angles de vue...

Point de vue africain sur des questions de la culture et de l'actualité. Petit journal des idées de l'auteur. Les rêves et l'imagination d'un homme qui a vu sourire les étoiles et qui s'est promis de sentir le parfum de toutes les matinées embaumées.

25 avril 2009

Le sociologue, le prophète et l’intellectuel

Le sociologue, le prophète et l’intellectuel

 

max_weber              Max Weber pense que l’université « donne souvent la préférence à un prophète, si petit soit-il, qui remplit les amphithéâtres, et écarte le savant, si grand soit-il, qui s’en tient à sa matière ». Les professeurs sont selon lui très sollicités pour produire des discours publics, des « vues personnelles », des prophéties. Mais ce serait exploiter la condition de l’étudiant que de se livrer à ce genre dans un espace où l’apprenant est forcé d’apprendre et où les vues produites sont soustraites à la critique et au débat avec les pairs.
 
Bennet M. Berger analyse quant à lui la fonction d’intellectuel. Selon lui, si l’homme de lettres monopolise la fonction d’intellectuel, ce n’est pas à cause de la qualité artistique de ses écrits (qui se serait subitement amélioré ces dernières années), mais c’est parce que qu’il se pose comme commentateur et interprète de la culture contemporaine. Cela n’a été possible que grâce à sa condition qui est la suivante : 1) il est soustrait aux spécialisations techniques ; 2) il est libre de porter des jugements de valeur intransigeants et péremptoires ; 3) il est dégagé de toute contrainte institutionnelle (puisqu’il vit du produit de ses ventes) ; 4) la tradition humaniste (selon laquelle l’homme est le mystère des mystères et que le monde est enchanté) qui l’a formée le porte aux vues générales ; 5) son travail solitaire l’affranchit des règles d’une recherche en équipe ;
 
Il s’ensuit que le profil du sociologue (et du scientifique) est opposé à celui de l’humaniste et de l’intellectuel. Quand ces derniers demandent aux sociologues de « s’attaquer aux grands problèmes », ils lui enjoignent en réalité de cesser d’être un scientifique obéissant aux impératifs épistémologiques de la recherche pour se livrer aux assertions généralistes et aux jugements des débats « intellectuels ».
 
« A la différence du sociologue, soumis à la règle d’une stricte séparation entre les faits et les valeurs, on attend de l’intellectuel qu’il juge et évalue, qu’il loue et qu’il blâme, qu’il essaye de gagner des gens à son point de vue et qu’il défende sa position contre ses adversaires » (Bennet M. Berger)

 
_____________
 
- Bennet M. Berger, “Sociology and the Intellectuals : An Analysis of a Stereotype”, Antioch Review,
        Vol. XVII, 1957, pp.267-290.

-  Weber Max, Essais sur la théorie de la science, (trad. Julien Freund), Paris, Plon, 1965,
        pp. 413-416.

Posté par Naravas à 20:42 - LU, VU, ENTENDU - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire