angles de vue...

Point de vue africain sur des questions de la culture et de l'actualité. Petit journal des idées de l'auteur. Les rêves et l'imagination d'un homme qui a vu sourire les étoiles et qui s'est promis de sentir le parfum de toutes les matinées embaumées.

15 août 2009

Quand le GIA exporte la guerre...

 
Quand le GIA exporte la guerre...
 

airbus     Le post qui va suivre est un extrait de la prochaine partie de mon Introducion à l'histoire de l'islamisme algérien. Il traite de façon résumée des tentatives du GIA, Groupe Islamique Armé, la plus radicale des organisations islamistes du maquis algérien, pour porter des coups à la France. Cette dernière  est considérée par l'idéologie islamiste comme "la mère de tous les vices".  L'objectif, selon la littérature du groupe, était de  déstabiliser l'Héxagone, afin qu'il cesse d'apporter son soutien à l'état algérien.  Le GIA  était alors commandé par l'émir Djamel Zitouni, alias Abou 'Abd Allah Amîne (octobre 1994-juillet 1996). Auparavant, sous l'émirat de Djaâfar al-Afghâni (septembre 1993 - février 1994), de son vrai nom Mourad Si Ahmed , un ultimatum (fixé au 31 décembre 1993) fut donné aux étrangers en général, et aux Français en particulier, pour quitter l'Algérie. Isoler cette dernière du reste du monde était le pari, partiellement réussi, que s'étaient donné les groupes armés...

« Si mon père et ses frères ont expulsé physiquement la France oppresseur de l’Algérie, moi, je me consacre avec mes frères, avec les armes de la foi, à la bannir intellectuellement et idéologiquement. A en finir avec ses partisans vénéneux. Cela, afin que l’Algérie redevienne maîtresse de la Méditerranée, dans la ligne de l’islam prêché par le Coran, la Sunna et la vie exemplaire des pieux ancêtres. »  ( Ali Benhadj, leader du Front Islamique du Salut, cité d’après Zerrouky, 2002, p. 138 )

 

Un Airbus pour la Tour Eiffel (décembre 1994)


tour_eiffel_vue_du_cielLe 24 décembre 1994, alors que les familles algériennes et étrangères rentraient passer Noël ou le réveillon en France, un avion d’Air France est pris en otage à l’aéroport d’Alger par un commando du GIA, conduit par Abdellah Yahya, évadé de la prison de Tazoult (Lambèse) et membre de la phalange Al Mowaqi’ouna bid dimae [Ceux qui signent avec le sang]. Quatre hommes vêtus de la tenue réglementaire des agents de sol d’Air Algérie prennent possession de l’appareil et ordonnent aux passagères de se voiler (la tête). Ils décident de donner une preuve de leur détermination aux autorités algériennes en exécutant, après un contrôle d’identité, deux passagers : un policier algérien et un ressortissant vietnamien, tués respectivement d’une balle dans la nuque et dans la tête.

Djamel_Zitouni__emir_du_GIA__octobre1994_juillet1996L’aéroport est bouclé par les services de sécurité, tous les vols sont annulés et de longues négociations sont engagées avec les ravisseurs. Ceux-ci demandent la libération de tous les prisonniers islamistes, dont Abdehak Layada, fondateur du GIA et les leaders du FIS, Ikhlef Cherati, Benhadj et Madani. Méziane Cherif, ministre de l’intérieur, parvient à faire libérer 69 passagers. Mais c’est à peu près tout. Les policiers amènent la mère du chef du commando pour le faire revenir à de meilleurs sentiments, ils amènent ensuite Abdelhak Layada en personne, sorti de la prison pour la circonstance. Rien n’y fait. Les ravisseurs campent sur leur position et l’Airbus est toujours immobilisé sur le sol de l’aéroport, le dimanche 25 décembre. Mais vers 21h30, les membres du GIA s’impatientent et abattent un employé de cuisine de l’ambassade de France, Yves Bonnet. Paris se met en colère et somme Alger de laisser l’avion décoller pour la France. A 3h du matin (26 déc.), l’Airbus atterrit à l’aéroport de Marseille. Après des négociations avec les pirates, vers 17h, le GIGN donne l’assaut devant les caméras de télévision. Réussite spectaculaire : les quatre ravisseurs sont éliminés et tous les passagers furent libérés sains et saufs. Plusieurs années plus tard, Omar Chikhi, émir fondateur du GIA encore en vie, révèle que l’avion devait exploser au-dessus de la Tour Eiffel et que si Yahya Rihane, dit Kronfel, qui devait participer à l’opération, était de la partie, le sort des passagers serait tout autre… l’idée de faire exploser sur une métropole occidentale un avion plein de voyageurs sera exécutée quelques années plus tard par les sbires de Ben Laden.

Suite à ce détournement, l’aéroport d’Alger fut classé comme « très dangereux » et les compagnies européennes annulèrent massivement leurs vols en destination de l’Algérie. Pendant plusieurs années, seule Air Algérie desservait le pays. Le personnel des représentations diplomatiques des pays européens est réduit au strict minimum.

Dans les maquis, on a suivi avec ferveur, minute après minute, le déroulement de la prise d’otage. On ne croyait pas à un tel dénouement, peu honorable pour les « moudjahidines ». En représailles à l’élimination de quatre de ses combattants, le 27 décembre Djamel Zitouni ordonne l’exécution de quatre pères blancs à Tizi-Ouzou, âgés pour la plupart entre 60 et 70 ans. Il s’agissait pour lui de continuer « la liquidation physique des croisés chrétiens » (Zerrouky, p. 175).


La guerre du GIA en France (été 1995)

Pendant l’été 1995, Djamel Zitouni décide de porter un gros coup contre le France, « mère de tous les vices » selon l’idéologie islamiste. Après l’assassinat du cheikh Saharaoui, une bombe artisanale explose le 25 juillet 1995 à la station RER « Saint Michel » [attentat du Rer Saint Michel, 25 juin 1995] en faisant 9 morts et 116 blessés. Les autorités françaises déclenchent une vaste opération anti-terroriste. Le 17 août, une autre bombe explose avenue de Friedland, faisant 17 blessés. L’attentat est revendiqué sur les ondes de RTL par un homme du GIA. Le 26 août, une bombe est désamorcée à temps sur la ligne de TGV Lyon-Paris. D’autres attentats se produisent le 3 et 4 septembre à Paris, le 7 septembre à Villeurbanne, devant une école juive, le 6 et 17 octobre à la station de métro « Maison Blanche » et dans le RER. Les enquêteurs suivent la piste d’Abdelkrim Denèche, arrêté en Suède (mais non extradé vers la France), de Yahya Rayhane, dit Kronfel, qui s’échappe vers l’Algérie, où il meurt dans le maquis et de Khaled Kalkal.

attentat_RerUn vaste réseau de soutien aux maquis algériens est découvert par les policiers. Boualam Bensaïd, coordinateur du réseau des poseurs de bombes, est interpellé à Paris le 1er novembre 1995, tandis que Rachid Ramda, financier du groupe, est interpellé à Londres. Le 4 mars 1997, est arrêté à Bruxelles, après une fusillade, Farid Mellouk. Le 29 septembre, Khaled Kelkal avait été abattu par un groupe du GIGN devant les caméras de télévision. Quelques voix de la communauté maghrébine, ne connaissant visiblement rien au dossier du GIA, avaient déploré cette chasse à l’homme en direct…Ces coups portés aux combattants islamistes permirent en tous les cas d’éviter d’autres attentats, qui étaient en préparation. Le groupe de Djamel Zitouni, tout-puissant en Algérie, eut à éprouver l’efficacité de la police française.

L’échec de ses deux opérations d’envergure (Airbus et guerre en France), et surtout les contestations internes et externes suscitées par ses purges sanglantes, fragilisèrent gravement la position de Djamel Zitouni. Le 16 juillet 1996, aux pieds des monts de L’Atlas, à Gueroua, il tombe dans une embuscade dressée par son ancien lieutenant Sid Ali Benhadjar. Il meurt avec ses acolytes (dont Abou Rahaïna, alias Farid Achi), criblé de balles.

Après moult tergiversations, c’est Antar Zouabri, petit frère d’Ali Zouabri (ancien élu du FIS et fondateur, rappelons-le, de l’un des premiers groupes armés, avant d’être abattu par l’armée) qui fut porté à la tête du GIA. Avec le petit frère Zouabri, l’islam politique algérien se précipite dans une longue horreur absolue.

Zouabri délaisse les purges internes et prescrit une politique de terreur et d’anéantissement en direction du pouvoir et des populations civiles. Répandre l’épouvante, exhiber le plus haut degré d’atrocité, aller le plus loin possible dans la tuerie, la destruction et le massacre furent ses principaux moyens d’action.

Naravas

Bibliographie partielle :

- Zerrouky Hassane, 2002, La nébuleuse islamiste en France et en Algérie,
  Paris, Editions 1.

 

Posté par Naravas à 02:15 - CONNAISSANCE DE L'ISLAMISME FONDAMENTALISTE - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

    Airbus

    Chers amis,
    Depuis l’attentat Saint Michel une thèse circule sur l’implication des services secrets algériens et français dans ces meurtres abjects. Une rumeur analogue circule à propos du martyr des moines de Tibérine.
    Pensez vous que les états se soient diabolisés afin de tourner les opinions de leurs peuples contre les terroristes ?
    Par ailleurs, et avec cynisme, exploser la tête d’un djihadiste afghân n’est il pas lui rendre service en lui donnant un passeport pour le paradis où Allah tout puissant lui aurait réservé moultes vierges ? Déjà une seule vierge vous démoli la vie… alors avec une cinquantaine…vivement l’enfer. C’est de l’humour bien sûr pour celles ou ceux qui prendraient mes propos au premier degré.
    Revenons à la question : dans quelle mesure les états algériens et français se seraient impliqués dans ces attentats ?
    Que la Paix d’Allah soit sur vous.
    MALI
    PS : La photo que vous affichez est celle d'un airbus A380. Celui détourné était un A 320. Humour

    Posté par MALI, 16 août 2009 à 20:55
  • Se méfier des thèses...

    @ Cher Mali

    Bien sûr, avant d'écrire ce post, je me suis beaucoup informé sur l'état de la question, en plus d'avoir directement vécu les évènements qui sont décrits.
    L'un des objectifs de cet article est de combattre la désinformation orchestrée par des officines connues dans l'espace politico-médiatiques français qui réduisent l'islamisme algérien à un gigantesque complot des services secrets de ce pays. Je traiterai dans un prochain post des lieux, des arguments fallacieux et des objectifs de cette désinformation, dont participent souvent des éléments de l'ancien FIS, c a d dire du parti responsable de cette tragédie. Ce qui se dit sur l'affaire des moines est une pure manipulation dont l'un des buts est de rétablir l'islamisme politique responsables de crimes odieux. En France, la gauche est malheureusement complaisante avec les forces qui visent à rétablir le Califat par le sang et le feu.
    Pour répondre directement à ta question : non, ni l'état algérien, ni l'état français ne sont responsables des massacres collectifs de civils en Algérie. En revanche, l'état algérien a sur la conscience des méthodes ignobles comme la torture à large échelle d'islamistes, les disparition de sympathisants de cette mouvance et l'exécution sans jugements de suspects ou de terroristes. Il a lutté contre la sauvagerie intégriste avec des méthodes sauvages, sans égard aucun aux droits de l'homme. Mais les atrocités islamistes dépassent tout entendement humain...
    Merci pour la précision sur le type d'Airbus ! L'essentiel était de mettre un symbole. On peut en dire autant de la deuxième photo, qui représente le RER de Port Royal et non de Saint Michel

    Posté par Naravas, 17 août 2009 à 11:25
  • Conspirationnisme

    PS/
    Merci pour cette conscience politique qui s'élargit à tout le Maghreb, voire plus ! C'est très rare de la part d'un Tunisien
    J'ajouterai aussi que la thèse de la manipulation des services secrets algériens, ou du "qui-tue-qui" (c'est comme ça qu'on l'appelle en Algérie), est une version de la théorie du complot, qui ravage actuellement les milieux demi-lettrés du monde arabe.

    Posté par Naravas, 17 août 2009 à 11:32
  • Aïn Draham

    Cher ami,
    A mes yeux, les peuples algériens et tunisiens sont historiquement et culturellement identiques. Une différence : la Tunisie n’était pas un département français, et la guerre d’indépendance algérienne a été plus dure et au moins de 5 ans plus longue avec les atrocités de part et d’autre que vous connaissez. En 1961, alors que j’avais 5 ans, j’ai vu de mes propres yeux à partir d’une localité frontalière ( babbouch proche de Ain draham en Tunisie) un bombardement Français sur des villages proches de Annaba. Cela vous marque. Par ailleurs la radio tunisienne était abreuvée de propagande FLN et j’ai connu plusieurs chants patriotiques algériens dont l’hymne national probablement plus tôt que de nombreux d’algériens contemporains.
    Par ailleurs le Maroc n’ayant jamais été soumis aux ottomans, son histoire et son identité diffère un peu de celles de nos deux pays.
    Bref. J’ai bien saisi votre démonstration concernant l’implication du GIA directe et seule dans les effroyables massacres perpétrés sur le noble sol algérien.
    Mais Khaled Khalkhal était il manipulé…et par qui ? Son exécution devant les caméras de M 6 était elle pré préparée ? Et par qui ?
    Le grand et noble peuple algérien est il idiot à ce point ?
    Pardonnez mon coté direct. Il n’y a que du respect et de l’amitié dans mon indignation. Bien à vous. Et que la Paix soit sur vous.
    MALI

    Posté par MALI, 18 août 2009 à 11:07
  • Réseaux du FIS à l'étranger

    @ Mali :

    Tu as raison de souligner les parentés culturelle et historiques qui lient les deux pays, longtemps soumis à un destin commun. Naguère, l'état hafside s'étendait jusqu'à l'est d'Alger...
    Pas étonnant du coup que tu partages, dans un coin de ta mémoire, un souvenir, des espoirs et des chants relatifs à l'Algérie.

    Concernant la guerre du GIA en France, je ne pense pas que le problème se pose en termes de manipulation. En fait, il faut tout un post pour traiter des réseaux du FIS en France, établis depuis longtemps, et des cellules djihadistes qui furent activées par les hommes de Djamel Zitouni. Très souvent, les hommes qui composent ces cellules, loin d'être manipulés, sont des militants acharnés de la cause islamiste, convaincus de contribuer à la grande oeuvre du triomphe de l'islam. Malheureusement, les média ont contribué à populariser des approches de l'intégrisme relevant de la théorie du complot. On peut à mon avis parler d'endoctrinés ou de partisans aveugles d'une idéologie. Ce qui ne veut pas dire que les commanditaires sont des manipulateurs, ils sont plus surement plus endoctrinés que leurs ouailles.

    Les réseaux du FIS à l'étranger sont toujours en activité, ils participent à propager actuellement l'idée que le FIS était un parti démocrate (quelle blague !), et que les islamistes n'ont jamais tué personne, ce sont les services secrets qui l'auraient fait. Biensur, dans le but de dédouaner l'islamisme de ses crimes odieux...

    Posté par Naravas, 20 août 2009 à 02:11
  • Calife

    Se faire élire par seulement 89 % des voix. Quelle décadence au pays d'Elyssa. Franchement on s'attendait à mieux. Nous n'oublierons pas d'applaudir ce score minable et de porter haut et fort l'étendard Tunisien : un anus étoilé au milieu d'une demi lune.
    A lire : la régente de Carthage ed. "la découverte".
    Bouquin space et néanmoins informant.
    Bien à vous. Rendez vous le 25 octobre 2014.

    Posté par MALI, 26 octobre 2009 à 18:26
  • Vive le Roi

    @ Mali :
    La coiffeuse a gagné, encore une fois. Il est décevant de constater que les régimes et les oppositions islamistes constituent deux faces complémentaires.

    Posté par Naravas, 30 octobre 2009 à 22:32
  • Out of Law

    @ azza2000
    J'ai supprimé ton commentaire pour apologie du terrorisme. Je n'aime vraiment pas faire cela, mais tu m'y obliges. Merci de ne pas poster d'autres messages du même type, ils seront supprimés également.

    Posté par Naravas, 05 janvier 2010 à 05:03

Poster un commentaire