angles de vue...

Point de vue africain sur des questions de la culture et de l'actualité. Petit journal des idées de l'auteur. Les rêves et l'imagination d'un homme qui a vu sourire les étoiles et qui s'est promis de sentir le parfum de toutes les matinées embaumées.

07 juin 2009

(1) Les langues au temps du Coran selon Luxenberg

Les langues au temps du Coran selon Luxenberg

 Ancient_Near_East
              Le philologue Christoph Luxenberg, qui a créé l’évènement en 2000 avec sa « contribution au décodage de la langue coranique », revient dans son avant-propos à l’édition anglaise de son livre (2007) sur ce qu’il appelle la langue syro-araméenne. Cette dernière constitue en effet la perspective principale à partir de laquelle il entendait éclairer nombre de passages obscurs du livre sacré des musulmans.

 
Cette langue, appelée actuellement syriaque, est une branche de l’araméen qui était parlé au Proche Orient, notamment à Edesse et dans le Nord Ouest de la Mésopotamie. L’araméen, rappelle l’auteur, a constitué pendant un millénaire la lingua franca de toute la région du Moyen Orient, avant d’être remplacé par l’arabe. Depuis la christianisation jusqu’au début de la révélation coranique, le syro-araméen était la langue écrite dominante, utilisée notamment dans la liturgie. Ce sont les Grecs qui ont appelé cette langue syriaque, langue de l’Assyrie du temps d’Alexandre le Grand. Les Chrétiens araméens ont repris le nom à leur compte, par volonté de se distinguer de leurs « compatriotes » restés païens. Les premiers écrits arabes, au nombre desquels figurent les recueils de hadiths, appliquent le nom de Syriaques à ces mêmes chrétiens araméens, signalant par là l’importance de cette langue précisément au moment de la naissance de l’arabe écrit (Luxenberg, pp. 9-10)
 
De par son utilisation dans la traduction de la Bible, le syro-araméen acquit une telle extension qu’il dépassa bientôt les frontières de la Syrie pour atteindre, entre autres contrées, la Perse. A un moment où l’arabe écrit n’était pas encore constitué, les Arabes instruits eux-mêmes l’utilisaient comme langue de culte et de culture. Selon Nöldeke, les gens de Palmyre et les Nabatéens, qui étaient eux-mêmes des Arabes (ou descendants d’Arabes), considéraient cette langue comme étant « hautement respectable et civilisée ». On dirait aujourd’hui, en termes modernes, qu’une situation de diglossie caractérisait le nord et le sud de l’Arabie pré-coranique, de telle sorte que le syro-araméen était la langue formelle, dite haute (H), au moment où les dialectes non écrits constituaient les langues dites « basse(s) » (L) (cf. Ferguson puis Fishman, Calvet et d’autres). [c’est moi qui comprend cette situation comme diglossie]
 
Il s’ensuit que le Coran a été révélé à une communauté pluriethnique, pluriconfessionnelle (Juifs, une grande partie d’Arabes christianisés aux côtés d’autres Arabes païens), et surtout plurilinguistique et diglossique (syro-araméen comme langue formelle, dialectes non écrits : hébreu, dialectes proto-arabes devenant plus tard, sous l’influence du syro-araméen, de l’arabo-araméen). Les initiateurs de l’uniformisation et de la mise à l’écrit des dialectes arabes étaient eux-mêmes formés dans la langue syro-araméenne et dans la liturgie chrétienne. Il n’est dés lors pas étonnant qu’ils aient introduit des aramaïsmes et des éléments de leur langue formelle dans l’arabe qu’ils commençaient à mettre à l’écrit.
 

Naravas

Sujet du prochain post : histoire de la mise à l’écrit des dialectes arabes

 
calligraphie_arabe_2PS/
 
1) Rappeler pour la énième fois ici que le Coran a été révélé en arabe classique, en citant tous les versets hyper connus, ne sert à rien. On traitera de ces versets dans un autre post, car tout dépend de ce que le texte désigne par qor anane arabiyyane.
 
2) Si les Arabes écrivaient le syro-araméen au temps du Coran, comment expliquer la poésie antéislamique, bel et bien écrite en arabe classique ? Eh bien, tous les doutes sont permis concernant cette poésie et sa datation. Sa compilation n’est pas fondée sur des écrits matériels légués par la période dite de la « Jahiliyya » mais sur des traditions orales, supposées solides et fiables. Or, plusieurs faits remettent en question le mythe de la « mémoire phénoménale » des Arabes, qui auraient fidèlement gardé des quantités impressionnantes de poésie de génération en génération, rien que par la transmission orale. Aucun ethnologue par exemple ne souscrirait à l’hypothèse d’une tradition orale fiable et littéralement fidèle sur plus d’un siècle, ou même sur quelques dizaines d’années. C’est que la mémoire populaire n’est pas un CD. La hamza qui apparaît dans cette poésie dite antéislamique est aujourd’hui considérée comme un signe postérieur au Coran, ajouté bien plus tard. Il semble donc que cette poésie a été fixée sur la base de traditions orales par des auteurs qui la faisaient approximativement remonter à l’ère antéislamique. (Taha Hussein a déjà exprimé cette thèse dans Sur la poésie antéislamique, 1926). En réalité, le Coran reste le premier texte écrit en « arabe ». C’est l’interprétation du Coran qui, semble-t-il, a déterminé la constitution de grammaires et de dictionnaires des siècles plus tard. Le Coran apparaît ainsi comme le catalyseur de l’uniformisation linguistique de l’arabe.

 
Vocabulaire :
 
lingua franca : Originellement, c’est une langue de communication parlée dans l’ensemble des ports de la Méditerranée et composée d’un vocabulaire emprunté à beaucoup de langues du bassin (espagnol, italien, provençal, turc, arabe, maltais, etc.). Les linguistes appellent cela une langue véhiculaire (car utilisée comme langue de contact avec les étrangers) et l’opposent aux langues vernaculaires (qu’on ne peut parler qu’à l’intérieur de sa communauté linguistique). Luxenberg avance ici l’idée que le syro-araméen était la langue véhiculaire de l’époque du Coran.
 
Diglossie : situation d’une société ou d’un groupe où deux langues sont utilisées concurremment, mais dont l’une, dite variété « haute », est valorisée, normée, véhicule une littérature reconnue et est réservée à certains usages formels (liturgie, administration, etc.) et dont l’autre, dévalorisée et dominée, dite variété « basse », est utilisée dans des situations informelles (échanges quotidiens, etc.). L’exemple actuel type serait l’arabe dit standard ou littéraire, par opposition aux différents dialectes effectivement parlés dans le monde arabe.

Posté par Naravas à 17:26 - RETOUR SUR CHRISTOPH LUXENBERG - Commentaires [9] - Permalien [#]

Commentaires

    Vocabulaire étranger du Coran

    Outil classique et incontournable dans l'étude des langues qui composent le lexique coranique: The Foreign Vocabulary of the Qur'an, de Arthur Jeffery.

    1/Google Books: http://books.google.com/books?id=YTg4bdQSeLQC&dq=foreign+vocabulary+of+the+qur%27an&printsec=frontcover&source=bn&hl=en&ei=ZOArSpr-KsKgjAf75rSACw&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=5

    2/ pour compléter, un site "rival" de Islamic Awareness: http://www.answering-islam.org/Books/Jeffery/Vocabulary/index.htm

    Posté par Abd El Maakir, 07 juin 2009 à 17:50
  • Mehdi Azaiez

    Cher ami dans la soif de science,

    J'ai vu que ce site remontait suite à quelques requêtes: www.mehdi-azaiez.org/

    Bien que ne sachant que peu de chose sur son contenu, le site en question me semble fournir les garanties scientifiques d'une approche historico-critique.

    C'est un site digne de confiance, me semble-t-il.

    Qu'en penses-tu ?

    Posté par Abd El Maakir, 08 juin 2009 à 22:27
  • Il faudrait lire en parallèle l'excellent livre de Maurice Olender, "les langues du Paradis" Aryens et Sémites : un couple providentiel (Gallimard/Le Seuil, « Points essais » n°294, 2002).

    Posté par mohamed, 09 juin 2009 à 22:00
  • Olender

    Salut mohammed,
    Tu as raison, c'est un bon livre en effet ! Le personnage est, de plus, très sympathique

    Posté par Naravas, 10 juin 2009 à 18:26
  • Azaiez

    @ Abd El Maakir,

    C'est un site qui me parait sérieux. Il y a trop peu de textes de l'auteur, mais les bibliographies et l'actualité de la recherche tenue à jour montre que le type est informé.

    Posté par Naravas, 10 juin 2009 à 18:42
  • bio-biblio

    Selon ce que j'ai pu y lire, je crois que c'est surtout un site d'orientation bio-bibliographique.

    Un peu aride (car pro) mais qui sera utile.

    Posté par Abd El Maakir, 11 juin 2009 à 21:07
  • Islam

    Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Que la prière et bénédiction soient sur son messager, Mohammad, le dernier des prophètes. Amin

    Salam aleicom


    Des mots auraient-ils été rajoutés au texte du Coran ?

    http://www.maison-islam.com/articles/?p=84


    Quelle est l’origine de la langue arabe ?

    http://www.maison-islam.com/articles/?p=275

    Fraternellement Obad

    Posté par Obad, 16 août 2009 à 18:52
  • a navaras et makir

    vous etes un en deux complicitee evidente j attend un commentaire sur mon dernier message dans l autre blog cest vraiment de la pub en outrance

    Posté par momo, 21 octobre 2009 à 01:24
  • Je n'aime déjà pas Nostradamus, momo. Alors quand il s'agit d'un vulgaire dérivé apologétique et arithmético-ésotérique du genre, fait par votre "maître", n'en parlons même pas.

    Je vous laisse, Naravas et moi avons d'autres réunions satanistes à préparer dans les cimetières d'Istanbul ... (Mali, n'oubliez pas les bouteilles de vin rouge sang et les vierges du Crazy Horse).

    Posté par Abd El Maakir, 21 octobre 2009 à 13:57

Poster un commentaire