angles de vue...

Point de vue africain sur des questions de la culture et de l'actualité. Petit journal des idées de l'auteur. Les rêves et l'imagination d'un homme qui a vu sourire les étoiles et qui s'est promis de sentir le parfum de toutes les matinées embaumées.

10 juin 2009

La sagesse du Grand Berger ou l'administration capitaliste des sentiments

La sagesse du Grand Berger
ou l’administration capitaliste des sentiments

              shepherd
               On avait avancé sur ce blog il y a quelque temps une métaphore explicative hardie selon laquelle le capitalisme universel, qui pèse de tout son poids sur les grandes villes, serait une espèce de « Grand Berger » ; que ses administrés (administrés à la manière rationnelle bien sûr) formeraient son « troupeau ». On avait alors remarqué les habitudes de ce berger, les heures matinales auxquelles il fait quotidiennement sortir son immense troupeau (entre 7h et 8h du matin), les conduits étroits (métros) par lesquels il le fait passer, l’heure exacte à laquelle il le fait rentrer (entre 17h et 19h), la nourriture qu’il fabrique pour le gaver (supermarchés, fast foods, terrasses, etc.), les soins divers (et coûteux, mais pour qui ?) dont il le fait entourer (beauté, loisirs, télé, vacances, etc.)… Tout cela, dans le but bien connu de tous les bergers : tirer le maximum de bénéfice de son cheptel.

 
J’ai le plaisir aujourd’hui de compléter ce portrait en vous montrant comment le « Grand Berger capitaliste » gère les sentiments de ses administrés :

« Dans la sphère rationnellement administrée vers laquelle tend la vie sociale, toutes les relations personnelles qui ne se laissent pas déterminer dans tous les détails par le mécanisme social […] apparaissent non seulement comme dangereuses mais également absurdes. A quoi bon l’amitié quand toute démarche dans le domaine du loisir et de la profession, quand tous les buts et les moyens sont tracés à l’avance par le fonctionnel ? L’amour a perdu son fondement. Les besoins sexuels sont depuis longtemps réglés par la raison, leur envol vers le désir n’a plus de moteur, tout comme le rêve du pays de cocagne chez les bénéficiaires du miracle économique.
Une passion érotique pour un seul être humain déterminé, sans parler de fidélité, ne serait pas seulement pathologique, manque d’appétit sain, névrose obsessionnelle ou pire, mais serait en même temps inconvenante, un mode de penser, de sentir et d’agir sur la base d’une fixation sexuelle au lieu d’une réflexion rationnelle »

Max Horkheimer, 1974, Notes critiques 1949-1969, Paris,
Ed. Petite Bibliothèque Payot, 1993 pour la traduction française

 La rationalité économique prêche qu’il ne doit subsister que ce qui est fonctionnel du point de vue du capitalisme et de son mécanisme social. Besoin d’amis, d’amour, d’amitié, de communication ? L’entreprise vous ménage les espaces pour…Et l’entreprise jure que ce qui est en dehors de ces espaces sécurisés n’est que danger, enfer et damnation !  Le Grand Berger n’aime pas que ses brebis s’égarent.  
 
Nous devons maintenant savoir pourquoi les amours et les amitiés sont si éphémères dans nos métropoles ; pourquoi les liens entre êtres humains (voisins, collègues, camarades, etc.) sont si lâches ; pourquoi nos entreprises nous obtiennent invitations, réductions, et tutti frutti, pourquoi nos couples sont si fragiles ; pourquoi l’intelligence est si réduite et pourquoi le bruit est si diffusé. Le Grand Berger n’aime pas les hasards, les débordements, les irruptions, les instincts, etc. Il leur préfère l’organisation, le calcul et la prévision. Mais depuis quand un troupeau, fut-il démocratique, a-t-il besoin d’être soulagé de son rythme bestial ? Ce rythme n’est-il pas, après tout, la fin à laquelle le prédestine sa nature animale ?


Naravas

Posté par Naravas à 18:16 - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

    Berger de l'hêtre

    Un hêtre vous manque est tout est dépeuplier ...

    Posté par Abd El Maakir, 10 juin 2009 à 23:02
  • Hilarante...

    analogie, et ô combien attristante!

    L'agenda du mouton est bien vu. Sauf qu'entre les mains du Berger Capitaliste la tonte est permanente. Il n'attend même pas que le poil repousse. Mieux, il spécule sur son éventuelle repousse et sa qualité.

    Et il a raison le Berger Capitaliste, les sentiments sont une invention de mouton noir, a-t-on jamais vu de moutons s'envoyer des textos pour se dire combien ils s'aiment les uns les autres...? Non. Ben voilà.

    Posté par Malak, 10 juin 2009 à 23:16
  • Maintenant les économistes ont trouvé un usage à toutes les émotions, les amitiés, l'amour et relations sexuelles, elles sont une variable à intégrer comme toutes les autres dans un modèle économique. Que ce soit en marketing ou en ressources humaines, il s'agît simplement d'en user comme de leviers pour avoir la réaction qu'on veut avoir: achetez tel produit, faites partie des fidèles de telle marque, soutenez votre équipe au boulot comme fous soutiendriez votre équipe locale de foot, etc

    Posté par trainspotting, 11 juin 2009 à 14:56
  • Merci Naravas pour ce complément d'enquête intéressant sur les stratégies déshumanisantes du Grand Berger.
    Je tiens à souligner que je suis un lecteur régulier, sans être un "lecteur modèle", de ton blog que je trouve enrichissant par la pertinence des sujets traités et la clarté de ton style.
    Just carry it on

    Posté par Chayene, 13 juin 2009 à 17:20
  • Chayene

    Wa Chayene !!!

    Marhba biik Inal Waldiik ! lol !
    Mais de rien mon cher, ça fait toujours plaisir de savoir que l'on a des lecteurs "secrets" (qui n'interviennent pas)
    T'as vu, le Grand Berger est malin, hein ? mdrrr !
    Au plaisir !

    Posté par Naravas, 13 juin 2009 à 19:34
  • savon

    @ trainspotting :

    Un copain me disait : "regarde, tu achètes du savon et tu trouves une femme nue dessus ! Ce n'est pas normal ça ! lol !

    Posté par Naravas, 13 juin 2009 à 19:35
  • mouton noir

    @ Malak :
    Oui, moi aussi je mesure le rôle du mouton noir dans cette affaire...

    Posté par Naravas, 13 juin 2009 à 19:43

Poster un commentaire