angles de vue...

Point de vue africain sur des questions de la culture et de l'actualité. Petit journal des idées de l'auteur. Les rêves et l'imagination d'un homme qui a vu sourire les étoiles et qui s'est promis de sentir le parfum de toutes les matinées embaumées.

04 juin 2009

Du discours de Dakar (Sarkozy)... au discours du Caire (Obama)

Du discours de Dakar (Sarkozy) ...
 
au discours du Caire (Obama)

 

Obama_source_cbs_news              Le discours – certainement historique – que vient de tenir (aujourd'hui 4 juin 2009) le président américain à l’université du Caire ne me fait pas penser à la rupture avec son prédécesseur, ce qui me parait évident, mais aux discours que Nicolas Sarkozy a tenu à l’université de Dakar le 26 juillet 2007, à l’adresse des Africains. Je ne sais pas comment va évoluer la politique de Barak Obama à l’égard du monde musulman, je ne connais pas l’issue du conflit avec l’Iran sur le nucléaire. Mais la simple comparaison des deux textes d’Obama et de Sarkozy fait apparaître un certain nombre de points saillants :
 
° Obama, président d’un pays puissant, démocratique et technologiquement performant, se met en position d’égal à égal vis-à-vis d’un ensemble de pays musulmans (qu’il sait pertinemment gouvernés par des (semi-) dictatures). Sarkozy déclame avec un paternalisme colonial du haut de sa francité des conseils à des pays africains qu’il considère comme incapables de sortir de leur arriération économique et culturelle. Il parlait pour dicter aux Africains « ce que l’Afrique est »,  « ce qu’elle veut » pour finalement, tenez-vous bien, lui proposer…une Renaissance !

« Cette Renaissance, je suis venu vous la proposer. » (Sarkozy)
« Alors cherchez l’autosuffisance alimentaire. Alors développez les cultures vivrières. » ; Sans parler des phrases du genre :
« Jeunesse africaine, faites ceci/ne faites pas cela… »  (Sarkozy)

 

Obama_1° Obama fait référence à des épisodes précis de l’histoire musulmane, comme l’Andalousie (à propos de laquelle il paraphrase Jacques Berque), montrant par là une connaissance raisonnable du passé musulman, là où Sarkozy fait appel à la nature et au retour cyclique des saisons, montrant par là une ignorance incroyable (à ce niveau de responsabilité) de l’histoire du continent africain…

eternel_retour

« Le drame de l'Afrique, disait-il, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire. Le paysan africain, qui depuis des millénaires, vit avec les saisons, dont l'idéal de vie est d'être en harmonie avec la nature, ne connaît que l'éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles. Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n’y a de place ni pour l’aventure humaine, ni pour l’idée de progrès. » (Sarkozy)
 
« Car chaque peuple a connu ce temps de l’éternel présent, où il cherchait non à dominer l’univers mais à vivre en harmonie avec l’univers. Temps de la sensation, de l’instinct, de l’intuition. Temps du mystère et de l’initiation. Temps mystique ou le sacré était partout, où tout était signes et correspondances. C’est le temps des magiciens, des sorciers et des chamanes. Le temps de la parole qui était grande, parce qu’elle se respecte et se répète de génération en génération, et transmet, de siècle en siècle, des légendes aussi anciennes que les dieux. » (Sarkozy)

 “As a student of history, I also know civilization's debt to Islam. It was Islam - at places like Al-Azhar University - that carried the light of learning through so many centuries, paving the way for Europe's Renaissance and Enlightenment. It was innovation in Muslim communities that developed the order of algebra; our magnetic compass and tools of navigation; our mastery of pens and printing; our understanding of how disease spreads and how it can be healed. Islamic culture has given us majestic arches and soaring spires; timeless poetry and cherished music; elegant calligraphy and places of peaceful contemplation. And throughout history, Islam has demonstrated through words and deeds the possibilities of religious tolerance and racial equality.” (Obama)

 Rahan
° Obama parle de la religion musulmane en citant des versets coraniques et en se référant à la tolérance ottomane envers les autres religions dites du Livre. Sarkozy parle des religions africaines sans les connaître et les assimile globalement à des croyances et des « mentalités » primitives. C’est ainsi qu’il confond dans une litanie « les dieux, les langues, les croyances, les coutumes ». Il reconnaît ensuite au continent des « racines », « la profondeur et la richesse de l’âme africaine » ; il lui concède enfin des choses plus bizarres, du style des « primitiveries » qu’on retrouve dans les BD de Rahan : « les mystères qui venaient du fond des âges » et « les liens sacrés que les hommes avaient tissés patiemment pendant des millénaires avec le ciel et la terre d’Afrique ». Mais, le drame de ces pauvres paysans attardés reste pour lui la répétition mythique du même qui les empêche de rentrer dans l’histoire et d’accéder au progrès…
 
° Obama parle de ce qui réunit les pays et les supposées civilisations où ils s’imbriquent, de ce que les êtres humains partagent, là où le président français insiste sur les différences entre l’Afrique et l’Europe, là où il oppose « l’homme africain » à « l’homme européen », quand ce n’est pas à « l’homme moderne » tout court, là où il distingue « la civilisation européenne » de la « civilisation des ancêtres » [africains]…

 
“ (…) the interests we share as human beings are far more powerful than the forces that drive us apart.” (Obama)
“All of us share this world for but a brief moment in time. The question is whether we spend that time focused on what pushes us apart, or whether we commit ourselves to an effort - a sustained effort - to find common ground, to focus on the future we seek for our children, and to respect the dignity of all human beings.” (Obama)
 
Sarkozy_Dakar« Le drame de l'Afrique ne vient pas de ce que l'âme africaine serait imperméable à la logique et à la raison. Car l'homme africain est aussi logique et raisonnable que l'homme européen » (Sarkozy) [Quelle découverte déconcertante !]
« Je suis venu vous dire que l’homme moderne qui éprouve le besoin de se réconcilier avec la nature a beaucoup à apprendre de l’homme africain qui vit en symbiose avec la nature depuis des millénaires. » (Sarkozy) [l’homme africain n’est donc jamais moderne, lui] 

° Là où le président américain parle de l’universel chez tous les êtres humains, Sarkozy met l’Afrique d’un côté et l’universel du côté opposé. Monopole européen de l’universel versus mentalité magique et mythique de l’Afrique...

« Le défi de l’Afrique, c’est d’apprendre à regarder son accession à l’universel non comme un reniement de ce qu’elle est mais comme un accomplissement. Le défi de l’Afrique, c’est d’apprendre à se sentir l’héritière de tout ce qu’il y a d’universel dans toutes les civilisations humaines. C’est de s’approprier les droits de l’homme, la démocratie, la liberté, l’égalité, la justice comme l’héritage commun de toutes les civilisations et de tous les hommes. » (Sarkozy) 

° Au niveau des langues, Obama commence par une adresse en arabe, signe de respect et de politesse envers les populations qui l’écoutent. Sarkozy affirme au contraire (en citant grossièrement Senghor) que les mots africains « sont naturellement nimbés d’un halo de sève et de sang » [remarquons les liquides convoqués et leur union à la terre, à la nuit et à la vie] tandis que les mots du français « eux, rayonnent de mille feux, comme des diamants. Des fusées qui éclairent notre nuit » [le français, c’est le ciel, la hauteur et la lumière]…

 
°  Tandis que Sarkozy fait la promotion des stéréotypes les plus honteux et les plus coloniaux sur l’Afrique (du genre les Africains sont des enfants, ils vivent dans le mythe), Obama promet de faire de son mieux pour lutter contre les stéréotypes qui ciblent l’islam et le monde musulman.

« L’Afrique a fait se ressouvenir à tous les peuples de la terre qu’ils avaient partagé la même enfance. » (Sarkozy)
« La réalité de l’Afrique, c’est celle d’un grand continent qui a tout pour réussir et qui ne réussit pas parce qu’il n’arrive pas à se libérer de ses mythes. » (Sarkozy)
 
“And I consider it part of my responsibility as President of the United States to fight against negative stereotypes of Islam wherever they appear.” (Obama)

 On peut raisonnablement se demander si, avant de faire son discours, le président américain n’avait pas lu le discours de Sarkozy, pour en prendre le contre-pied…

Posté par Naravas à 22:44 - LU, VU, ENTENDU - Commentaires [24] - Permalien [#]

Commentaires

    Crypto-musulman

    C'est surtout courageux de la part de Obama, sachant que dans son pays et à travers les médias conservateurs, il est déjà suspecté d'être un crypto-musulman.

    Sa salutation si spéciale du roi saoudien avait fait le tour du monde (salutation-déférence, d'ailleurs, très mal vue dans l'islam orthodoxe !)

    Mais comme beaucoup, je n'attends rien de cet homme (de bonne volonté); par contre, c'est Sarkozy qui nous attend au tournant (mais avec une autre sorte de bonne volonté!)

    Posté par Abd El Maakir, 04 juin 2009 à 23:54
  • Berlusconnerie

    C'est juste que tu as oublié notre "accompagnateur" de mineures, j'ai nommé Berlusconnerie (je cite en original et le lien du canard, c'est pour faire mon Passouline ...)


    Parola di Silvio Berlusconi. «Non posso accettare - scandisce il premier al Palaghiaccio - che quando circoliamo nelle nostre città ci sembra di essere, e mi è capitato nel centro di Milano, in una città africana e non una città europea per il numero di stranieri che ci sono».

    Milano La Reppublica


    En gros, Berlusconnerie compare Milan à une ville africaine, à cause du nombre d'étrangers qui s'y trouvent.

    Il n'y a plus de valeurs ...

    Posté par Abd El Maakir, 05 juin 2009 à 20:17
  • Pédisant

    @ Abd Al Maakir,

    Oui, j'ai trouvé ce point aussi téméraire, non seulement par rapport à son opposition mais aussi par rapport à l'opinion américaine tout court. Certains ne goberont pas le fait de "faire des courbettes à un Dictateur pétrodollaré"...
    Après, bien que préoccupé à fonder de nouveaux rapports avec le monde musulman, sur la Palestine/Israël, il n'a quand même pas été révolutionnaire.

    Quant à notre vieux (pédisant...pardon..., il n'a bien sûr été ni pédophile ni médisant mais juste) président italien, il n'en est pas à sa première. Sa réélection est pour moi un mystère, dans lequel la télévison a du jouer un rôle déterminant.

    Posté par Naravas, 05 juin 2009 à 23:28
  • Mettre les voiles

    Cher ami, je crois que les propos d'Obama sur le voile vont faire des vagues
    (c'est pas bien de mener les gens en bateau ou de les mettre au vert quand ils ne veulent pas).

    Qui sait ? Il fait son numéro œcuménique pour faire oublier qu'il était injoignable et surtout inaudible durant son intérim présidentiel, alors que les Palestiniens se faisaient massacrer à huis clos, à coup de "plomb durci".

    Posté par Abd El Maakir, 06 juin 2009 à 00:58
  • Voile

    En même temps, audelà du coup politique que cela constitue, cette position sur le voile est aussi celle d'un Mohamed Arkoun et n'est pas loin de celle d'un certain grand sociologue français

    Posté par Naravas, 06 juin 2009 à 11:39
  • Le premier dirigeant occidental

    Enfin! Obama est le premier dirigeant occidental à avoir écouté et lu " les autres" au lieu de se placer, dans le meilleur des cas, dans une position sympathisante mais universaliste et ignorante. Il déplaira aux laïcs, féministes et droits de l'homm-istes occidentaux à moins qu'il ne les fasse s'ouvrir à une remise en question de leurs évidences universalistes. Mais il a des chances d'isoler les extrêmistes censeurs, haineux et guerriers. Espérons-le !
    Bravo pour cet article!

    Posté par AdrienneB, 06 juin 2009 à 11:46
  • Hier j'ai assisté à un spectacle où le comédien venant des usa, a pastiché un G.W. dépité en train de regarder de son ranch texan le discours d'Obama au Caire:
    - "Oh man... that black guy knows what's he's doing. I should have said that! I should have said salam aleikum..."

    Un salut bienvenu mais qui s'apparente fortement à un trick de spin doctors.

    Voici un lien vers une autre lecture de ce même texte par Noam Chomsky. Il met en exergue les silences révélateurs de l'adresse présidentielle, et en quoi ce qu'Obama a tu, sera peut-être le fondement la politique extérieure américaine.

    http://www.alternet.org/world/140462/chomsky%3A_what_obama_didn%27t_say_in_his_cairo_address_speaks_volumes_about_his_mideast_policy/

    Posté par Malak, 06 juin 2009 à 14:55
  • Tu sembles comparer DEUX discours : un pour les africains et l'autre pour les musulmans.

    Dakar, le Caire ...

    Posté par Eliakim, 06 juin 2009 à 18:43
  • Spin doctors et comparaison

    @ Malak :
    Ca doit être marrant ton spectacle et le comédien doit posséder un sens de l'improvisation très prononcé puisqu'il s'inspire d'évènements aussi récents.

    Je partage l'analyse de Chomsky, qui est aussi celle de quelques politiciens arabes avisés. Je suis moi-même très pessimiste concernant la Palestine. Il ne reste presque plus de terres et Israël se radicalise de plus en plus... Ce sera très difficile !

    Cette comparaison n'est évidemment pas un éloge de la politique d'Obama dans la région. Cette politique, nous ne la connaissons pas encore à vrai dire, elle commence à peine à se déployer. Je voulais faire un contraste à grands traits entre les deux discours. Le fait est que Sarkozy possède aussi ses spin doctors et ses conseillers. Mais l'un d'entre eux, Henri Gaino, réputé avoir écrit ce discours de Dakar, puise dans un registre beaucoup moins savant et beaucoup plus colonial que ceux de la Maison Blanche. Convoquer Maurras (Gaino et Sarkozy) ou convoquer Jacques Berque (Obama), ce n'est quand même pas la même chose...

    @ Eliakim,
    Oui, tu as tout compris, c'est bien cela, il n'y a pas plus. La comparaison peut avoir bien des vertus

    Posté par Naravas, 06 juin 2009 à 19:44
  • Altérité

    @ Adrienne B

    Bienvenue sur ce site!
    Je ne serai personnellement pas aussi optimiste. Disons que la dimension de l'Autre figure de façon plus acceptable dans son discours, en comparaison à ceux de Sarkozy, Berlusconi, Blair, Bush, etc.

    NVS

    Posté par Naravas, 06 juin 2009 à 19:49
  • Ah mais je ne commentais l'analyse discursive que pour la partie Obama!
    Les discours de Sarkozy, en ex-habitante des hauts-de-seine, cela fait environ 10 ans que je ne les écoute ou lis plus... il me fatigue, je me suis arrêtée à Charles Pasqua.

    Blague à part, tu fais bien de souligner le manque de vision de la France sarkozyste et son manque de... conscience de soi.
    Quand outre-Atlantique ils élisent un président noir qui s'essaie à faire oublier la dialectique des New Born Christians et qui parle de smart-power pour ne pas dire que la banqueroute économique oblige à la jouer un peu plus low-profile, en France, qui chaque année recule dans les classements économiques, on continue de servir les mêmes discours condescendants et paternalistes.

    Posté par Malak, 06 juin 2009 à 20:50
  • Malak, je te trouve bien pessimiste (j'aime bien ce mot qui ne veut rien dire ...)

    Il faut être fier de ce coup de génie: sous le label "Sorbonne", la France exporte son modèle à Abu Dhabi ... dans une région qui se moque absolument des sciences humaines

    Et quand on sait que le meilleur de la France intellectuelle s'est fait "contre" la Sorbonne, ça fait encore plus rire ! (là, je ris --> )

    Vous imaginez, un discours universaliste réconciliateur, lu par le nabot à talonnettes, et écrit par Hassan al-Tourabi ?

    Au fait: qui a écrit le discours d'Obama ?

    ps: merci pour le lien Chomsky

    Posté par Abd El Maakir, 06 juin 2009 à 22:00
  • Chic ! Obama ne vas plus détruire la Mecque !

    Je reprends enfin du service (après un long arrêt maladie, une convalescence, un décès et deux mariages ...)

    Saviez-vous que certains cyber-islamistes (et autres croyants naïfs) voyaient en Obama l'Abyssinien qui allait détruire la Mecque ?

    http://www.abdelmaakir.blogspot.com/

    Posté par Abd El Maakir, 07 juin 2009 à 18:57
  • @ Abd El Maakir

    Premièrement, salamat wa ma tshof shaar inshallah.

    Ensuite, coup de génie, coup de génie... cela serait le cas si la France arrivait enfin à fourguer sa part du contrat de défense MIKSA.

    Pour le rayonnement culturel, la demande est venue du Golfe, rubis sur l'ongle en évidence, que ce soit pour le Louvre Abu Dhabi, la Sorbonne, Sciences-Po à Qatar. Ce qui a servi la France, c'est la surenchère que se livrent les émirats du coin dans le registre "I shine more than espèce de bédouin". Les campus américains sont installés depuis longtemps. Le Guggenheim et le Met n'ont pas poussé des cris de vierge effarouchée quand il leur a été proposé de s'exporter, les Français ont fait leurs midinettes pour finalement accepter.
    Après les haras, les compagnies aériennes est venu le temps des musées et des Education cities. Autre chose viendra rapidement.

    Et tu te trompes si tu penses que les sciences humaines ne sont pas à l'honneur ici! C'est leur problème tout au contraire...
    Ils se sont rendus compte il y a peu de temps qu'avoir tous les hommes (ou presque) diplômés en Islamic Studies et toutes les femmes(ou presque) historiennes ou psychologues, cela ne servait ni à gérer le pays, ni à contrsuire des ponts, ni à soigner les populations.
    Ils incitent petit à petit leurs jeunes à se diriger vers le Buiness Management, l'Ingénierie et la Médecine.

    Moins consternant qu'Obama l'Abyssinien: Kalbani l'Américain. Sheikh Adel Al Kalbani, le premier imam noir de la Grande Mosquée de la Mecque est surnommé "the Saudi Obama"...

    ps: cela devait être Ben Rhodes, puisqu'il est le seul habilité à rédiger les discours de politique étrangère de Barack Obama.

    Posté par Malak, 07 juin 2009 à 20:13
  • Allah i Khaliik, Malak
    Mazaal al baraka

    En fait quand je parlais du statut des sciences humaines dans le monde arabe, je pensais à cet article de Rue89 ainsi qu'à bien d'autres:

    http://www.rue89.com/innovation/2009/06/03/la-sorbonne-a-abu-dhabi-mirage-francais-au-pays-de-lor-noir

    Depuis les indépendances et les décolonisations, c'est la voix soviétique qui a primé: la technique contre la science; le savoir-faire contre le savoir; l'application contre la réflexion.

    Encore aujourd'hui, Al 'ulum al islamiya (sciences islamiques) n'intègrent absolument pas les acquis des sciences humaines. Je me souviens encore de la panique, suivie de la cabale organisée contre Mohammed Arkoun et sa fameuse préface du Coran de Kasimirski.

    Les sciences historiques étaient aux ordres d'une recomposition nationaliste de la Nation.
    Quant à l'anthropologie, c'était tout simplement une science "coloniale" et l'effet Edward Said n'a pas aidé non plus ...

    Que reste-t-il aux grands ? Le pétrole, les ingénieurs qu'il faut pour sucer les entrailles de la terre et des toubibs pour remettre les corps sur les chantiers.

    Pour la cure psy et le moral des corps, les voyages faisaient encore l'affaire: l'argent était là, et les visas - ces scandaleuses barrières administratives - n'existaient presque pas, pour ainsi dire.

    Quand je pense que, étant entre le Maroc et l'Algérie, je me rends compte que presque personne ne connait Abdellah Laroui, j'ai comme envie de m'endormir comme Ahl al Kahf ...

    Posté par Abd El Maakir, 08 juin 2009 à 21:03
  • Gone with the wind

    @Abd El Maakir

    N'oublie pas de garder un euro dans ta main, histoire que l'on puisse te resituer à ton réveil...

    La "dé-connsaissance" d'Abdellah Laroui participe sûrement du désamour ou du désintérêt de l'Occident pour le monde arabe et de la France pour le Maghreb. Cette même France ayant longtemps rempli le rôle de "talent manager" quand elle n'en n'était pas "dénicheur" a enterré Abdellah Laroui en même temps qu'elle enterrait la grande époque du United Colors of Benetton, où ce qui originait du Sud, dans les domaines intellectuels et artistiques, provoquait l'émoi de la place parisienne.

    Abdellah Laroui n'est plus connu en France que dans des cercles restreints... comment espérer qu'il le soit plus dans sa région d'origine?

    Posté par Malak, 11 juin 2009 à 00:08
  • En parlant de livres

    ... il faut sans doute ajouter à cela l'analphabétisme galopant dans la dangereuse dégringolade du monde arabe et islamique.

    Et en parlant de livres, je t'ai laissé un message sur ta boite

    Posté par Abd El Maakir, 11 juin 2009 à 13:07
  • "@ Eliakim,
    Oui, tu as tout compris, c'est bien cela, il n'y a pas plus. La comparaison peut avoir bien des vertus "
    ... et ses inévitables vices ... de forme

    Posté par Eliakim, 11 juin 2009 à 21:19
  • Vices de forme

    @ Eliakim :
    Je ne sais pas si par "vice de forme" tu entends des fautes de grammaire/d'orthographe ou des des "erreurs" de raisonnement. Même si je ne me contrôle pas beaucoup en termes de langue, je peux te promettre de corriger les uns et les autres, pourvu qu'ils me soient signalés

    Posté par Naravas, 13 juin 2009 à 19:23
  • Laroui

    Pour Laroui, on attend son décès pour le connaître et lui organiser des hommages journalistiques...comme d'hab koi

    Posté par Naravas, 13 juin 2009 à 19:28
  • Naravas, étant donné les fautes que je ne cesse de faire je n'oserais reprocher à personne d'en faire. D'autant plus que le raisonnement importe mille fois plus qu'une orthographe souvent arbitraire.

    Seulement je ne comprend pas en quoi la comparaison que tu fais puisse apporter quoi que ce soit.
    A moins que j'ai tres mal compris ce que tu as écris, comparer un torchon et une voiture ne peut rien apporter de bien pertinent.

    Or (et ça jure nettement avec la qualité de ce que tu écris habituellement dans ton blog)la comparaison entre un président afro-américain faisant un discours en Egypte et un président français faisant un discours à Dakar est tout simplement pas comparable. Sur quel critère ? Il y a tellement de paramètres diffèrent(histoire, religion, relation de dépendance, identité des uns et des autres, images, représentations ...) à considérer que cela me semble tres (trop) peu pertinent.

    Cela dit je n'ai pas voté Sarkozy, je ne le soutient nullement, c'est juste qu'une chose m'éhcappe

    Posté par Eliakim, 16 juin 2009 à 17:15
  • Empires

    Bonsoir Eliakim,

    Disons que la comparaison porte sur deux grandes puissances occidentales: l'une au passé colonial pas toujours oublié, et l'autre, au présent impérial arrogant et meurtrier.

    Je trouve bizarre que cela soit encore l'empire actuel qui fasse le plus de progrès dans la main tendue au reste de l'Humanité.

    Posté par Abd El Maakir, 16 juin 2009 à 17:46
  • Nous et les Autres

    @ Eliakim,

    L'intérêt de cette comparaison me semble être dans la façon dont deux discours, qui émanent de lieux de pouvoirs, établissent avec des "humanités" autres et différentes. C'est le Rapport Nous/les Autres qui est au centre. Le fait est que pour Sarkozy les Africains sont grosso modo des hommes exclus de l'humanité actuelle (de l'histoire commune) alors que pour Obama les Arabes (qui sont aussi autres que le sont les Africains pour Sarko) sont des hommes inclus dans l'humanité de celui qui parle...
    Voilà. Je te remercie pour le compliment ! je conçois par ailleurs bien que je puisse écrire des articles initéressants

    Posté par Naravas, 19 juin 2009 à 01:49
  • Très intéressant! Merci pour cette analyse!

    Voici une analyse qui approfondie certains des points que vous avez très justement évoqué;

    http://www.unmondelibre.org/Kodia_revue_discours_Dakar

    Posté par Bastien Bilodeau, 20 juillet 2009 à 14:01

Poster un commentaire