angles de vue...

Point de vue africain sur des questions de la culture et de l'actualité. Petit journal des idées de l'auteur. Les rêves et l'imagination d'un homme qui a vu sourire les étoiles et qui s'est promis de sentir le parfum de toutes les matinées embaumées.

02 septembre 2008

Votre rôle est de défendre l’amour et non de le réprimer !

Note à l’attention des jeunes gens d’Azazga (Algérie)

Votre rôle est de défendre l’amour
 
et non de le réprimer !

 

DSC03244              Depuis quelque temps, je me rends compte que beaucoup de visiteurs algériens de mon site viennent de la région d’Azazga, située à quelques lieues de Tizi-Ouzou. J’avais en effet publié quelques photos sur la forêt de Yakouren, dont particulièrement une (ci-contre) qui a suscité intérêt . Il s’agit d’une plaque portant l’inscription « Ce lieu est interdit aux couples » et signée des initiales « S.V.G. ». La photo portait en outre un commentaire soulignant l’intolérance de l’attitude de ceux qui ont posé cette plaque, et celle de ceux qui l’ont laissé se fondre ainsi dans le paysage, par ailleurs magnifique.

Je suis sûr que les gens d’Azazga ne s’attendaient pas à un tel commentaire critique. Leur souci principal est sûrement celui de présenter une « bonne image » de leur région au monde. Mais, voyez-vous, je ne suis pas une agence de tourisme ou de publicité, mais un blogueur qui essaye de poser un regard critique sur sa société, sa culture et les valeurs indiscutées qui les sous-tendent.

Alors, si vous le voulez bien cher(e)s compatriotes, on peut reprendre le débat de telle façon à ce que je ne serai pas le seul à intervenir, car vous aussi vous pourrez laisser vos commentaires ici, dans le respect de l’éthique du débat [1], cela va de soi.

Les couples dont parlent ces plaques sont le plus souvent des amoureux qui fuient les regards réprobateurs de la société du centre-ville d’Azazga. Ils viennent se cacher dans une forêt, sous les buissons, pour pouvoir disposer d’un moment d’intimité. Il faut que le monde sache que les femmes sont interdites de rentrer dans les cafés en Algérie, et à Azazga en particulier. Certaines « pizzerias » acceptent de recevoir des couples, mais il est recommandé de bien se tenir pour ne pas s’attirer les remarques du serveur. J’ai moi-même vu dans des pizzerias à Tizi-Ouzou des écriteaux de la même nature, du genre : « nous respectons les gens qui se respectent ». Cela veut dire que si, dans la pénombre, votre main glisse vers celle de votre amie ou que vous vous aventurez à vous embrasser furtivement sur la bouche, le barman se sent en droit de vous mettre dehors, voire de vous agresser. Bien sûr, vous l’avez compris, la mixité dans la société kabyle est une illusion. A fortiori dans une petite bourgade comme Azazga où chacun surveille l’autre.

Dans ce petit monde d’interconnaissance où les familles sont jalouses de ce qu’elles croient être leur honneur, la première fille qui se fait croiser par son frère ou son père en ville en compagnie d’un homme étranger au cercle familial se fait réprimander…ou massacrer. Des comptes lui sont demandés et dans bien des cas elle sera enfermée ou battue si elle se trouve dans l’incapacité de justifier son comportement. Pas question de mettre l’honneur de la famille en péril !

Par exemple, il est impensable de voir des couples se prendre dans les bras au moment de se quitter, dans la gare routière, fussent-ils légalement mariés. Etre avec une femme, c’est être constamment épié. Les filles savent très bien quels risques elles encourent en fréquentant un garçon. Oui, être fille est « un métier à risques ». A commencer par l’éducation qu’on donne aux adolescentes, qui se résume en une série de menaces répétées. Aussi, quand quelques unes décident de braver les interdits, leur attitude relève du courage.

Un chantage permanent est exercé sur la réputation des jeunes filles : les mauvaises langues les cataloguent comme étant des « putes » dés qu’elles sont surprises dans un coin retiré avec un homme. Avec le phénomène des cybercafés, la pression s’est légèrement relâchée car certains laissent des couples s’embrasser à l’abri des regards.

Bien sûr, je parle des filles qui arrivent à trouver un prétexte pour sortir, sous couvert d’études ou d’emploi. Beaucoup travaillent pour des salaires modiques, pourvu qu’on leur donne l’occasion de sortir. Quant à la majorité, ce sont les « damnées de la terre », elles sont enfermées dans les cuisines et subissent des formes d’exploitation familiales proches de l’esclavage, surtout quand elles sont considérées comme « moches » et n’arrivent pas à trouver un mari. Par exemple, une fille illettrée qui a six frères est chargée de cuisiner pour eux, de laver leur vêtements et de les servir quand ils rentrent à la maison. Ces derniers n’ont qu’à salir des jeans et à les mettre de côté, les sœurs servent de machines à laver tant que celles-ci restent hors de prix pour les familles nombreuses.

Bien sûr, en principe et en pratique, pas de sexe avant le mariage ! La virginité, c’est l’obsession de tout Kabyle qui se respecte. Les « putes » dont parlent les gens d’Azazga (et des autres régions de Kabylie) ne sont pas des prostituées ou des filles engagées dans le travail du sexe. Ce sont de simples étudiantes, lycéennes, femmes employées dans quelque poste en ville, ayant décidé de fréquenter un homme. Mais le plus étonnant, c’est que ces soi-disant « putes » sont vierges !!!

DSC03245Après ce détour, revenons à ces plaques. Je ne sais pas qui sont les gens qui les ont écrites ni à quoi correspond le sigle « S.V.G. », qui sonne comme "vigilance". Peut-être que, naïvement, ils pensaient bien faire, en signalant de surcroit que l’endroit est dangereux pour les couples. En revanche, la finalité est claire, il s’agit de chasser les couples retranchés dans ce lieu isolé, loin de la ville. Bien sur, avant de les chasser, il faut les diaboliser. Comme me l’a écrit un citoyen d’Azazga, ce sont  «des dévergondés » qui viennent « baiser leurs prostituées au bord de la route ». Mais l’intolérance kabyle envers l’amour atteint ses pics quand des « bandes » de jeunes abrutis, improvisés en gardiens de la morale, viennent agresser sauvagement les couples en question. Bien sûr, ce ne sont pas ces abrutis qui ont posé les plaques : eux, ils n’avertissent pas, ils agissent. Certains couples ont été hospitalisés suite à des attaques de ce type et leurs voitures ont été démolies. Dans certains cas limites, les filles sont arrachées à leur compagnon et violées. Selon des témoignages que j’ai recueillis, un homme à Aït Arhouna, près d'Azeffoun, a été sauvagement assassiné, alors qu’il protégeait la fuite de sa campagne contre leurs agresseurs. Tout cela, parce que la morale des villages approuve ce genre d’actes barbares. Les jeunes considéraient sans doute que les couples méritaient d’être tués parce qu’ils faisaient de la "pornographie". C'est ainsi qu'ils justifient un assassinat, qui n’a même pas été convenablement puni par la justice. Cet intégrisme là qui porte des gens simples vers le meurtre et la violence n'est pas différent de l'intégrisme religieux islamiste.

En écrivant cela, je n’accuse bien sur pas les gens d’Azazga, surtout que ces choses se produisent partout en Kabylie, et partout au Maghreb. Je ne fais que replacer un phénomène dans l’ensemble des actes qui lui donnent sens. Au contraire, je voudrais vous inciter Gens d’Azazga à réfléchir de façon critique sur votre propre société. C’est très simple de critiquer le « pouvoir » et les « autorités ». Mais là, il s’agit de vous seuls et de vos familles, le pouvoir est étranger à cette histoire. Alors, critiquez-vous avec les mêmes principes que vous utilisez contre le gouvernement. La morale sexuelle de vos villages constitue l’une des causes de votre malheur. Si vous enfermez vos sœurs à la maison, vous ne pourrez pas rencontrer les sœurs de vos voisins en ville, car eux aussi ont fait comme vous. On ne peut pas se réclamer de la démocratie et de la liberté et approuver l’idée qu’une fille qui fait l’amour et perd sa virginité doit être punie de mort. On ne peut pas adhérer au FFS ou au RCD et rester aussi archaïque sur le terrain de la morale sexuelle et de la liberté des rapports entre les hommes et les femmes.

Un couple qui se becquette derrière un arbre, c'est beau, ça n'a rien d'obscène. Pourquoi identifier cela à de la pornographie ? Pourquoi accabler la fille de votre mépris ou saccager sa réputation ? Ici, en France, quand on voit un couple comme ça, on est content, on est heureux pour eux, pour leur bonheur. On ne leur tire en tous les cas pas dessus avec un fusil en criant au péché...

Je voudrais vous dire que votre rôle est celui de défendre l’amour et non celui de le réprimer. Votre rôle, jeunes hommes, est d’aider vos sœurs à s’émanciper et non pas d’aider la Tradition à leur voler leur liberté. Si beaucoup d’entre vous ne trouvent pas de filles à fréquenter, c’est perce que vos familles les ont empêchées de sortir et de circuler. Poser des plaques moralisatrices et soutenir la répression des plaisirs ne sert à rien d’autre qu’à accentuer votre marasme. J'ai montré cette pancarte à des gens très cultivés ici : ils étaient atterrés, dégoûtés, parce qu'ils croyaient que la Kabylie était plus « ouverte », plus « démocratique ».

C’est à vous d’imposer la mixité, de faire reculer l’idéologie des « familles », de périmer les idéaux des vieux clans sauvages, car personne ne le fera à votre place. C’est à vous de libérer l'amour, pour que cessent les agressions sur des gens innocents dont le seul tort est de prendre du plaisir.


[1] Je me réserverai bien entendu comme tout blogueur le droit de supprimer tout commentaire insultant.

 

 

Posté par Naravas à 00:02 - NOUVELLES DU MAGHREB - Commentaires [23] - Permalien [#]

Commentaires

    [quote]Un couple qui se becquette derrière un arbre, c'est beau, ça n'a rien d'obscène. Pourquoi identifier cela à de la pornographie ? Pourquoi accabler la fille de votre mépris ou saccager sa réputation ? Ici, en France, quand on voit un couple comme ça, on est content, on est heureux pour eux, pour leur bonheur. On ne leur tire en tous les cas pas dessus avec un fusil en criant au péché.../quote]

    Certes, les relations sexuelles hors liens conjugaux sont interdites par la religion musulmane et d'ailleurs par toutes les religions.
    Mais l'ancrage musulman en Algérie est très fort et vous le savez. Seulement l'Islam qu'il y a en Algérie est éloigné de l'Islam véritable de tolérance et de vertu.

    En droit musulman la preuve de la relation extraconjugale doit être prouvée par quatre témoins ayant constaté de visu la réalité de la relation sexuelle dans ses détails les plus intimes, ce qui est chose impossible en pratique.

    Et c'est au juge d'appliquer la sanction et pas à n'importe qui et son verdict doit tenir compte des conditions objectives et personnelles des prévenus.

    L'islam interdit de coller des étiquettes aux gens et Ali, le gendre du prophète, qui était premier juge du temps du Calife Omar, stoppa ce dernier qui accusait des personnes d'adultère, en lui disant que s'il les nommait et n'apportait la preuve par quatre témoins, c'est lui qui serait sanctionné bien qu'il soit Calife.

    L'amalgame qui se fait entre l'Islam et les traditions Algériennes fait que la mauvaise compréhension amène les gens à l'intolérance et détourne beaucoup de monde de cette religion.

    Certes l'islam interdit l'isolement d'un homme avec une femme, mais aucune sanction terrestre n'est prévue, c'est leur affaire avec Dieu.

    Il est vrai que le musulman doit ordonner le bien et détourner du mal mais pour ce faire il doit convaincre par la bonne parole sauf si le gouvernant lui ordonne d'utiliser la force.

    Il ne doit en aucun cas imposer son point de vue par la force de son propre chef, car cela engendrerait le chaos,

    Mantenant et plus terre à terre , celui qui ne veut pas qu'on sorte avec sa soeur ou sa fille, ne doit pas sortir avec les soeurs ou les filles des autres.

    Posté par jnsplu, 13 septembre 2008 à 02:51
  • Conseils

    Bonjour,
    Comme je vois vous êtes un bon conseillé pour les gens d'Azazga.
    Je ne vous connais pas mais je suis sur que vous etes de ceux qui manifestaient dans le temps avec les femmes pour demander leurs droits et qui obligent leurs soeur, femme ou mère à la maison et qui n'ont le droit de sortir que pour la cueuillette d'olives parceque leur mais sont plus leste que celle de l'homme.
    Chez nous les femmes sont libre de leur mouvements elles travaillent, vont au marcher...
    Dans la ville d'Azazga en on trouve autant de femmes que d'hommes.

    Posté par boukam61, 14 septembre 2008 à 14:01
  • Coexistence pacifique

    @ jnsplu :

    Pas de souci, je vais en effacer un
    En fait, la position de l'islam que tu cites est connue. Mais à moins de vivre sous le régime d'un état islamique, voire d'une dictature islamiste, on ne peut obliger personne. C'est ton droit de penser que la mixité doit être abolie. Mais ce n'est pas l'avis des gens d'Azazga, qui se réclament d'un autre modèle social...

    La meilleure solution est à mon avis de mettre en place un cadre qui te permet à toi de suivre ton modèle religieux sans l'imposer aux autres et qui permet en même temps à d'autres de suivre leur modèle de mixité et de liberté sexuelle (si ils le veulent) sans l'imposer aux autres également. Ce cadre s'appelle La République et son système de gouvernance est la démocratie. Et tout le monde pourrait y trouver son compte. Tu voiles ta femme, ça te regarde, je laisse ma fille s'exposer en deux pièces à la plage, ça me regarde...

    Posté par Naravas, 14 septembre 2008 à 22:50
  • Où sont les arguments ?

    @ boukam61 :

    Je ne crois pas avoir utilisé le terme "conseil" dans mon post et le fait de consacrer un débat à ce sujet prouve que je me mets au même niveau que mes lectrices et lecteurs, qu'ils soient de cette région d'Algérie ou d'ailleurs.

    J'aurais aimé entendre tes arguments sur les questions soulevées au lieu de te contenter d'affirmer le contraire. Bien sûr qu'il y a des hommes et des femmes au centre-ville d'Azazga. Qui le nie ? Mais on a bien vu que cette forme de mixité est illusoire, que l'amour y est suveillé et réprimé et que de jeunes gens furieux se défoulent sur les couples surpris derrière les buissons de Yakouren et les agressent.
    Quant à ma famille, elle n'est bien entendu pas le sujet de ce post. Si ça t'intéresse, on pourrait ouvrir un autre débat dessus lol !
    Bien à toi,

    NVS

    Posté par Naravas, 14 septembre 2008 à 23:08
  • Mon modèle social c'est le modèle social typiquement Algérien. Un Algérien ne voudrait pas à coup sur, même s'il habite Azzazga, dont je respecte les habitants très hospitaliers, que sa soeur ou sa fille aille se faire "becqueter" dans les bois même si c'est pour elle agréable et que VOUS le pratiquez bien en FRANCE.

    A Azzazga la mentalité est tout aussi Algérienne qu'ailleurs.

    Quand on vit dans un pays, il est vrai qu'on doit se soumettre à ses us et coutumes, ce qui est votre cas, ce qui est le notre.

    Je ne cherche pas à imposer mon modèle religieux, je n'en ai pas besoin et pour être franc, je n'en ai peut être même pas, je me cherche encore, on nous a mélangé toutes les cartes. Si tu es convaincu dans un sens ou dans l'autre, tant mieux pour toi, reste sur ta position. Cela devrait te procurer la sérénité qui nous manque affreusement ici.

    Mais je voudrais quand même savoir en quoi le fait de dire mon opinion constitue t il une contrainte, dis moi ? Si mes arguments ne te conviennent pas, tu n'as pas à me dire pourquoi ils ne te conviennent pas,

    Mais si tu estimes que je suis dans l'erreur, je souhaiterai vivement que tu m'éclaires. En tout cas, je considère qu'mettre une idée n'est pas l'imposer.

    Et puis il y a la notion d'ordre public que tu estimes devoir occulter, au cas où une république démocratique que j'appelle de tous mes voeux serait installée en Algérie.

    Comme disait pascal: "vérité en deça des pyérénées erreur au delà". Ce qui est valable en France ne l'est pas pour l'Algérie.

    Et même en Algérie, ou en France, ce qui est valable pour une région, ne l'est pas forcément pour toutes les autres. L'ordre public local, en somme. On l'appelle l'ordre public parcequ'il risque d'y avoir des troubles.

    Posté par jnsplu, 17 septembre 2008 à 02:22
  • Hé ! je viens de m'en apercevoir, je n'ai jamais dit que la mixité doit être abolie. J'ai dit que bien que le fait pour un couple de s'isoler dans une foret eou ailleurs constitue une infraction a la religion, il n'y a pas de sanction terrestre et c'est donc leur affaire devant Dieu.

    Posté par jnsplu, 17 septembre 2008 à 21:25
  • Cadre et modèles

    @ jnsplu :

    Bonsoir,
    Doucement, je ne crois pas avoir été agressif ni avoir dit tout ce que tu me reproches. Si tu veux, on peut reprendre les choses calmement...

    - A moins de mélanger entre ce commentaire et celui que j'ai laissé sur ton blog, je ne t'ai fait vraiment aucun reproche, aucune critique.

    - Je me suis limité à relever la différence entre un modèle qui serait l'application du hadith que tu cites (et tu es bien d'accord que si on appliquait littéralement ce hadith, on aboutirait à l'abolition de la mixité...) et un autre modèle qui ne se référerait pas à la religion. Ces deux modèles existent bel et bien dans la société algérienne, les uns se réclamant du premier, les autres du second.

    - Et je te parle en connaissance de cause, les gens d'Azazga sont très loin du modèle de ce hadith.

    - Mon opinion n'est pas contraire à la tienne : il faut un cadre républicain et un système démocratique pour que chacun puisse suivre le modèle qu'il veut. C'est tout. C'est très clair, on n'a même pas besoin d'argumenter

    - Et biensur, ton opinion ne me dérange pas. J'ai ouvert ce post pour qu'il y ait débat et pour qu'il y ait divergence d'opinions...

    - Mais là où je ne pourrais pas te suivre, c'est quand tu parles d'ordre social et de vérité selon les régions. Le cadre républicain a fait ses preuves un peu partout dans la planète. Et tu me parles comme si j'étais français lol ! Non, je connais bien l'Algérie, le reste de mes posts te le diront. L'Algérie est avant tout plurielle...

    - Sinon, oui, il y a une situation, elle est catastrophique, surtout pour les femmes et pour les couples. Il y a des agressions qui se font, des assassinats aussi. De l'autre côté, il y a aussi des filles et des couples qui veulent être libres, qui veulent ne pas être agressés, surveillés ou enfermés, qui veulent circuler, se rencontrer et s'aimer normalement. Or, ces gens sont violentés et empêchés de vivre librement. C'est leurs droits élémentaires mais la société les briment. Et ça pose problème ! Un ordre social injuste mérite d'être changé. Et c'est ce combat là qui mobilise les forces du progrès dans une société.
    Le combat pour la liberté concerne aussi les femmes, qui sont dans une situation déplorable, et les gens qui ne sont pas religieusement musulmans à la façon dont tu le souhaiterais peut-être : des laïques, des indifférents, des chrétiens, des homosexuels, etc. Chacun a ses droits, et chacun a le droit d'être libre, de ne pas être persécuté !

    Posté par Naravas, 17 septembre 2008 à 23:55
  • @ naravas.

    Bonjour.
    Je ne pensais pas être agressif mais le message écrit fait généralement un halo autour de lui qui permet d'y lire ce que le message ne contient pas. Mon style d'écriture est parfois un peu sec et prête à confusion. S'il y a une chose, c'est que je suis sincère dans ce que je dis mais parfois j'ai des opinions contradictoires en fonction des jours, de mes états d'âme et de l'évolution du milieu dans lequel je vis.

    Je n'ai pas mélangé entre les commentaires, mais je n'ai jamais dit que je voulais interdire la mixité, ce n'est pas moi qui gouverne. Je n'ai fait que dire une règle de l'islam et dire ensuite qu'elle n'a pas de sanction (terrestre) prévue et que donc elle est laissée à l'appréciation de la foi de chacun. J'ai développé en disant que même le fait de s'isoler dans un bois pour un couple n'est pas constitutif de l'infraction de "zina" car celle ci réclame des preuves difficilement réalisables, le législateur musulman a placé la barre très haute.

    Je n'ai pas parlé d'ordre social, j'ai parlé d'ordre public. Il y a des faits qui ne dérangent personne dans une région mais qui soulèvent un tollé dans une autre. Je te rejoins donc pour dire que l'Algérie est plurielle.

    Tout le monde sait que la situation des femmes en Algérie est catastrophique et pas uniquement des femmes d'ailleurs . Mais si je comprends bien tu veux une révolution des moeurs qui ne tient plus compte de nos valeurs ancestrales parceque dépassées ou parceque certains les interprètent avec violence ? En ce qui me concerne je pense que la violence est le corrolaire de l'injustice qui s'est installée dans le pays et n'a rien à voir avec les traditions.

    Maintenant je dis heureusement que nous avons ces freins moraux chez nous parceque sans eux la situation serait encore plus catastrophique vu l'absence de droit.

    Quelle que soit l'orientation de l'individu, je considère que c'est d'abord son problème et s'il ne me nuit pas ou ne nuit pas à la majorité, c'est son problème personnel et nul ne peut le retenir. Même lorsqu'il nuit à la majorité, il y a des institutions qui la représentent et c'est à elles d'agir dans le cadre de la loi et à elles seules et non pas à des illuminés d'aller faire la loi.

    Maintenant aller chambouler tout l'ordre social, je parle de l'ordre social et pas de l'ordre public, pour qu'une poignée d'individus marginaux puissent s'adonner à leurs sports favoris sous prétexte de liberté, je trouve que c'est à la majorité de dicter l'ordre social et qu'il y a toujours des limites à la liberté, une liberté sans limites est une dictature.

    Posté par jnsplu, 25 septembre 2008 à 13:22
  • Cela me fait penser à notre misère sexuelle en Tunisie. Si on sors des grandes villes il n'est pas possible d'être seul avec une fille si on n'est pas fiancée avec elle. Il n'est bien entendu pas question de baisers sur la bouche qu'il s'agisse de fiancés , de mariés ou de simples amoureux, ou alors il faut être dans les grandes villes et dans des restos et cafés d'un certain standing.
    En résumé le peuple lui n'a pas droit à l'amour ou en tout cas pas le droit à la tendresse. Au nom de quoi je me le demande quand on sait que même les couples mariés sont visés ici, on ne peut même pas dire qu'il s'agisse d'honneur dans ce cas

    Faire l'amour dans ces conditions est encore plus inimaginable, non pas que ça ne se fait pas (ça se fait même assez souvent) mais cela n'enrichit pas l'album de beaux souvenirs puisque la seule solution pour les faires dans des conditions idéales et "romantiques" serait que l'un des deux vive seul dans une grande ville et de préférence que les parents de la fille soient du genre à la laisser dormir chez "une copine". Dans le cas contraire ça ne ressemblerait plus à un acte coupable et pressé qu'à un acte d'amour. Je ne sais pas à quelle probabilité cela correspond mais je ne le crois pas bien grande

    Posté par trainspotting, 21 octobre 2008 à 14:46
  • le Maghreb clandestin

    Salut Trainspotting,

    Je vois que tu as beaucoup de choses à raconter lol ! Oui, tu as raison, la situation de répression des plaisirs est sensiblement la même dans tout le Maghreb, voire le monde arabe. Les villes elles-mêmes ne sont pas des havres de paix pour l'amour. J'ai observé des choses bien choquantes de ce point de vue à Tunis et à Tozeur, il y a de cela quelques années, bien avant l'explosion de l'islamisme. La Kabylie a ceci d'original à mon avis qu'elle présente en mignature les problèmes vécus par l'ensemble du Maghreb. Et ceci, malgré l'existence d'une culture kabyle spécifique et originale, et d'une langue millénaire, jalouse de sa berbérité...
    Pour le reste, je retiens donc que si je viens en Tunisie, il n'est pas possible de prendre un verre avec toi sans me retrouver dans la clandestinité lol !

    Posté par Naravas, 21 octobre 2008 à 23:22
  • Ce serait dans la capitale, donc on peut parfaitement prendre plusieurs verres même ça aurait été plus difficile si je vivais dans un village. Marhba à tout moment en tout cas.

    Posté par trainspotting, 27 octobre 2008 à 15:41
  • :-)

    Ah, c'est bien gentil tout ça !
    Je n'ai pas de voyage immédiat programmé pour la Tunisie mais si je viens, je chercherai ton mail.
    Bien à toi,

    NVS

    Posté par Naravas, 30 octobre 2008 à 23:33
  • vous n'est pas dans le bon sens

    nous sommes tres fiere de conserver nous tradition que l'islam nous a ensigner
    il faux metre dans la tete que l'islam est une religion de principe non pas de tragedie comme vous penser

    Posté par farid, 29 décembre 2008 à 20:12
  • Nous les islamistes ...

    C'est qui "nous", jeune homme ?
    Ceux qui se disent "musulmans" avant de se définir comme des êtres humains ?
    Ça, ça s'appelle des islamistes, cher ami.
    Et ça oui, c'est tragique, et même mortel ...

    Posté par Abd El Maakir, 30 décembre 2008 à 18:07
  • Amalgame

    Vous savez je ne suis pas Musulmane mais je les connais et porter ce jugement monsieur Abd El Maakir c'est obscur. Biensûr qu'ils se définissent d'abord comme humain, y'en a qui mettent peut-être leur identité un peu trop en avant mais rien à voir avec les islamistes tant qu'il n'y a pas de mal (mdr!). Vous en avez tellement marre des islamistes locaux ou quoi pour amalgamez ainsi dans votre jugement!?

    J'ai étudié cette religion et je sais qu'elle est modérée même si elle est pas comme notre société. Comme le montre l'article et les post à côté d'elle il y a des excès qui viennent de partout. Je vous plains les Arabes. Alors voilà un problème et des gens souvent plutôt que de réfléchir amalgament et exagèrent comme en Kabylie. Amalgame par ignorance, lâcheté, haine...? Ces phénomènes sont fréquents dans toutes les sociétés malheureusement. Et puis je l'ai vu écarter le sexuel avant le mariage n'est pas le rejet de l'amour, c'est humain de redouter une chose donc on ne peut obliger un pays que dans le combat contre l'excès.

    L'Occident aussi connaît l'amalgame et l'excès. Dans des zones d'Europe il faut voir la dégringolade des valeurs ou de l'instruction. Ici on nous abrutit avec une nouvelle culture qui manque de culture, il faut regarder le résultat quand on considère la porno comme un art (beuuh!). Ici si quelqu'un se rebife contre certaines versions de l'histoire il est des fois perçu comme un illuminé ou s'il a le malheur de ne pas apprécier nos moeurs il n'est pas rare qu'on se moque de lui, s'il est black dans un stade des groupes le traitent de sauvage ou il a du mal à avoir un appart ou un job et ya aussi les têtes d'arabes qui conviennent toujours pas pour entrer dans les boîtes de nuit (c'est sûrement un islamiste nooooooon un casseur) etc. L'hypocrisie de notre société sur des réalités de notre monde aussi est pesant commme son intolérance envers d'autres cultures. Ce que je sais par l'histoire c'est qu'il n'est jamais bon d'accuser à tort c'est anti-démocratique.

    Au fait monsieur Naravas, dans votre article il y a deux fautes d'orthographe : c'est compagne et pas "campagne", et c'est parce et non "perce". Tapez ces deux "mots" dans l'onglet recherche et vous les retrouverez pour corriger. Vous écrivez trop vite ou vous ne relisez pas comme mes élèves (lol) mais c'est intéressant. Salut.

    Posté par Axel, 03 janvier 2009 à 10:04
  • Axel

    @ Axel :

    A moins de se faire relire avant de poster, on trouvera toujours des fautes de frappe ou d'orthographe dans un texte. J'essaye de limiter le nombre, sinon le lecteur corrigera de lui-même. Faut pas non plus faire dans l'obsession ou la culpabilisation orthographique, l'important est ailleurs...

    Posté par Naravas, 18 janvier 2009 à 21:39
  • Bonjour Naravas,

    Merci pour cet article. Je découvre ton blog ce soir, en commençant par ton article sur lvachir, que j'adore.
    Je ne suis pas kabyle, je ne suis même pas algérienne.
    Je suis franco-marocaine et j'ai la chance d'être issue d'un couple mixte... Le métissage fait ma force...
    Tout ce que tu dis au sujet d'Azazga, je m'y reconnais, bien qu'ayant vécu dans la tranquille capitale marocaine, Rabat, jusqu'à ma majorité.

    En ce qui concerne le "becquetage", j'ai une petite anecdote à ce sujet. J'étais au lycée, j'avais 17 ans et un petit ami... Un jour, nous sommes allés avec des amis au fond d'une forêt proche de notre lycée. Les fumeurs (enfin, plus exactement, les fumeuses) pouvaient y fumer et nous les amoureux, nous pouvions nous tenir par la main, et je pouvais appuyer ma tête contre celle de mon petit ami. Nous étions donc là, depuis deux heures, et personne n'était passé par là, quand un vieux monsieur est passé sur sa vieille bicyclette et quand il nous a vus, appuyés l'un contre l'autre, il s'est énervé et nous a fait la morale pendant de longues minutes...

    Quelle humiliation de se faire sermonner quand on ne fait rien de mal, quand on doit se cacher juste pour être heureux! et je ne vous parle même pas de sexe! A l'époque, ça ne me venait même pas à l'esprit, je voulais de la tendresse, faire des bisous, rire avec un jeune homme de mon âge mais le sexe, non, c'était pour le grand amour...

    La dernière fois que je suis allée voir mes parents au Maroc, j'ai eu l'agréable surprise de voir quelques (oh! ils n'étaient pas nombreux!) jeunes couples se tenir discrètement par la main. Certes, c'était dans le quartier "branché" de Rabat mais ça m'a fait du bien de voir ces jeunes, la vingtaine, qui faisaient du shopping en s'affichant ensemble, simplement, sans provocation, sans démonstrations "obscènes" (puisqu'un simple baiser sur la bouche est considéré comme tel) mais juste heureux d'être là un samedi après-midi.
    Certes pour le moment, ce genre de comportement est réservé à une certaine catégorie de la population mais c'est déjà un début.

    Quel mal y a-t-il à s'aimer ? Quel mal y a-t-il à passer du temps ensemble pour mieux se connaître et profiter un peu de cette vie ? Les moralisateurs donnent l'impression que les couples s'affichent en train de "baiser" sur les bancs publics, alors que bien souvent, en public, l'être humain est naturellement pudique.
    En france, où je réside aujourd'hui, les couples sont libres, mais j'en connais beaucoup (et la plupart n'ont rien de maghrébin!) qui sont pudiques en public, et qui réservent leurs démonstrations de tendresse pour leur intimité.
    Alors ? De quoi ont peur tous ces moralisateurs ? Que leurs pays se transforment en partouzes géantes, dans les rues, les parcs, les cafés, les écoles ? Quel mépris pour l'intelligence populaire, et pour leurs concitoyens!

    Amicalement

    Posté par Daiquiri, 26 février 2009 à 21:51
  • Je viens de m'apercevoir que mon précédent commentaire se finit de manière un peu abrupte...

    Je voudrais juste ajouter que le Maghreb est une région merveilleuse, aux paysages magnifiques, aux populations généreuses et hospitalières, d'une grande intelligence.
    Nous avons la chance d'avoir des Histoires riches, comblées de métissages culturels, dont les racines plongent en plein coeur de la Méditerranée... Des Histoires peuplées de grands philosophes, mathématiciens, théologiens, poètes, érudits qui ont posé les bases pour que l'on vive tous en bonne entente... mais qui sont malheureusement trop souvent oubliés...

    Posté par Daiquiri, 26 février 2009 à 22:04
  • De Tizi-Ouzou à Rabat

    @ daiquiri,

    Je suis content de te lire !
    Pourrais-tu nous préciser la date de ces faits ?
    Oui tu as raison de dire que certaines libertés en matière d'amour restent l'apanage des classes aisées, qui aménagent souvent ce que j'appelle des "simulacres d'Occident" au Maghreb. Mais que ces îlots sont réduits et réservés face à l'océan des espaces moralisés, soumis à un contrôle souvent violent de l'usage que l'être humain fait de son propre corps. Je ne parle même pas de l'islamisme qui passe souvent aux méthodes radicales en ces matières.
    Mais ton histoire est géniale, elle nous dit combien d'un bout à l'autre du Maghreb, les mêmes problèmes sont posés, les mêmes expériences sont vécues...

    Posté par Naravas, 26 février 2009 à 22:18
  • Salut à toi Navaras!

    Alors, pour les faits relatés : l'anecdote de mes 17 ans remonte à (pffff... déjà! ) 99 et les petits jeunes qui se baladent main dans la main, ça date d'octobre dernier... 10 ans d'écart entre ces deux moments...

    Oui, cette liberté est, malheureusement, l'apanage des personnes aisées, cependant, je complèterai tes propos par rapport à "ces simulacres d'Occident", et par là-même, ruinerai la note d'espoir que je m'efforçais d'apporter plus haut! lol

    Les jeunes gens de la classe aisée marocaine, tout modernes qu'ils veulent se croire, sont de parfaits hypocrites. Ils sortent avec des filles de la même classe sociale qu'eux, les sautent (pardon pour le terme mais c'est le seul qui s'impose), sortent avec elles parfois de longs mois voire des années! Puis, quand il s'agit de passer aux choses sérieuses, de parler mariage, ben, ils les jettent tout simplement, en prétextant leur non-virginité ! Et bien souvent, ce sont eux qui les ont déflorées ces filles! Ca me fait vomir ! Et honnêtement, je ne pense pas que la pression familiale y soit pour quoi que ce soit ! En effet, ces filles venant du même milieu, ce n'est pas ce problème.
    En fait, je ne peux expliquer ce comportement que par cette espèce de schizophrénie qui a saisi les pays du Maghreb (en tout cas le Maroc et l'Algérie, car je ne connais pas la Tunisie) : Moderne quand on est jeune, dans l'insouciance, devant les potes, l'été à la plage... Et profondément rétrograde dès que les questions de fond concernant la relation homme-femme se posent (se marier, fonder une famille, trouver sa place d'adulte à adulte dans un couple).

    Dommage.

    Posté par Daiquiri, 26 février 2009 à 23:01
  • les Ancêtres

    @ Daiquiri :

    Oui, c'est bien dommage pour ces jeunes filles en effet. Les structures intériorisées sont plus fortes que la volonté de changer les choses, si toutefois celle-ci existe...
    Les Ancêtres redoublent de férocité !

    Posté par Naravas, 01 mars 2009 à 19:37
  • Pfff n'importe quoi encore

    @Daiquiri & @Naravas MDR!!!!!

    Je ne pense pas que les filles là-bas qui se font "sautées" comme vous dîtes soient étrangères à toutes ces histoires, à vous lire on croirait des anges LOL! Faut modéré! C'est les hommes qui déflorent et les petites qui sont innocentes. Toujours? Bas voyons! Je dis ça parce qu'en France avec les maghrébins on peut entendre l'inverse! Çà pétarade chez nous! Puis après pour les relations d'amour je dirais que c'est toute la société arabe qui gère mal et pas que ceux que vous visez. Bon allez bonne soirée.

    USUS 3.0 SYSTEM OFF

    Posté par Digit, 05 avril 2009 à 20:18
  • Société arabe

    Société arabe ?
    Je ne sais pas si ça existe, cette chose. Il faut dire plutôt que le problème se pose dans bon nombre de sociétés, par exemple dans pas mal de sociétés indiennes, pas uniquement arabes. Mais il est vrai que le monde arabe connait les mêmes problèmes et de façon sérieuse. Ce qui nous intéresse en premier lieu ici, c'est la façon dont le Maghreb les vit, les justifie, les contourne, etc.
    Pour les filles, on est pas des juges, on raisonne à l'échelle des mécanismes sociaux, et ce mécanisme là existe en effet. Après, ce n'est pas forcément pour désigner des coupables et des innocents...
    Bien à toi !

    NVS

    Posté par Naravas, 05 avril 2009 à 23:22

Poster un commentaire