angles de vue...

Point de vue africain sur des questions de la culture et de l'actualité. Petit journal des idées de l'auteur. Les rêves et l'imagination d'un homme qui a vu sourire les étoiles et qui s'est promis de sentir le parfum de toutes les matinées embaumées.

15 juillet 2009

Katia Bengana, assassinée pour l'exemple

Katia Bengana
 
assassinée pour l'exemple

               hidjab
                Le 28 février 1994, Katia Bengana, une lycéenne algéroise sortait de son école de Meftah pour se rendre à son domicile comme à son habitude. Depuis quelque temps, des embêtements d’un genre nouveau surgissent dans les rues et les quartiers d’Alger. Bien que la jeune adolescente de 17 ans ne manquât pas de charme, les garçons qu’elles rencontraient ne sifflaient pas d’admiration à son passage, ne lui lançaient pas des mots grivois et ne tentaient nullement de la séduire. L’objet du « litige » n’a pourtant pas changé : ce sont ses cheveux, ses formes et ses jambes qui constituent la préoccupation des gardiens désœuvrés du nouvel ordre religieux. On était à ce moment aux premières euphories de la guérilla intégriste, dont on attendait qu’elle renverse le régime algérien afin d’instaurer une République dite islamique. 

Katia avait été avertie. Aux pressions qui pesaient sur elles, elle répondait qu’il lui était impossible de mettre le voile (hidjab, différent du simple foulard). Aux yeux des intégristes islamistes, elle avait non seulement le tort de refuser de draper sa beauté dans un tissu gris, mais elle affichait clairement ses opinions à ses camarades, dont certains lui collaient instantanément l’étiquette d’une moutabarridja (terme coranique idéologiquement galvaudé pour signifier « dévergondée »). Ces « occidentalisées » constituaient selon l'idéologie islamiste un danger permanent pour la vertu des croyant(e)s.

Aux exhortations succédaient les menaces. On l’accostait à présent devant les magasins pour lui conseiller de mettre le voile,…si elle voulait garder la vie. Katia refusait de céder. Ses parents, informés, vivaient dans l’inquiétude.

Ce jour là, pour échapper aux dangers de la rue, Katia pressait le pas. Une camarade l’accompagnait. A quelques pas du lycée, un jeune homme islamiste a surgi d’'un coin et a fait signe à cette camarade de s’éloigner. Celle-ci est partie en courant, laissant seule Katia face à cet inconnu. La jeune adolescente n’a pas eu le temps de comprendre la signification de ce manège. Son assassin prit un fusil à canon scié (mahchoucha) et le vida sur son corps non voilé.

Il y avait quelques autres filles sans voile qui sortaient du lycée. Mais Katia avait été choisie pour l’exemple. C’est le cas qui devait instruire toutes les femmes, qui devait symboliser le sort qui attend les vivantes si jamais elles s’avisaient à déroger à l’ordre islamiste. Le corps inerte de l'adolescente qui gisait dans sa mare rouge était un signe, un message, une écriture adressée aux autres lycéennes et aux femmes algériennes en général. Les intégristes n'avaient pas donné à Katia la même chance que certaines autres femmes non voilées du pays, dont on arrosaient les jambes découvertes ou le visage avec de l’acide. Le stade du wa’dh (conseil et exhortation) était depuis longtemps dépassé, on était passé au dharb (coups), mais quel dharb !

Une décennie plus tard, la mort tragique de Katia Bengana est oubliée par le nouveau pouvoir de Bouteflika, qui instaure une réconciliation nationale forcée et un pardon général pour tous les assassins, tandis que les « Qui-tue-quistes » excellent dans la désinformation, en présentant sciemment son cas comme « un drame passionnel ».  C’est une voix émouvante que celle de son père qui, désespérément, tente de prendre la parole dans un contexte de charivari idéologico-médiatique.

Naravas

Posté par Naravas à 00:39 - CONNAISSANCE DE L'ISLAMISME FONDAMENTALISTE - Commentaires [14] - Permalien [#]

Commentaires

    Mortel islamisme

    Merci pour cet émouvant hommage.

    Et dire que la plupart des Maghrébins ne savent STRICTEMENT rien des meurtres organisés et exécutés par les islamistes en Algérie !

    Posté par Abd El Maakir, 15 juillet 2009 à 14:10
  • Information sur l'idéologie islamiste

    @ Abd el Maakir,
    Je mettrais prochainement enligne ma dernière partie de l'histoire de l'islamisme algérien. Je commence à être très content de ce travail. regrouperai les trois parties dans un document pdf téléchargeable gratuitement. Comme ça, les curieux du Maghreb ou du monde pourront s'informer. Ils ne diront pas, "nous ne savions pas"...

    Posté par Naravas, 15 juillet 2009 à 19:31
  • J'ai le droit

    "J'ai le droit de me voiler"...dit elle. En effet elle a ce droit. Je dois le tolérer. Tout ce qui est légal n'est pas forcemment juste. Tout ce qui est juste devrait être légal. Elle a refusé de me serrer la main car "j'ai fait un voeux" dit elle. De femme libre elle s'est auto transformée en mineure. Comme un enfant. C'est ainsi : en regardant la parabole elle s'est transformée en parabole. Honnis soient les satellites qui ont transformé notre moitié en marchandise négociable. Car à Tunis aucune femme ne s'est faite tuer à cause du hijab. Cela viendra peut être...en sens inverse. Qui sait ? Seul Allah sait.
    Bien à vous. MALI

    Posté par MALI, 22 juillet 2009 à 18:53
  • dur dur de revoir l'histoire et connaitre les hommes et des femmes enceinte égorgeaient,violaient par ces fous de dieu.et jusqu'a présent ils sont nombreux et se connecetent de nouveau le soir avant la prière du maghreb "racole encore des jeunes partout en algerie jusqu'a l'heure actuelle au vue et au sue de tout le monde .comme la fois passé ah non ils font rien dis tout seulement ils sont entrain d'orienter les gens vers l'islam. mais le résulats a été concretisé combien de morts en algerie. ils ont commencaient la premère par cette méthode douce. ils sont dangereux . je suis ancien militaire de la gendarmerie nationale ayant exercé tout mes années 32 ans de service dans les unités de recherches.combien d'ecrits tous les jours que j'envoyai au présidents " pour denoncer les faits de ces barbus mais helas" le massacre des citoyen est venu un jour. mais soit disant chadli incompétent et ignorant. mais bouteflika n'est pas ignorant. il veut que le scene recommence enconre je denonce tous faits anormale qui touchent mon pays jusqu'a la mort.monsieur le président."attention au retour de la manivelle.au service de ma patrie.et encore ces assassins qui ont été récompensé alors que les vrai soldat "militaires sous officiers " da'ctif aucune récompense je n'ai pas de quoi pour aider mes enfants pour leurs etudes et la vérité c'est ca j'ai des choses a dire encore plus. c'est je ne vois pas de resultat bonne pour mon pays.moi je sais que le militaire ayant vécu les années noirs et maintenant retraité vit la vie de chiens.quant a l'assassin il est bien payé par le président merci notre président

    Posté par mohamed, 22 juillet 2009 à 21:51
  • si j'ai fais des fautes de francais ne me prenait pas en otages c'est parceque je ne dispose pas d'internet et d'un micro ordinateur. c'est a travers 25 da. que je fais vite d'ecrire et la raison pour qu'il existe des faites de vocabulaires. mais j'ecris j'ai trouvé ce site qui me conviens je reviens demain pour ajouter

    Posté par mohamed, 22 juillet 2009 à 22:04
  • L'essentiel, c'est votre message

    Pas grave pour les "fautes" (qui ne sont que des erreurs), Mohamed.
    L'essentiel, c'est votre message. Et je crois qu'il est arrivé.

    @ Mali,
    J'ai bien aimé votre post.

    Posté par Abd El Maakir, 23 juillet 2009 à 19:04
  • Le droit chez les islamistes

    @ MALI
    Merci pour ce témoignage sur l'usage inverse de la liberté. Les satellites distillent une idéologie fondamentaliste dont les Tunisiens ne voient pas les possibles dérives vers la contrainte ou l'action armée. Mais les consommateurs de cette idéologie aiment parler avec des mots qu'ils honnissent. Layada, fondateur du GIA en Algérie, parle de ses "DROITS politiques" et se pose en victime pour avoir été interdit d'activité politique. Mais il n'a jamais parlé des droits des intellectuels et des citoyens innocents égorgés par ses sbires du GIA. Le monde est à l'envers...

    Posté par Naravas, 24 juillet 2009 à 12:57
  • Concorde

    @ Mohammed

    Merci pour ton post et ta fidélité à ce site. Ton message est passé, on s'en fout des fautes de français ! Je traiterai de la soi-disant "concorde civile" de Bouteflika, qui est en réalité une seconde chance offerte aux islamistes pour se regénérer. Les officiers et les victimes des égorgements sont sanctionnés tandis que les terroristes sont récompensés. L'avenir politique du pays aura affaire aux islamistes, c'est certain.

    Posté par Naravas, 24 juillet 2009 à 13:01
  • Oh non pas oubliée

    Pas oubliée pour ma part et je tache de rappeler quand ça n'est pas trop douloureux pour moi aussi...On aurait eu,à quelques années près le même âge,j'aurais pu y passer,beaucoup d'autres auraient pu y passer.Comme elle a du se sentir seule.
    J'aime ce pays ou le peuple a resisté d'une maniere époustouflante autant que je le vomis en cotoyant tous les jours depuis la concorde ceux là même qui gardent l'acide et listent les jeunes filles impures.

    Posté par Zghayda, 28 février 2010 à 08:38
  • la bêtise humaine

    ...... que dire face a la douleur d'un père d'une mère, d'une famille toute entière... que dire devant cette impuissance envers un état qui ne rend pas justice qui pire encore s'adresse aux mauvaise personne pour proposer son aide, est ce une insulte envers cette jeune et jolie jeune fille a la fleur de l'âge arrachée a sa vie qui devait être pleine d'accomplissement vue sa force de caractère et son respect de ses propre valeurs et principes, personnellement ce jour du 28 février est un jour de révolte mais aussi de douleur..... je te demande pardon Katia, pardon katia de ne pas pouvoir demander des comptes a mon état concernant ton lâche assassinat, pardon pour ce méprit total envers les victime de cet intégrisme religieux et pourtant dieu n'est que bonté et pardon..... comment a-t-on pu en arriver là, je sais que je ne t'oublierais jamais katia aussi je n'oublierais les principes pour lesquels tu n'es plus là...... une sœur algérienne

    Posté par amina, 28 février 2010 à 18:42
  • souvenir

    @ Zghayda et @ Amina :

    C'est formidable qu'il y ait des femmes comme vous qui se souviennent...
    Cela touche non seulement sa famille mais toute l'Algérie ! Elle est sans doute un symbole de plus en plus important, malgré les manipulations de quelques idéologues qui essayent d'innocenter les islamistes de ce crime.

    Posté par Naravas, 26 mars 2010 à 16:41
  • Katia est au paradis, allah yarhamha

    Posté par Tarik, 01 août 2010 à 15:18
  • Une proposition

    Bonjour à tous

    Je souhaite faire une proposition car il me semble que cette histoire doit servir pour les générations futures
    Je propose que l'on face des courriers au Maires afin d'édifier une rue au nom de Katia Bengana
    Si vous avez des propositions dans ce sens

    Posté par lagash, 19 novembre 2013 à 13:59
  • émotion.

    Beaucoup d'émotion en lisant la destinée de cette jeune résistante ; ici, en France, le voile se développe comme une maladie contagieuse.
    Les paroles du père ne sont plus accessibles, dommage.
    Merci de cet article.

    Posté par daniel d, 19 mars 2014 à 17:08

Poster un commentaire