18:32
  • Hernán, Bartolomé et les autres

    Akhi fi diin wa fil miHna,

    Trois fois plus longtemps que l'Occident et touchant deux fois plus d'individus. C'est le bilan de l'esclavage dans le monde arabo-islamique.

    Vous voyez bien que le stakhanovisme est plutôt de notre côté.

    Source: http://www.dailymotion.com/video/x3j8wc_la-verite-sur-lislam-esclavagiste_news

    Quant au christianisme, vous avez tout et son contraire, selon l'époque, les empires et les desiderata des rois.

    A un Hernán Cortés on peut opposer un Bartolomé de Las Casas.

    Mais je reviens à l'Islam (comme civilisation): devenir esclave impliquait aussi, pour une certaine catégorie, la castration ou l'excision et par conséquent, une mort certaine. Du coup (si j'ose dire), un eunuque pouvait valoir jusqu'à 12 esclaves "ordinaires", comme nous l'assure Olivier Pétré-Grenouilleau (p. 538: Les Traites négrières, Gallimard, 2004).

    On le voit bien, ces erreurs de "tuning" sont incompatibles avec un éthique (contemporaine) de la dignité humaine. L'esclave devient alors un "bien", une fois les opérations que vous savez effectuées, sur et contre lui (ou elle) en tant qu'"objet" (on ne lui demande pas son avis puisque son statut et sa captivité servent de réponse).

    Il y a bien eu un révolte de ces nègres en terres d'islam, ce qui prouve bien que l'idéal de justice chanté par l'islam est resté en mode mineur. Cette volonté d'égalitarisme (réprimée dans le sang) est connue sous le nom de la révolte des Zanj.

    Encore un épisode censuré dans nos écoles et institutions ...

    Posté par Abd El Maakir, 05 octobre 2009 à 20:04
  • Esclavages comparés

    @ pseudo 50 :
    "le christianisme n'a jamais proné l'esclavage"...Certains pensent que parce qu'on développe des points de vue critiques qu'on défend un parti contre un autre. Ce qu'ils ne voient souvent pas, c'est que dans leur "guerre des religions", nous, on peut choisir la paix.

    @ Malak,
    Même s'il y a un tabou à discuter chez nous de l'esclavage musulman, il existe en effet dans le monde universitaire français des écrits tendancieux visant à exagérer le phénomène pour des raisons qui tiennent mon avis aux legs de la colonisations et aux milieux d'extrême droite (qui en est aussi un héritage).

    @ Mali :
    Différence géographique et culturelle dans la façon de concevoir l'esclavage, oui. Mais aussi différence temporelle : il est sûr que l'esclavage ne recouvre pas la même réalité chez les compagnons du Prophète, chez les Ottomans, chez les Saadiens du Maroc ou chez les Almoravides. Ce n'est pas pour autant une raison de nier les différences facettes de l'esclavage.

    @ Abd el Maakir et Mali :
    Je ne crois pas à l'existence d'un esclavage plus doux, plus humain. Les êtres mis sous la tutelle d'un maître sont toujours humiliés, privés de liberté et parfois traités avec une violence extrême, comme dans la cas de la castration (peu y survivent) ou de la possession sexuelle par le propriétaire (viols, et abus de tous genres). Les traversées du désert (pour les Africains) sont parfois de véritables génocides. Mais aucune société ne me semble avoir le monopole de l'esclavage (ou de la clémence), les sociétés africaines pratiquaient elles-mêmes un esclavage intérieur.

    Je continue les réponses aux commentaires demain.

    Posté par Naravas, 06 octobre 2009 à 00:17
  • Autour de l'esclavage

    @ Mali,
    Vos questions sur l'esclavage sont judicieuses et surtout, centrales. Et comme je me sens redevable (je vous dois bien quelque chose suite à l'excellente parodie numérologique), je pense présenter un petit post, "articulé" (comme dirait Meddeb) autour de questions et affirmations relatives à l'histoire de l'esclavage, histoire que je souhaite placée sous le signe du comparatisme.
    Bonne fin et début de semaine à tous.

    Posté par Abd El Maakir, 17 octobre 2009 à 20:39
  • noisettes et nuisettes

    J’ai l’impression qu’à l’époque de Haroun El Poussah il y avait deux types de femmes :
    - Les femmes libres : celles qu’on épousait
    - Les femmes esclaves celles que l’on tirait. En outre les femmes esclaves étaient semble t il plus libres que les esclaves puisqu’elles pouvaient chanter, danser, jouer de la musique et surtout baiser alors que les femmes libres ne le pouvaient pas. Fallait peut être mieux être femme esclave sous le vizirat d’Iznogoud. La liberté des femmes libres n’était peut être qu’un leurre.
    Je ne ferais aucun commentaire sur les femmes modernes dont on se demande si elles sont bien libres. Vous allez me trouver grossier.
    Par ailleurs, les eunuques, ont les castrait. C'est-à-dire qu’on les délestait de leurs noisettes. Or l’érection est possible sans noisettes. Cela depend de l'âge pendant lequel le délestage a été commis. Imaginez les orgies avec des black bandant comme des sénégalais parmi ces femmes dites libres mais sevrées de sexe. Bon j’arrête car là vous me trouverez bientôt porno.
    Alors et paraphrasant notre esclave et ami Abd el Maakir : bon début, milieu et fin de semaine couverte de paix et de raisin blanc

    Posté par MALI, 19 octobre 2009 à 18:19
  • vrai traduction s16v71 merci .

    Allah a favorisé les uns d´entre vous par rapport aux autres dans [la répartition] de Ses dons. Ceux qui ont été favorisés ne sont nullement disposés à donner leur portion à ceux qu´ils possèdent de plein droit [esclaves] au point qu´ils y deviennent associés à part égale. Nieront-ils les bienfaits d´Allah?

    Posté par bilal91130, 13 novembre 2010 à 00:55
  • explication

    il ne faut pas changer un mot dans une phrase dans le but de donner un avis personnelle. le saint coran ne nous ai pas parvenue pour cela c'est pourquoi il faut laisser les lecteur se faire avis eu même en méditant sur le texte et non pas les induire de suite en erreur en changeant comme ici s16v71 "ne reversent pas..."or il est écrit en réalité Ceux qui ont été favorisés ne sont nullement disposés à donner leur portion à ceux qu´ils possèdent de plein droit [esclaves] au point qu´ils y deviennent associés à part égale. Nieront-ils les bienfaits" d´Allah?"
    a vous d'en deduire sans juger car seul dieu le tres haut et juge et misericordieu.

    Posté par bilal91130, 13 novembre 2010 à 01:04
  • nouvelle erreur volontaire s30v28

    j en suis arriver qu au début du texte et deja je vois 2 mensonges délibérés et je trouve cette méthode diffamatoire. je pense que la personne qui a voulu écrire ce texte n'est ni plus ni moins homophobe car récitée des parole de Dieu tout puissant et exalté soit il en médisant sur ces même parole relève du blasphème et j en déduit que cette personne qui n'est autre qu un des fils d Adam et donc notre frère ,n a pas peur de la sanction divine.

    Posté par bilal91130, 13 novembre 2010 à 01:13
  • vrai recit de s30v28

    "Il vous a cité une parabole de vous-mêmes: Avez-vous associé vos esclaves à ce que Nous Vous avons attribué en sorte que vous soyez tous égaux [en droit de propriété] et que vous les craignez [autant] que vous vous craignez mutuellement? C´est ainsi que Nous exposons Nos versets pour des gens qui raisonnent."

    Posté par bilal91130, 13 novembre 2010 à 01:13
  • !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    sur ce je ne vais pas continuer cette lecture car je suis venu pour me renseigner et a la fin je me retrouve a corriger les erreurs volontaire faite par un détracteur de l islam .
    donc cher monsieur ou madame , frère ou sœur qui aurai fait cela je te souhaite une grande miséricorde de la part du créateur de la terre et des cieux .

    Posté par bilal91130, 13 novembre 2010 à 01:18
  • Apparemment pour notre lecteur bilal du 91, le Coran est incrée. Le Coran existait avant l’homme, avant les prophètes et devra rester immuable jusqu’à la fin de l’éternité. Mais l’internéité c’est long…surtout vers la fin (Einstein juif de son état).
    Quand à la Miséricorde du Seigneur elle ne dépend que de Lui et non de bilal 91.

    Posté par MALI, 27 novembre 2010 à 15:59
  • Article sur le même sujet

    vous pouvez lire aussi l'article suivant que je trouve très éclairant.
    Critiquer l'islam ne prendrait pas une dimension raciale si l'on critiquait les autres religions de la même manière: le judaïsme par exeple, j'aimerais bein que l'on parle de la situation dela femme chez les extremistes juifs leur conception de l'autre, càd de tout ce qui n'est pas juif.... [http://www.islamophile.org/spip/L-Islam-et-l-esclavage.html]
    l'ilam signifi, paix et soumission, paix avec Dieu avant de lui ête soumis, quand on est en paix avec un être on ne peut que lui être soumis dans le sens le plus noble du terme.
    concernant l'esclavage des femmes, je trouve que la femme moderne qui se prostitue à tou bout de champ, au trvail, dans la rue...etc, est das une situation bien plus lamentable que ces captives de guerre que leur maitre (non pas des proxenetes) prenaient afain de les protégeret qu'elle ne deviennent justement le propriété de tous et de n'importe qui.
    l'article est beaucoup plus explicite que lesquelques mots que je rédige, mais je salue profondément les efforts de peronnes non musulmanes pour comprendre et expliquer certains de la religion musulmane, même si elles se tropent sur certaines signification et certains concepts.

    Posté par Meriem, 09 janvier 2011 à 01:25
  • @ Meriem :

    Nous parlons de l'islam parce que c'est la religion qui nous concerne le plus. Le judaisme ne joue aucun rôle au Maghreb. Mais je suis d'accord avec toi, on peut critiquer toutes les croyances. Nous ne sommes pas en France, les débats franco-français nous intéressent mais ne retiennent pas exclusivement notre attention...

    Nous sommes des musulmans et nous luttons contre le Dogme islamo-conservateur et pour une divergence d'interprétation au sein de nos cultures et de notre religion. Ce qui présenté comme étant "le vrai islam" n'est qu'une élucubration des hommes...

    Sur la femme moderne, je ne suis pas d'accord avec ta façon de voir. D'abord, l'esclavage est indéfendable, même quand il est orchestré au nom de la religion. Ensuite, la femme moderne ne se prostitue pas, elle utilise son corps comme elle l'entend, ce qui est un droit fondamental. Toi aussi, tu devrais avoir le droit d'utiliser ton corps comme tu veux : tu pourras rester chaste jusqu'à 80 ans ou coucher avec les élus de ton coeur ou de ton corps. Avoir le choix, Meriem, c'est cela la liberté

    Posté par Naravas, 22 janvier 2011 à 16:29
  • Irrecevable

    De par la couleur de ma peau, j'ai hérité des "vestiges" de l'esclavage oriental et/ou du marché triangulaire. Actes d'humiliations, insultes, intimidations, etc...sont des comportements auquels je dois faire face régulièrement encore aujourd'hui, et ce, surtout dans les pays "musulmans" dans lesquels j'ai pu me rendre jusque là, une partie de ma famille étant originaire de là bas (anciens esclaves).
    Depuis mon plus jeune âge on me parle d'une religion d'amour, universelle, intemporelle, dont la grandeur est telle qu'elle dépasse l'entendement humain. Vous comprendrez bien que l'aversion et le sentiment de supériorité évident que manifeste le monde arabe sur les "khels" ou "abds" comme vous préférez ne m'a pas attiré bien au contraire, surtout connaissant la façon dont mes ancêtres ont été islamisés....
    Vous me direz, ça ce n'est pas la religion, ce sont les hommes....mais il n'y a pas de fumée sans feu.

    Mes questions sont simples : comment un livre "saint" et intemporel peut-il se trouver "désuet" ?
    Comment une religion d'amour peut-elle tolérer l'esclavage pour "ménager" un peuple dont le droit de vie ou de mort sur un être humain est monnaie courante depuis des siècles ? alors que pendant ce temps là des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants subissent les pires atrocités ?
    J'aimerais comprendre en quoi l'islam est une religion qui prône le respect pour chaque être vivant sur cette terre quel qu'il soit, la dignité de chaque être, ainsi que son intégrité physique et psychologique ?
    J

    Posté par bint abid, 23 janvier 2011 à 00:10
  • Intolérable

    Bonjour Bin Abid,

    Merci pour ton intervention et ton point de vue ! Je n'ai pas de réponse claire à tes questions. Personnellement, je crois qu'aucune forme de racisme, de discrimination ou d'esclavage n'est tolérable. Si le Coran ne permet pas de combattre cela, il faut les combattre en-dehors du Coran. Mais il est intéressant de voir comment les "apologistes" de la religion "descendue" pure et intacte et les adeptes du "mythe de Bilal" répondront à tes objections.
    J'ajoute que les hommes cherchent toujours à légitimer leurs crimes. Les textes religieux sont régulièrement ambigus, les hommes en ont souvent profité pour tirer l'interprétation qui arrangent leurs forfaits.
    Avec toute ma solidarité !

    NVS

    Posté par Naravas, 23 janvier 2011 à 17:47
  • sf

    ssfxf

    Posté par sq, 23 mai 2011 à 18:15
  • bonjour mes amis

    sans vouloir paraitre moralisateur ou faire l'intellectuelle (preuve mes fautes d'orthographe : désolé) , en effet je vous lis et j'aprend bcp, mais il y a des points qui me questionne.

    Pourquoi parle t'on d'esclavage arabo-musulmant et pas d'esclavage europeano-chretien ?

    Pourquoi méttons nous en cause des ecrits corannique dans le premier cas et non pas des ecrits biblique dans le second ?,

    Pourquoi parlon nous de viole dans le cas arabo-musulmant et pas dans le cas occidental ?

    .....(il y a encore bcp d'exemple).

    mais surtout pourquoi ne parle t'on pas de l'esclavage intra-afriquain qui a toujour existé ?

    Sachant que les juifs allais dans des camps de travaux forcée avant d'etre exterminé, ne peut t'on pas parler d'esclavage ?

    ce qui me conduit a me demandé si les date de l'abolition de l'esclavage ne sont pas faussé en europe ?

    je ne cherche a défendre aucune theorie le passé de chaque peuple est ce qu'il est, et pour comprendre l'Histoire. je pense qu'il est important de prendre du recul par rapport a sa religion et ses origines.

    Posté par hok, 07 juillet 2011 à 13:25
  • Tout simplement parce que l'islam en tant que religion (et par la suite, comme civilisation) se présente comme "khairi ummatin ukhrijat li-nnaas".

    Le discours du "croyant" présentera toujours la religion de Muhammad comme étant "parfaite" puisque divine. Or il y a quelque chose qui s'appelle l'Histoire et ça, c'est justement fait pour que le Mythe ne prenne pas une place au détriment de la vérité.

    Sinon, l'Occident a produit une très riche littérature (films, romans, essais, musique) sur l'esclavage, dans tous les continents (Amériques, Europe, Asie, etc.).

    Le problème est plutôt du côté de la "religion des colonisés" dont les représentants pensent que leur héritage historique est vierge de tout mal.

    A bientôt !

    AEM

    Posté par Abd El Maakir, 07 juillet 2011 à 15:23
  • L'islam nous concerne plus

    @ hok :

    Le problème, c'est qu'on parle beaucoup de toutes les thématiques que vous avez évoquées (sauf l'esclavage intra-africain), et on se présente nous-même comme des d'éternelles victimes et des purs, face à une Europe agressive, esclavagiste, colonisatrice, raciste, etc. Ce blog veut aider à la critique de nous-même, à la critique interne du monde arabe. On parle moins de la Bible, non pas parce qu'il s'agit d'un beau livre, mais parce que le Coran et l'islam nous concernent plus. Merci de ta fidélité !

    Posté par Naravas, 12 juillet 2011 à 13:42
  • Rectification

    Salut, je viens pour rectifier la malcomprehension des gens et surement aussi de l'auteur. L'islam condamne l'inegalite des hommes : Le prophete Mohammad ( paix et benidiction sur lui ) a dit:

    " Il n'y a pas de différence entre un Arabe et un non-Arabe, ni entre le Blanc et le Noir, si ce n'est par la piété." Ou encore: " Tous les humains sont égaux comme les dents d'un même peigne ; seules les différencient la piété et la bonne action"

    L'esclavage chez les musulmans etaient interdit, on ne pouvait pas capturer quelqu'un et le rendre esclave, c'est interdit. Par contre, il existait les esclaves de guerre donc on pouvait reduire les prisonniers en esclaves. Logiquement, la majorite des eslcaves n'etaient pas noirs sachant que les musulmans ont combattus les perses, les chretiens ou meme les romains.

    Il faut savoir se ressourcer, le savoir est une arme il ne faut pas croire les choses aveuglement. Donc maintenant tout les versets que vous venez de lire font reference a des prisonniers de guerre.

    Merci, et que Dieu vous guide

    Posté par Adam, 22 novembre 2011 à 19:37
  • Le coran n'aboli pas l'esclavage

    Je ne comprends pas la remarque d'Adam.

    Ce n'est en aucun cas une condamnation de l'esclavage, à la rigueur cela précise que les non musulmans peuvent être réduit en esclavage.

    Puis, pour convertir un musulman en esclavage à l'époque c'était simple, il suffisait de considérer que c'était un mauvais musulman et hop!

    Ce sont les hommes qui ont aboli esclavage, pas je ne sais trop quelle divinité.

    Posté par KikooLOL, 16 décembre 2011 à 09:35
  • L'esclavage une pratique courante de l'époque

    Je suis moi-même de culture musulmane et laïc par dessus tout. Vous avez eu l’avantage de poser le problème et de mener une analyse qui se veut rigoureuse et c’est déjà une démarche très louable. Toutefois pour mieux permettre à nos contemporains d’appréhender l’esclavage en général à cette époque, il faut rapporter scrupuleusement les faits dans leur contexte historique.
    1) L'idéologie esclavagiste en islam était déjà une institution ultérieure au prophète Mahomet.
    2) Il s’agit d’une pratique, en vigueur à l'époque tant en Arabie, Grèce, Rome, Égypte ou ailleurs, qui consiste à réduire en esclavage les ennemis capturés sur le champ de bataille. Ennemis qu’ils soient noirs ou blancs.
    3) La nation musulmane venait d’être proclamée vers 630. Alors que l’esclavage a été définitivement aboli en France en 1838. Certes des pratiques esclavagistes se sont répandues après bien plus tard dans les pays musulmans.
    4) Le musulman n’est pas un individu homogène. Tout comme les chrétiens, il existe plusieurs origines ethniques, culturelles et géographiques, sans oublier le niveau culturel. Il ne s’agit pas de prendre les musulmans comme une population homogène.
    5) Les défis du moment consistaient à réduire l’esclavage pratiqué par les dignitaires politico-militaires et les riches notables. L'asservissement des prisonniers de guerre n'est toutefois pas pratiqué par les premiers califes. Les esclaves sous le califat accèdent parfois à des postes prestigieux : en plus des classiques travaux domestiques, artisanaux ou agricoles, les esclaves peuvent devenir favoris, conseillers, chambellans, et surtout soldats qui remplacerons plus tard les califs.
    Dans le coran il est dit : « Quiconque tue par erreur un croyant, qu’il affranchisse alors un esclave croyant et remette à sa famille le prix du sang » (Sourate 4, verset 92.)
    Certes, le Coran n'interdit pas formellement l'esclavage, mais il est le seul livre religieux établissant un plan d'État et privé d'affranchissement systématique et progressif des esclaves, tel que l'allocation d'une part du budget de l'État pour l'émancipation.
    Le Prophète ne voulait certainement qu’à la suite d’une abolition de l’esclavage, que des milliers d’esclaves se retrouvent du jour au lendemain dans les rues, sans travail, ni foyer, ni avenir. L’interdiction sera graduelle. Le Prophète voulait accompagner d’une façon pédagogique ce début d’abolition, afin de ne pas faire de ces affranchis des marginaux de la société comme ce fut le cas en Amérique où la ségrégation avait survécu bien tard.
    Selon Abou Dhar Al-Ghiffari, le Prophète dit :
    « Vos esclaves sont vos frères. Quiconque dispose de l’un de ses frères doit le nourrir de ce dont il se nourrit lui-même et le vêtir de ce dont il se vêt lui-même. Ne leur demandez pas ce qui dépasse leur capacité. Et si vous le faites, alors aidez-les »
    Malgré la résistance des riches notables, des compagnons ont rapportés ces paroles du prophète : "Je serai l’adversaire de trois catégories de personnes le Jour du Jugement. Et parmi ces trois catégories, il cita celui qui asservit un homme libre, puis le vend et récolte cet argent."
    « Un Arabe n’a strictement aucun mérite sur un non-Arabe, pas plus qu’un non-Arabe n’en a sur un Arabe, ni un Noir sur un Blanc, ni un Blanc sur un Noir, si ce n’est par la piété »
    Abou Houraïra rapporte également du Prophète :
    « Que nul d’entre vous ne dise : Voici mon serviteur ou voici ma servante ! Mais qu’il dise : Mon garçon et ma fille ! »
    « Quiconque tuera son esclave, nous le tuerons. Quiconque rasera son esclave, nous le raserons. Quiconque émasculera son esclave, nous l’émasculerons »
    On rapporte dans la tradition prophétique une altercation entre deux compagnons du Prophète : Abou Dhar Al-Ghifari (arabe) et Bilal (noir).
    Abou Dhar insulta Bilal de « fils de négresse ». Le Prophète fut pris d’une grande colère envers Abou Dhar en lui disant d’un ton ferme: « Il y a des restes de « djahilia » (ignorance) dans ton cœur, ô Abou Dhar. »
    Attristé de voir le Prophète fâché contre lui, Abou Dhar comprit son erreur et mit sa tête au sol en demandant à Bilal, de lui écraser la joue avec son pied.
    Dans le même hadit, il est rapporté : « Obéissez aux ordres même si vous êtes gouvernés par un esclave noir abyssin, dont la tête ressemble à un raisin sec, du moment qu’il vous dirige selon le Livre de Dieu » (d’après Boukhari, Ahmad et Ibn Maja)
    Malheureusement dans cette triste histoire, il ne s’agit pas de mettre en concurrence les responsables qu’ils soient musulmans, chrétiens, arabe, chinois ou blancs, mais de mettre en lumière le côté sombre de l’être humain. La cruauté c’est le propre de l’homme, nul besoin de chercher dans le passé, il suffit de jeter un regard critique sur l’actualité.

    Posté par Altair, 18 mars 2012 à 14:59
  • tirer des conclusions

    Bravo pour cet article très clair et très pédagogique.

    Maintenant ce genre d'article appelle à tirer des conclusions politiques sur la place de l'Islam en France et en Europe: Peut-on continuer à considérer officiellement cette croyance esclavagiste comme une "grande religion"?
    Ne serait-il pas temps que l'on déclare l'Islam secte dangereuse et illégale car s'opposant frontalement aux principes élémentaires des Droits de l'Homme, droits sur lesquels s'appuient nos sociétés?

    Après tout, certains mouvements néo nazis et autres sectes dangereuses ont déjà été interdits, il y a des précédents. Il serait logique de mettre en garde nos enfants contre l'idéologie esclavagiste Islam, au moins d'un point de vue officiel.

    Posté par Desterel, 23 mai 2012 à 09:47
  • euhh ??

    juste une question, vous avez au moins apprit l'arabe pour comprendre le Coran ou vous vous êtes juste contenter de copier coller certains traductions douteuses déjà présentes sur des sites internet plus que douteux ?
    Je dis ça car ce qui est écrit en arabe et votre traduction en français n'ont vraiment rien à voir.
    Maintenant vous avez oublier de mentionner plusieurs choses :
    Un esclave en islam n'est pas quelqu'un qu'on prend par la tete pour sa couleur ou ché pas quoi et on le met escalave un escalave est un prisonier de guèrre
    maintenant il n y a pas milles choix en islam pour un prisonier de guère il y'en a deux :
    -soit le libérer (ce qui se faisait beaucoup par le prophète et ces campagnons)
    -soit le nourrir et le vétire exactement de la meme façon que son maitre en d'autre terme si le maitre roule en ferrari l'escalave aussi ceci a permit de libérer beacoup d'esclaves à l'epoques
    -3ème chose on n'a pas le droit de mal traiter un escalave si bien que si le maitre frappe son esclave il doit le libérer
    -4ème chose effectivement l'homme a le droit d'avoir des relations avec son esclave si et seulement si elle est ok et si elle enfante elle est automatiquement libérer et ils devront se marier

    Voila

    Posté par themaster, 08 août 2012 à 20:39
  • Je pense que si l'islam n'a pas abolit de maniere nette l'esclavage c'est tout dabord pour cause economique ( economie basée sur l'esclavage).L'islam a pourtant largement encouragé l'affranchissement des esclaves (il faut rappeler que le coran, dans plusieurs passages exige d'affranchir un esclave contre le moindre pêché commis par le maître. ) ce qui a permis la disparition PROGRESSIVE de l'esclavage. les esclaves étaient des serviteurs qui ne jouissaient pas des memes droits (c pas pour rien quon appelle ca des esclaves)mais qui devaient etre bien traites. servir dieu (croire en lui et en son prophete) est la plus noble des choses, chose accordée aux esclaves (ils ont une ame et sont les creatures de dieu libres d'avoir des convictions). je ne crois pas qu'a l'époque ils etaient malheureux ils servaient mais devaient etre bien traites et meme paye par de bn maitre musulmans) je dis ca parce que mon pere avait rencontré un esclave au sahara son maitre etait un guide, mon pere avait eu une conversation avec lui ou il lui avait demandé pourquoi il ne s'enfuiyait pas, il lui avait repondu amusé : pourquoi le ferai-je ? je suis tres bien avec mon maitre j'ai bcp d'affection pour lui.
    chacun de nous sera retribué pour ses actes, l'esclave tout autant que le maitre, si le maitre est mauvais il le paiera, il risque donc plus de fauter que sn esclave. la hiearchie a toujour existé et existe encore aujourdui. Dieu sait ce quil fait et sait ce qu'il dit, nous n'avons certe pas la meme logique et ns trouvons certaines chose injustes mais tout a une raison ( et la justice on ne la trouvera pas ici bas)

    Posté par sarah ;), 19 août 2012 à 19:23
  • et j'ajoute que dieu ne fait de difference que par la piéte: "Ô gens ! Sachez que votre Seigneur est Unique et que votre père est unique. Sachez qu’il n’y a aucune différence entre un arabe et un non arabe. Il n’y a pas de différence non plus entre un blanc et un noir, si ce n’est par la piété. "

    Posté par sarah ;), 19 août 2012 à 19:29
  • best iphone 5 accessories

    best iphone 5 accessories|
    cool iphone5 accessories|
    cheap iphone 5 accessories|
    best iphone 5 cover|
    best iphone 5 covers

    Posté par gbinssdsonsuyg2, 02 octobre 2012 à 04:33
1  2    Dernier »

Poster un commentaire