angles de vue...

Point de vue africain sur des questions de la culture et de l'actualité. Petit journal des idées de l'auteur. Les rêves et l'imagination d'un homme qui a vu sourire les étoiles et qui s'est promis de sentir le parfum de toutes les matinées embaumées.

25 décembre 2009

Tariq Ramadan, prédicateur ou le télé-islamisme de France Télévision

Tariq Ramadan, prédicateur
 
ou le télé-islamisme de France Télévision


          Tariq_Ramadan_2Faut-il vraiment faire une enquête pour découvrir que Tariq Ramadan est adepte d'un islam fondamentaliste, proche de celui des Frères Musulmans ? C'est à cet exercice que s'est livrée Caroline Fourest, journaliste à Charlie Hébdo, dans une émission diffusée sur France Culture. Vu du monde arabe, et particulièrement du Maghreb, ces débats nous paraissent surréalistes...

Tariq Ramadan n'est pas professeur d'université nous dit Fourest. On téléphone à Oxford pour le prouver et on découvre que le concerné ne dispose pas de chaire dans cette université. Il est plutôt rattaché à un centre associé, subventionné par l'émir du Qatar.

Mais où a-t-on vu un professeur d'université enregistrer ses discours sur cassettes audio et les diffuser à travers les circuits d'une librairie religieuse (Tawhîd, « L’Unicité divine »), aux côtés de livres classiques du salafisme et dans un environnement sentant le mesk et vendant le khol ? A-t-on jamais entendu dire que Mohammed Arkoun, Régis Blachère ou Jacques Berque se faisaient écouter dans les taxis et les voitures parisiens ? Connaît-on un seul islamologue sérieux qui distribue (ou fait distribuer) ses cassettes à la sortie des mosquées ?
En revanche, nous savons très bien dans le monde arabe que la cassette (bande magnétique) est le vecteur de diffusion des prêches islamistes, que les discours d'Ali Benhadj et d'Abassi Madani par exemple étaient édités, distribués et propagés par le même moyen... Le canal de diffusion est dans ce cas un indice probant sur la nature même du discours envisagé.
 
Stories_of_the_Prophets__Dr_Tareq_SuwaidanOn nous dit que, finalement, Tariq Ramadhan est un prédicateur, qu'il proposait en Martinique la constitution de « piscines islamiques ». Mais vu du monde arabe, nous réalisons très bien que M. Ramadan n'a rien d'original : des centaines de prédicateurs comme lui sont financés à coups de pétrodollars, leurs discours diffusés sur Internet et par des chaînes satellitaires (Iqraa, Al Rissala, Al Jazeera, etc.), comme Amr Khâlid, Ghazi El Chamri, Tareq Suwaidan, le très officiel Youssef Al Qaradhaoui et d’autres. Le simple fait que Ramadan parle français ou vive en Suisse le rendrait-il plus moderne ou plus « européen » que Amr Khâlid ? (qui, au passage, vit lui aussi au Royaume Uni). Le fait qu'il écrive des livres signifie-t-il qu'il soit un penseur moderniste ? (Tareq Suwaïdan en fait aussi, et en anglais)
La proposition des « piscines islamiques » n'a rien d'insolite pour nous, elle trouve un écho direct dans les faits récents qui ont ébranlé l'Algérie : le FIS (Front Islamique du Salut), dés le début de sa prédication, islamisait progressivement les espaces publics de la même façon : « mairie islamique », « marché islamique », « boucherie islamique » et même... « toilettes islamiques » ! Qu'est ce qu'il y aurait d'étonnant qu'un prédicateur francophone vous parle un jour « d'hôpital islamique » ou de « crèche islamique » (non mixte bien sur) ?
 
Mais la meilleure, c'est qu'on nous démontre que le grand-père de Tariq Ramadan (qui est aussi son modèle) , Hassan El Banna, fondateur de la secte des frères musulmans, Caroline_Fourestn'est pas un réformiste comme Mohammed 'Abdou ou Djamal Eddine El Afghâni. Mais à qui vous le dites ? Hassan El Banna est connu par tous les esprits libres du monde musulman comme le ravageur de l'Egypte, l'instigateur de la clôture intégriste et le précurseur de la violence politico-religieuse qui menace aujourd'hui presque tous nos pays. Démontrer que Hassan El Banna est un fondamentaliste, c'est enfoncer des portes ouvertes. C'est autant démontrer que Mussolini n'est pas un démocrate.
 
On nous dit que Tariq Ramadan a soutenu, grosso modo, une thèse douteuse, rejetée par un premier jury, avant d'être passablement acceptée (et encore) par un deuxième jury de complaisance. Mais comment peut-on ne pas douter du travail de quelqu'un qui fait une thèse pour démontrer que son grand père est le meilleur ? (Car c'est bien de cela qu'il s'agit). La célèbre astrologue Elisabeth Teissier n'a-t-elle pas soutenu une thèse de...sociologie à l'université René Descartes, devant un jury présidé par un grand psychosociologue (Serge Moscovici), qui la déclarait Docteure en sociologie ? Ces douctours sont tellement fréquents chez nous que personne ne s'en offusque vraiment...
 
Amr_KhaledEnfin, on nous démontre que Ramadan est contre la mixité, opposé à la sexualité avant le mariage et à l'homosexualité, promoteur d'un "féminisme" réactionnaire, du voile et de la virginité, et j'en passe. Eh bien, dites-moi ce qui resterait d'islamiste chez un prédicateur qui serait pour la liberté sexuelle, qui inciterait les femmes à abandonner le précepte non coranique du voile, qui tolérerait les homosexuels et les apostats, qui encouragerait les femmes à lutter pour leurs droits sociaux, qui renoncerait à la politique et pratiquerait sa foi dans la sphère privée ? Je veux dire qu’il n’est pas possible de poser ces traits, sans que le portrait du prédicateur islamiste qu’ils constituent ne soit posé en même temps, et inversement.
Replacé dans son contexte large, celui de la nouvelle prédication islamiste qui souffle sur le monde islamique (même chez les Turcs, avec un Harun Yahya par exemple), Ramadan ne serait rien d’autre qu’un prétendant parmi beaucoup d’autres, qui veut avoir sa part (francophone) du grand gâteau de l’audimat musulman.

 
Au final, ce n'est pas l'argumentation de Caroline Fourest qui m'inquiète, mais le monde médiatique français (et l’opinion qu’il influence), qui a rendu nécessaire cette démonstration. En répercutant leur ignorance sur leurs téléspectateurs, les médias français, toujours à la recherche du spectacle (cirque des temps modernes) et de l'audimat, jouent le même rôle sur cette question que les médias arabes qui diffusent les prêches des prédicateurs islamistes. France Télévision a son prédicateur vedette, exactement comme Al Jazeera ou Al Rissala a le sien.
Les immigrés, après avoir été abandonnés par les politiques de l'état et discriminés par un racisme social et institutionnel qui ne dit pas son nom, sont à présent rejetés dans les bras de l'islamisme télévisuel. La société marginale qu’ils constituent a été travaillée par le FIS algérien et les marchands d'identité  islamique au moins depuis 1992. Quand la rage des dominés rencontre les aspirations religieuses des prédicateurs, gare aux conséquences. Nous les avons bien expérimentées au Maghreb, dans l'Algérie récente (années 1990) , mais aussi dans le donatisme de l'Afrique chrétienne...


Naravas

 

Posté par Naravas à 07:24 - LU, VU, ENTENDU - Commentaires [30] - Permalien [#]

Commentaires

    Trash Material

    Démonter l'argumentaire de Caroline Fourest c'est aussi la créditer de ce qu'elle ne possède pas: la maîtrise de son sujet.

    Bien que je doute que le but ultime de Tariq Ramadan soit la recherche de la gloriole cathodique, Caroline Fourest pourrait lui donner des leçons en matière de médiatisation basée sur du vent.

    Quelques avis que je partage concernant le triste personnage (Caroline Fourest) et son "travail":

    Soeur Caroline est de retour
    http://lmsi.net/spip.php?article319

    Quelques commentaires à propos de " Tirs croisés "
    http://lmsi.net/article.php3?id_article=209

    Caroline Fourest et son double
    http://bougnoulosophe.blogspot.com/2009/08/caroline-fourest-et-son-double.html

    Posté par Malak, 25 décembre 2009 à 20:18
  • Après 18 pages de lecture...

    @ Bonjour Malak

    Je sais que le personnage de Caroline Fourest est controversé. Les articles que tu as cités sont inégaux : le premier est une défense suite aux accusations dont l'auteur (Tévaian) a été victime; le second un compte-rendu polémique sur un livre polémique et le troisième est une envolée littéraire sans arguments contre Fourest.

    - Sur Tévanian, je ne peux pas juger de la véracité des arguments sans avoir les textes qui sont cités sous les yeux. Ce que l'on décrit sous le terme de "mauvaise foi", c'est la chose la mieux partagée du monde journalistique (c'est un mécanisme auquel seuls les chercheurs font généralement, à mon avis, exception).
    - Sur l'article de Sadri Khiari (qui a écrit un livre très discutable que j'ai lu), il y aurait beaucoup de choses à dire. Je me contenterai de noter que l'intégrisme islamiste n'est pas une invention des auteures de Tirs croisés et que les masses "fanatisées" du monde arabe constituent une réalité, certes récente mais vivante (en 1997, j'étais en Tunisie, ce pays vivait une religion sereine et peu exhibitionniste. 10 ans plus tard, ce n'est plus le même pays). Pour ses reproches contre Tirs croisés, certains me semblent plus justifiés que d'autres.

    Après m'avoir fait lire 18 pages, lol ! je préfère revenir au sujet du post. Le but de ce texte n'est pas de parler de Fourest, mais de Tariq Ramadan. Les principales vues que j'ai avancées, et que j'ai tenu à distinguer des arguments de l'auteure de l'émission, sont les suivantes :

    - Un professeur d'université ne diffuse pas sa pensée sur K7 audio, diffusées par une librairie religieuse et distribuées ou vendues aux abords de lieux de culte. Ce canal de diffusion est habituellement celui de l'islamisme politique.

    - La langue qu'utilise Ramadan (le français) ne doit pas faire obstacle et empêcher de le classer parmi les télé-prédicateurs arabes et musulmans de notre temps, diffusés eux aussi sur des chaines de télévision. La langue exceptée, son discours partage énormément de choses avec celui d'un Amr Khalid (et d'autres que j'ai cités). Alors, cette question maximaliste : France Télévision fait-elle du télé-islamisme (au même titre qu'Al Jazeera par exemple) ?

    - Le fait d'avoir un doctorat ne sgnifie pas que l'on est un penseur original, comme le prouve l'exemple d'Elisabeth Teissier. Cette question est complètement légitime à propos d'un homme qui écrit une thèse pour "réhabiliter" son grand-père, connu dans le monde arabe comme le promoteur de l'islam politique violent dont sont victimes beaucoup de sociétés.

    Quant à mes positions critiques vis à vis de l'idéologie islamiste, je les ai exprimées plusieurs fois ici. Il est rare que je suive totalement un penseur sur l'ensemble de ses positions. Alors, un journaliste, n'en parlons même pas. Des positions de Caroline Fourest, il y'en a une qui me parait solide :
    Il y a un soutien réel d'une partie de la gauche française pour l'islamisme. Cette thèse, je peux la démontrer à propos de l'exemple algérien. Je pense que cet aveuglement ressemble à celui de Sartre sur l'union soviétique.

    Voilà des positions claires. Si tu veux les discuter, j'attends tes arguments avec plaisir

    NVS

    Posté par Naravas, 25 décembre 2009 à 23:53
  • De quoi Tariq est-il le nom ?

    Quel serait, alors, "le but ultime" de notre Frère Tariq, Malak ?

    Tu lui trouves quel utilité, à cet :

    1/ universitaire
    2/ intellectuel
    2/ prédicateur islamiste

    (si c'est pour augmenter les ventes ou les abonnements du Monde Diplo, c'est raté ... alors même que Tonton Gresh préférait les islamistes du FIS au pouvoir en Algérie. Sacré gauchiste ! Encore un soutien visionnaire ! ).

    ... Joyeux Nawal quand même !

    Posté par Abd El Maakir, 26 décembre 2009 à 01:11
  • Soeur Caroline est une faussaire, il n'y a pas de doute là dessus !

    http://bougnoulosophe.blogspot.com/2009/11/caoline-fourest-lequation.html

    Posté par Nobo, 26 décembre 2009 à 12:15
  • Bof ...

    Bof ... (c'est ce que m'inspire le lien ci-dessus)

    Mais le "mal" est fait: depuis Sifaoui, Fourest et Sfeir, tout le monde sait que Tariq Ramadan n'est pas cet "intellectuel" de paix et d'amour pour l'Europe et le reste du monde.

    Avoir Al Qaradawi (le plus idiot et violent des imams sunnites) et Hassan Al Banna comme modèles éthiques et politiques, c'est comme avoir Pat Robertson et Mussolini comme guides pour nos sociétés.

    Posté par Abd El Maakir, 26 décembre 2009 à 15:36
  • Tariq Ramadan l'imposteur

    Je souris toujours lorsque je lis que des journalistes enquêtent sur Tariq Ramadan l'intellectuel contreversé. Comment se fait-il qu'aucun journaliste ne se soit renseigné sur les motivations de Tariq Ramadan à toujours faire fermer les blogs où des femmes, dont je fais partie, témoignent de leur relation avec Tariq.
    Il y a des femmes en Suisse,Belgique et en France.
    Il ne nous fera pas taire à coup de censure, une femme en Belgique a reçu des menaces de la part de Ramadan si par malheure elle venait à parler.

    http://www.lepost.fr/perso/wordreferenc/
    http://lapetitelecon.forumactif.net/
    http://lautreenmoi.hautetfort.com/

    Posté par Une femme, 26 décembre 2009 à 17:20
  • Malheureusement Monsieur Abd El Maakir, vos élucubrations(et vos références douteuses) ne m'inspirent, elles, que le mépris...

    Posté par Nobo, 26 décembre 2009 à 17:27
  • J'imagine que le mépris, comme vous dites, est un composant nécessaire de la foi et de l'idéologie que vous animent.

    Posté par Abd El Maakir, 26 décembre 2009 à 18:41
  • Il y a un audela de la polémique

    @ Nobo, @ Malek @ Abd El Maakir

    Le mépris, malheureusement, ne fait pas réfléchir, bien au contraire...

    Je viens de lire un maximum d'articles en suivant les liens que vous m’avez indiqués. Parfois, les liens débouchent sur d’autres liens et ca ne finit pas. Cette littérature me semble relever des mécanismes habituels du discours polémique : L’image que chacun des protagonistes (aussi bien Fourest que ses contradicteurs) se fait de l’adversaire n’est pas l’adversaire réel, mais un adversaire fictionnel, reconstruit, caricaturé pour mieux être discrédité ; les prises de position des uns et des autres sont grossièrement assimilées à des allégeances aux opinions médiatiques dominantes elles-même procédant d'une fausse analyse des situations politiques, sociales ou internationales (Fourest est par exemple assimilée à une atlantiste, ses contradicteurs sont considérés comme des soutiens objectifs à l’intégrisme, etc.); les partisans de chacun des camps ne lisent généralement que la littérature produite par leur camps, c a d qui conforte leur opinion ; la `mauvaise foi` tant décriée de part et d’autre (parfois le mensonge, la fourberie, etc.) est l’effet des mécanismes du discours polémique lui-même, etc.

    Mais vous pouvez quand même admettre que je n'ai pas besoin de Caroline Fourest ou du Monde Diplomatique et Cie pour réfléchir sur Ramadan ? J'ai écouté une partie de ses K7 et je peux me faire une opinion.

    Et puisque le sujet de ce post est Ramadan, alors parlons-en ! Pourquoi fuyez-vous le sujet ?
    Vous pouvez vous Exprimer sur les questions évoquées. Pensez-vous par exemple que c'est une bonne chose de réhabiliter Hassan El Banna ? (c'est le sujet de thèse de Tariq R.) Ou voyez-vous peut-être une distanciation critique entre Ramadan et son grand père ? Si oui, où ca ? Dites nous votre avis sur la notion controversée de la Hakkimiyya... La séparation du religieux et du politique vous semble-t-elle contradictoire avec la paix civile ? Si oui, êtes vous alors contre le principe de la choumouliyya ? Quelle différence voyez-vous entre son discours (religieux et pas médiatique) et celui de Amrou Khalid ?

    En répondant à ces questions, on pourrait véritablement discuter. Sinon, chaque intervenant pourrait nous poster les liens qui renvoient au camp qui conforte le plus ses opinions. Et ce sera une non discussion de plus...

    Posté par Naravas, 28 décembre 2009 à 18:25
  • La petite beurgeoisie identitaire

    Salut,
    Il se trouve que je connais bien le contenu des liens envoyés par Malak.

    Malak que je salue au passage car, quand on est réceptif aux discours du Diplo, des Indigènes de la République et d'un chercheur très proche de François Burgat (chercheur pro-islamiste mais juste non musulman), je trouve qu'elle fait preuve d'une exemplaire retenue britannique, sur Fourest ... et sur moi-même.

    Il se trouve que j'ai passé l'âge. Je ne peux pas prendre Tariq Ramadan pour Socrate qui me dirait: deviens ce que tu es, un "musulman", un "bougnoule".

    Ado finissant il y a plus de 30 ans en arrière, j'ai vu progressivement monter l'islamisme comme marqueur identitaire, du petit délinquant à la stagiaire en banque, en passant par les toubibs ou les avocats d'affaires.

    La khamsa de maman de suffit plus. Place aux cd du Qur'an al azim, aux prêches par satellite et aux voyages pour retrouver ses "racines" ... dans le Kouba ou le "Bazita" surislamisé d'Alger ou d'ailleurs.

    En 30 ans, j'ai vu voir des Européens dont papa et maman venaient du Maghreb, se penser comme "musulman d'abord", "algérien, marocain, tunisien ensuite".

    La France n'a pas aidé. La Guerre du Golf non plus. Pas plus que le FLN et son fondamentalisme d'Etat actuel. Et pas du tout, avec le conflit israélo-palestinien.

    L'alchimie du pire.

    Il ne reste plus qu'aux "beurs" et aux "beurettes" à se penser comme "musulmans", comme au temps de leurs parents "indigènes".

    A penser que Frère Tariq les "représente" malgré tout. A se sentir visés quand ce voile est décrié ...

    Puisque rien ne marche, autant devenir celui qu'on nous force à être: le "négatif" d'une société qui n'a pas fait tout ce qu'il fallait pour les embrasser.

    Voilà pourquoi ce discours "identitaire" carbure à toutes les échelles. Et si ça offre des petites sorties dans le capitalisme halal, c'est encore mieux !

    Posté par Abd El Maakir, 28 décembre 2009 à 19:54
  • On prend les mêmes et on recommence

    La haine de Fourest pour Ramadan est proverbiale (et la réciproque est sans doute vraie..)et la quantité d'énergie qu'elle déploie pour le dé-crédibiliser est hallucinante.. Je prendrai donc tout ce qu'elle réalise et écrit sur lui par des pincettes..
    Concernant Ramadan, rien de bien neuf sous le soleil concernant tout ce que tu as écrit Naravas.. Force est de constater que les arguments des anti-Ramadan sont très minces : pas un seul extrait cité de ces "K7" sulfureuses (je n'ai pas bien compris ta répulsion pour le médium... oui certes le fichier mp3 est plus pratique !) ni de ses livres, ni de ses articles.. de toute façon presque tout ce qu'a écrit Ramadan est retenu contre lui comme preuve de "double discours".. Il y aurait le Docteur Ramadan à la ville qui écrit ses bouquins et le Mister Hyde islamiste qui se balade avec un manteau rempli de cassettes subversives aux abords des mosquées.. tout cela sent trop la névrose occidentaliste concernant tout ce qui se rapporte de près ou de loin à l'Islam.. Il se trouve que moi j'ai lu quelques écrits du barbu, et force est de constater qu'il ne prend pas ses lecteurs pour des cons.. ce qui n'est pas le cas de tous ses détracteurs.. son livre d'entretiens avec Gresh est tout simplement excellent.. le pire c'est que je n'étais pas d'accord avec tout ce qu'il disait, mais sa confrontation courtoise et argumentée avec Gresh ouvrait des voies de réflexion.. loin de la sempiternelle dichotomie républicain laïc / intégriste islamiste imposé comme seul filtre intellectuel aux événements secouant les monde arabo-musulman par quelques fast-thinkers français.. J'ai lu ce qui pourrait être le plus proche d'une vision islamique tolérante (mais pragmatique) de l'homosexualité sous la plume de Ramadan.. Bien sûr qu'on attende pas de lui, un penseur musulman, de défiler en string rose à la Gay Pride hein... On attendrait ça de quel autre penseur chrétien par exemple ?.. Autre chose, Naravas, le mot "moderne" ne veut à peu près plus dire grand chose en 2010...

    Posté par KFKCMA, 29 décembre 2009 à 01:42
  • Le chant du partisan

    Contrairement à ce que vous laissez entendre, KFK, il y a des Gay Muslims, des anglicans en faveur de l'homosexualité ainsi que des Eglises protestantes de par le monde. Il y même des rabbins homos. Et ces communautés religieuses en discutent, voire "tolèrent" contre leurs fidèles les plus ...têtus.

    Votre rhétorique "ramadanienne" du genre "il n'y a que l'islam que l'on accuse d'homophobie, et c'est donc louche" ressemble à une fleur morte.

    En effet, vous êtes "moderne", KFKCMA, dans le sens où vous affirmez sans vous documenter.Comme à la télé. A ceci près que vous comptez sur l'effet "injustice", "minorité religieuse injustement ciblée alors qu'ailleurs, ils disent la même chose".

    Vider le sens des mots est aussi un procédé moderne: vous osez parler de "confrontation courtoise et argumentée" entre Gresh et Ramadan.

    ... un peu comme Denisot et Sarkozy, en somme ! ou Drucker et Chirac !

    Même dans le monde des Miss, c'est plus agité !

    Et en dernier lieu, libre à vous de nier l'existence de contradictions chroniques et alarmantes chez Frère Tariq.

    De nos jours, on nie tout avec si peu, vous savez ...

    Posté par Abd El Maakir, 29 décembre 2009 à 02:32
  • Entre De Villiers et Hassan El Banna

    @ KFKCMA

    Merci pour ta disposition à discuter !
    - Je commencerai par le mot "moderne", tu as raison de suspecter un mot valise mais pour le monde arabe cela tient toujours. Il ne faut pas oublier que dans beaucoup de pays arabes, la véritable rupture entre le Moyen Age et l'époque contemporaine est constituée par... la pénétration coloniale ! Ce n'est pas moi qui le dit, c'est Laroui (historien)

    - Attention, je ne parle pas de Ramadan défenseur de l'émigration dominée et discriminée. Cela est une question sociale et beaucoup ont lutté pour l'égalité des chances avant lui (et sans doute après lui). De même qu'il n'est ni le seul, ni le précurseur du combat pour les droits du peuple palestinien. Je parle de sa conception de la religion stricto sensus.

    - Je ne vois pas pourquoi tu parles de "double discours", à aucun moment je n'ai évoqué cette question fourestienne. Je regrette d'avoir commencé mon post par Fourest, car elle focalise l'animosité et empêche la discussion sur Ramadan. Encore une fois, c'est Ramadan qui m'intéresse.

    - Le médium, je pense qu'il faut savoir comment il a servi et il sert encore dans le monde musulman. C'est un vecteur privilégié de propagande islamiste. La question reste posée : pourquoi d'autres professeurs d'université ne l'utilisent pas et pourquoi les prêcheurs du monde arabe utilisent-ils justement le même medium et de la même façon.... (je parle de la K7)

    - Pour les citations et les passages qui existent dans les K7, je dois réécouter pour les poster. Mais j'ai évoqué des notions qui y sont contenues et qui sont pour moi plus que discutables. Pourquoi ne va-t-on pas parler de Hassan El Banna par exemple, que Ramadan veut réhabiliter ? Silence total concernant ce nom, qui est au fondement de son projet intellectuel et religieux...

    - Il y a une peur française, voire "occidentale" concernant l'islam, je l'admets sans aucune réserve. Faudrait-il pour autant critiquer "l'Occident" (je n'aime pas cette notion) et se taire sur nos propres travers ? La critique est toujours à double tranchant : à chaque fois qu'on critique les autres et on s'épargne soi-même, l'histoire nous le fait payer. Or, le monde arabe a vu s'effondrer ses capacités critiques à la faveur de l'islamisme...et une partie de la gauche occidentale l'encourage dans cette dérive. Ok, on critique l'Occident avec Fanon, Saïd et Tutti frutti...mais quand on a vu ce qui se passe, on ne peut pas se taire sur Al Qardhaoui, qui est l'auteur favori de Ramadan. Et je le dis sans aucune réserve, Al Qardhaoui, qui se prend pour une espèce de pape du monde musulman, joue le rôle d'un facteur de régression qui tend à maintenir le monde sunnite dans le Moyen Age et à empêcher les forces progressistes d'émerger.

    - Pour la dichotomie républicain/islamiste, je regrette de te rappeler que chaque pays du monde musulman a une histoire intérieure et qu'il ne se définit pas forcément en rapport avec les médias français. Or, en termes de forces sociales, on peut trouver cette dichotomie dans la majorité des pays musulmans : Iran, Egypte, Algérie, Tunisie, etc. A chaque fois, les forces démocratiques sont confrontées à un conservatisme religieux ou à un intégrisme. En Algérie, les intégristes ont simplement fini par égorger un certain nombre de gens engagés pour la cause démocratique. Je pense qu'il est injuste d'ignorer ces luttes et de tout centrer sur le champ médiatique français...

    - Au final, je précise que je n'ai aucune sympathie pour ceux que tu appelles après Bourdieu les fast-thinkers. Mais je ne marche pas avec la logique du noir ou blanc, ce qui veut dire que je n'épouse pas la thèse de leurs adversaires médiatiques, eux aussi fast-thinkers... Je veux dire que quand je rejette l'idéologie de Philippe de Villiers, ce n'est franchement pas pour embrasser celle de Hassan El Banna

    Posté par Naravas, 29 décembre 2009 à 04:33
  • Mc Fish

    L'objectif politique de Tariq Ramadan, c'est mettre "plus d'islam dans la société". C'est en cela, d'ailleurs, qu'il est prédicateur avant tout.

    Il pousse les Maghrébins d'Europe à devenir des Musulmans en Europe, puisque, en cas de "contradiction" entre les lois "humaines" et la loi divine, le sympathisant doit montrer qu'il n'est pas un "musulman sans islam" ou simplement un "musulman par le nom".

    Frère Tariq accentue la psychose culturelle chez les jeunes musulmans de France.

    Mais heureusement, le Mc Fish existe; la République peut donc être tolérée.

    Posté par Abd El Maakir, 29 décembre 2009 à 15:45
  • bonsoir Naravas,
    La "modernité" était elle-même un étendard de guerre de cette même pénétration coloniale, il n'y a eu aucune identification "naturelle" des pays dits arabo-musulmans à la "modernité" puisque celle-ci servait en sous main (malheureusement) d'idéologie de la servitude.. du reste, les Européens descendants de colons eux-même ne savaient déjà plus comment définir clairement cette "modernité" (sociale ? technologique ? philosophique ?) qui les empêchait de prendre pleinement le parti de leur "mère" au détriment de la "justice".... d'où le malentendu historique..
    Pour oser un parallèle avec Ramadan, lui demanderait-on de renier son grand-père pour entrer de plain-pied dans la "modernité" ?.. je suis peut-être un peu retors d'oser poser la question comme ça, mais quelque chose me dit que beaucoup de ses détracteurs verraient en cette action un quitus, certes insuffisant, mais ça les apaiserait.. Tu dis que Hassan el Banna est à la base de son projet intellectuel et religieux, je n'ai franchement pas vu autre chose qu'une apologie maladroite du fondateur des "frères".. si on a quelque chose contre le projet intellectuel de Ramadan (et je suis le premier à le concevoir), qu'on arrête de le faire systématiquement par des attaques sur sa filiation, sa vie privée, ou des "on a entendu Tariq Ramadan dire.." et qu'on se confronte à ses écrits et à ses positions "publiques" de principe : par exemple les attaques qu'il a essuyés concernant sa position de moratoire sur la peine de lapidation étaient d'une stupidité et d'une médiocrité incroyables, alors qu'il y avait matière à discuter... et surtout on a évacué l'idée que c'était une possibilité de STOPPER les peines de lapidation.. pour ses contradicteurs il est plus supportable que des jeunes filles se fassent lapider plutôt que de trouver un contournement "momentané" à cette jurisprudence injuste et violente..
    Plus grave, tu dis : "le monde arabe a vu s'effondrer ses capacités critiques à la faveur de l'islamisme...et une partie de la gauche occidentale l'encourage dans cette dérive."
    C'est une vision des choses que j'ai toujours dénoncé... les capacités critiques du monde arabe avaient disparu bien avant l'émergence de l'islamisme, qui est une idéologie bâtarde aux contours flous (en tous cas très élastiques et changeants) et elle-même un mauvais tour joué par la "modernité" version colon européen (ou maintenant américain)au reste du monde.. Attention : l'islamisme est une idéologie de "réaction".. La "fermeture des portes de l'Ijtihad (si jamais un tel effort a été réellement toléré)" plonge bien plus loin dans le temps... et la cohabitation factice de certaines idéologies libertaires (disons-le de gauche) et de vieux réflexes sociaux et identitaires dans les pays musulmans, les premières années post-indépendance, ont pu faire illusion..
    Ramadan, je pense, ne veut à sa façon, que renouer avec cette vieille réflexion scolastique interrompue qui s'autorise le pragmatisme et un certain rationalisme.. Il y a très peu de dogmatisme dans ses écrits, des positions de principe surtout, que je trouve moi-même trop conservatrices.. Je n'ai pas écouté ses "prêches"...

    Abd el Baakir,
    Où as-tu vu que je suis assez stupide pour dire ou sous-entendre qu'il n'y a pas de gays muslims ?
    Le McFish ne prouve rien d'autre que l'incroyable élasticité et opportunisme du libéralisme économique...

    Posté par KFKCMA, 29 décembre 2009 à 18:58
  • Tendre l'oreille

    Bon,ben, on va se tutuyeah, KFKCMA !

    J'ai bien lu ton message. Je veux juste que tu me confirmes que j'ai bien lu: tu dis bien que tu n'as pas écouté ses prêches (K7), n'est-ce pas ?

    Autre chose: il y a une histoire de la modernité et des résistances (aux pouvoirs, aux pudibonderies, aux conformismes, etc.) que l'arabo-musulman ou autre, de base ou pas, ignore magistralement.

    Tu sembles ignorer des pans entiers de ces congestions qui ont fait la beauté de l'Islam comme civilisation. Mais ça peut s'arranger ...

    Sinon, d'accord avec toi sur le coup du "moratoire": c'était un peu trop facile. Ramadan n'est pas non plus un révolutionnaire.

    Tu m'en voudras pas, j'ai tiré la chasse sur la partie qui commence par :

    "pour ses contradicteurs il est plus supportable que des jeunes filles se fassent lapider plutôt ... "

    En plus d'être une phrase mensongère et outrancière, je la suspecte de jouissance par procuration (je t'imite pour ce qui est du tact, mais sur fond de culture psychanalytique).

    Et enfin, ce n'est pas la filiation (biologique) de Tariq qui est décriée, c'est l'idéalisation de cette figure totalitaire qui est en cause.

    Posté par Abd El Maakir, 29 décembre 2009 à 19:40
  • De l'authenticité et de l'islamisme

    @ KFKCMA et les autres :

    1) Il n'existe pas de monde arabe "authentique", indépendant intellectuellement et culturellement. L'Europe n'arrive pas à faire le deuil du mythe de l'authenticité, qui est à la base de tant de perceptions exotiques du monde arabe, qui penchent volontiers à lui accorder une spécificité "islamique" : la laïcité est une valeur qui lui serait étrangère, la République est un concept qui n'a aucun sens pour lui, etc.
    En réalité, l'analyse de la situation culturelle, théologique et politique ne montre pas un monde arabe clos, mais seulement un stade de la compénétration de l'Orient par lOccident et inversement, compénétration qui a commencé avec l'aventure coloniale (sauf pour la Turquie non arabe). L'islamisme, qui se donne justement pour une défense de "l'identité islamique", constitue une nouvelle étape de cette compénétration.
    Quiconque connait les écrits des intellectuels et des religieux arabes constate que "la question de l'Occident" est au coeur de toute pensée arabe.
    Ton analyse est fausse parce que, justement, comme celle des journalistes, elle suppose deux entités séparées (Musulmans et Occident) et elle proclame le droit d'une entité (les Musulmans) à ne pas suivre des constructions historiques et culturelles nées dans l'autre entité (L'Occident). Ce raisonnement n'est malheureusement valable que pour la période anté-coloniale. Dans l'histoire que nous vivons dans le monde arabe, tout ce qui se pense et se fait dans le domaine politique, culturel et religieux, il se pense, se fait toujours par rapport à l'Occident, à ce que l'on suppose être ses valeurs, son histoire, sa culture. J'ajoute que c'est une situation historique complètement ordinaire, que le Canada, par exemple, vit à peu près dans un rapport similaire avec les Etats-Unis.

    2) Ce genre d'analyse conforte justement le discours islamiste, car il se vit et se propose lui-même come cette "spécificité" du monde arabe ou musulman que les fasthinkers occidentaux veulent retrouver. L'Occident : "moi je ne veux pas un monde arabe qui me ressemble, je veux un monde arabe authentique, spécifique, exotique, capable de m'enchanter et de me transporter loin de mon monde morne et fatigant"
    L'islamisme répond : " Alors, je suis l'authenticité que vous cherchez. Moi dont la mission est de défendre et de ressusciter le digne héritage de nos Ulémas. Vous pouvez compter sur moi pour évincer ces "occidentalisés" (internes) marginaux (intellectuels taxés de Laïques), qui ne représentent qu'eux-mêmes et qui ne sont que des pantins déréglés par "l'invasion culturelle" occidentale". L'authenticité, je vous la présenterai dorénavant dans l'habillement, la politique (anti-laïque), dans le geste pieux qui rompt avec votre rationalité froide, dans le rejet de l'image et de la sexualité qui ont tant dégradé votre quotidien, etc."
    Cette manière de penser est au coeur de la recherche d'un François Burgat, par exemple. Biensur, comme on peut le soupçonner, l'islamisme n'est en vérité pas la proclamation de l'authenticité (ce qui est présenté comme spécificité est une recréation récente, actuelle, une néo-tradition comme dirait Laroui), il est en vérité un "dialogue" avec l'occident et avec lui-même.

    3) L'analyse objective consiste d'abord à faire le deuil de l'authenticité. Il n'y plus d'authenticité après un drame comme celui de la colonisation ! Nous sommes tous "inauthentiques" et c'est tant mieux comme ça ! Ensuite, elle consiste à identifier les forces en présence dans chaque société du monde arabe. A ce moment là, on verra apparaitre, face aux forces actuellement démesurées de la propagande religieuse, des progressistes, des démocrates, des militants de gauche et des intellectuels critiques musulmans, dont le courageux combat est souvent salutaire. On verra les Iraniens mourir dans la rue contre la barbarie de leur régime. On verra des Tunisiens remettre courageusement en question le Dogme islamo-conservateur hérité de la Zaytouna. On verra des rationalistes egyptiens exilés par à la fois le régime et les "frères musulmans", etc...

    4) Pour revenir à Tariq Ramadan, il faut savoir qu'il y a un immense corpus théologique classique, qui comprend les recensions de hadiths, les explications (tafasîr) du Coran et une grande partie d'herméneutique religieuse. Ce corpus a été grosso modo écrit entre le VIIe et le XIVème siècle, c'est à dire dans des conditions historiques et culturelles qui n'ont rien à voir avec les nôtres.
    Il y a schématiquement deux attitudes par rapport à ce corpus. Une attitude qu'on peut appeler critique consiste à le réévaluer à la lumière des sciences humaines et sociales, à mettre en avant les traditions rationalistes qui le composent. Certains critiques vont aller jusqu'à penser que ce corpus est en même temps un véritable écran qui nous empêche de comprendre le message coranique. Appartiennent à cett tendance des gens comme Mohammed Arkoun (Algérie), Fazlur Rahman (Pakistan), Amin al-Khuli (Egypte), Muhammad Khalafallah ( Egypte), Nasr Hamid Abu Zayd (Egypte), Abdelmagid Charfi (Tunisie), Hichem Djaït (Tunisie), etc.

    Il y a une deuxième attitude qui consiste à dire : nous, on a nos savants, on a nos érudits, on n'a pas besoin de ces "sciences occidentales" pour approcher notre héritage culturel (en fait, religieux). Et surtout, on n'a pas besoin de critique pour asseoir cet héritage, la parole de Dieu ne se critique pas. Cette attitude va donc tout simplement reprendre le côté dominant de cette théologie du Moyen Age, le défendre et surtout le proclamer à la face du monde comme étant la spécificité du monde musulman !!! Appartiennent à cette tendance : El Qaradhaoui, Hassan El Banna, El Azhar, l'idéologie wahabite et à peu près tous les clers conservateurs aujourd'hui dominants et les prédicateurs islamistes connus ou moins connus.

    Question : Je te laisse deviner à quelle tendance appartient Ramadan... Et tu comprendras pourquoi je me positionnes contre sa pensée religieuse.

    Et maintenant je peux répondre directement à tes questions :
    - Pour oser un parallèle avec Ramadan, lui demanderait-on de renier son grand-père pour entrer de plain-pied dans la "modernité" ?
    ==== Tu parles du grand père théologique et épistémologique ou du grand père généalogique ? Personne ne lui demande de renier socialement ses grands parents, mais si tu parles de la rupture épistémologique avec la pensée de Hassan El Banna, tant que cette rupture n'est pas faite, la pensée de Ramadan demeurera problématique.

    - je n'ai franchement pas vu autre chose qu'une apologie maladroite du fondateur des "frères"...
    ==== Bah oui, c'est ça qui pose problème...

    - par exemple les attaques qu'il a essuyés concernant sa position de moratoire sur la peine de lapidation étaient d'une stupidité et d'une médiocrité incroyables
    ==== Je ne serai pas aussi sûr que toi, parce que la lapidation n'a aucun fondement dans l'islam, elle est réchauffée par les mouvements islamistes en référence à certains théologies du Moyen Age. Une position plus courageuse consiste quand même à contester son bien-fondé théologique. Sur l'argument de la pédagogie, je pense que ce n'est pas vrai, parce que, tout simplement, le discours de Ramadan ne s'adresse jamais au monde arabe, mais bien à l'Occident. Le monde arabe ne parle pas français et a tellement de prédicateurs, que Ramadan ne serait qu'une étoile dans un ciel de prédicateurs (beaucoup plus influents que lui).

    - les capacités critiques du monde arabe avaient disparu bien avant l'émergence de l'islamisme...
    ===== La situation est très différente sur ce point d'un pays à l'autre. Il y a eu la Nahda, il y a eu l'Egypte de l'entre deux guerre, il y a eu des "modernités" post-indépendantes. Je trouve que cette vision ne respecte pas beaucoup le Monde Arabe, en disant que l'islamisme, c'est son authenticité et l'absence de critique, sa nature. Je pense au contraire que l'expérience historique du Monde Arabe est hautement respectable et mérite d'être mieux connue.

    - La "fermeture des portes de l'Ijtihad (si jamais un tel effort a été réellement toléré)" plonge bien plus loin dans le temps...
    ==== Il n'y a jamais eu de ferméture de l'Ijtihad, cette fermeture est elle-même un mythe moderne (comme le "chainon manquant" lol !)...

    - Ramadan, je pense, ne veut à sa façon, que renouer avec cette vieille réflexion scolastique interrompue qui s'autorise le pragmatisme et un certain rationalisme..
    ==== Par rapport à cette "vieille réflexion scolastique", Ramadan n'est justement pas en rupture épistémologique. C'est là tout le problème...

    Posté par Naravas, 29 décembre 2009 à 21:30
  • A suivre

    Merci du retour Naravas,
    Je crois qu'on s'est manifestement mal compris sur certains points, peut-être à cause d'une formulation hasardeuse de ma part, et je suis d'accord sur pas mal des points développés dans ton commentaire plus haut.. Je crois que le sujet a un peu débordé du strict cadre ramadanesque et c'était prévisible.. Je suis crevé maintenant, mais je reviendrai très probablement demain ou après-demain te répondre plus en détail sur certains points qui méritent la contradiction...
    Abd el Baakir,
    Non je n'ai jamais écouté ses cassettes, mais si tu peux me les envoyer en mp3, je les charge direct dans mon iPod..
    Et quelque chose me dit que certains anti-ramadan (par exemple un actuel président français) voulaient plus lui rentrer dans le lard que rendre justice à une pauvre pècheresse dans un bourg paumé du Nigeria... Outrancier peut-être, mais mensonger...

    Posté par KFKCMA, 30 décembre 2009 à 02:30
  • :-)

    @ KFCMA
    Avec plaisir, KFKCM

    Posté par Naravas, 30 décembre 2009 à 05:39
  • Spam

    @ Raphaël Zacharie de IZARRA

    Monsieur, vous avez posté votre texte (hors sujet au passage) dans des dizaines de blogs, au moyen du copier/coller. Vous n'avez sans doute pas lu la discussion qui a précédé et vous n'avez aucunement envie de discuter.
    Alors, je l'ai supprimé de mon blog, en signe de protestation contre la pollution virtuelle que vous pratiquez.

    NVS

    Posté par Naravas, 31 décembre 2009 à 17:12
  • Je ne suis pas Raphael Zac.. et encore moins un homme; ce qui ne vous a nullement empêché de virer mon commentaire.
    C'était pourtant une autre manière d'aborder le sujet qui nous occupe aujourd'hui.
    Cessez de faire croire que vous êtes pour la liberté d'expression.. et que dans votre grandeur d'âme et votre objectivité sans faille, vous êtes dans le regret de virer des sujets "hors propos"..

    Tout à fait à propos, pourtant et votre censure en dit plus long que bien des discours.

    Posté par ..va.., 01 janvier 2010 à 22:17
  • Pas de pub svp

    @ ...va...
    Le message précédent ne s'adresse pas à toi mais à un monsieur qui a posté son message sur tous les sites possibles...
    Je suis désolé, toi, tu n'avais pas laissé de commentaire, mais seulement des liens qui n'étaient pas directement consultables, pour faire probablement la promotion de sites et de forums (où il fallait s'inscrire pour consulter le lien, etc.)
    A moins d'un copier coller vraiment trop long, d'une pub pour d'autres sites ou de propos injurieux, jamais personne ne sera censuré sur ce blog.
    Il se peut que je me sois trompé, auquel cas je te présente mes excuses !

    NVS

    Posté par Naravas, 02 janvier 2010 à 04:00
  • Bien.. Merci du commentaire. Vous me convainquez.
    Reste que nous sommes, hélas, habitué(e)s à cette chasse aux sorcières et autres censures.

    Rien n'est hasard, et le fait que nous retrouvions ici et pas ailleurs montre que nous avons des sensibilités communes.
    Nous avons été,-en son temps- de farouches défenseurs de T.R; ce qui nous a tout naturellement rapproché de lui.

    Nous avons vu une autre facette du personnage..disons troublante..)mais néanmoins précieuse à la bonne compréhension..
    Ah.. au passage.. CF est parfaitement au courant..

    Posté par ...va..., 02 janvier 2010 à 14:58
  • Le Flouze

    Bonjour,
    Tarek Ramadhan est bien sûr un pseudo, comme Patrick Bruel (Ben Guigui) ou Johnny Halliday (Smet).
    Qui le paye ? Les émirs du Golfe ? La Suisse ? Les universités anglaises ?
    Qui finance ses cassettes et ses CD ?
    Suivez le pognon…il mène vers la réalité.
    Bien à vous.
    MALI

    Posté par MALI, 05 janvier 2010 à 15:42
  • Non, Mali, c'est son vrai nom. C'est un Al-Banna du côté de sa mère.

    L'arrière-grand-père de Frère Tariq était par contre "horloger". Ce qui prouve bien que le destin (suisse) existe ...

    Posté par Abd el Maakir, 05 janvier 2010 à 15:53
  • Abd el Maakir

    Bien que je ne sache pas pour qui vous roulez; vous êtes plein d'esprit. C'est un plaisir !

    http://ponctuelle.canalblog.com/

    Posté par ..va.., 06 janvier 2010 à 08:21
  • Ces tours de passe passe pseudo-intellectuels ne passent plus,vouloir instiller le doute dans l'esprit des gens révèlent et décrédibilisent son propre auteur !

    Posté par Ait hamza, 28 janvier 2010 à 10:22
  • Fondements

    @ Ait Hamza :
    Merci pour ton commentaire !

    1) D'abord, le doute est salutaire, ce n'est pas une fitna (discorde), c'est au contraire un instrument de la pensée critique. Descartes en faisait un moyen de pensée et le nommait "doute méthodique".

    2) Je ne vois pas en quoi un prédicateur qui se réclame de l'un des trois fondateurs de l'intégrisme islamiste, à savoir Hassan el Banna, soit "crédible".

    Beaucoup de gens parlent ainsi parce qu'ils ne connaissent pas Hassan el Banna.

    Bien à toi,

    NVS

    Posté par Naravas, 28 janvier 2010 à 20:18
  • Naravas, ton texte n'est qu'un ramassis de conneries, de celles qui pullulent dans le champ médiatique français... Pour trouver de la pertinence dans la prose de Fourest, il faut être parfaitement idiot ou un hypocrite sans scrupule. Il n'est qu'a s'interroger sur l'usage qui est fait du mot "islamiste" pour comprendre que ses travaux ont autant de rigueur qu'un roman de gare ou qu'un reportage de TF1. Et que leur valeur scientifique ne dépasse pas le zéro absolu. Il est étonnant(sauf pour un imbécile!) qu'une personne se lance dans une "enquête" sur les Frères Musulmans sans connaître un mot d'Arabe. Ce miracle ne peut se faire que dans un contexte d'islamophobie aiguë bien entendu...

    Posté par Bozo, 06 mars 2011 à 09:42
  • pipi dans la soupe

    @ Bozo :
    Il est difficile d'être intelligent et je ne crois sincèrement pas que tu fais mieux que moi dans cette histoire.

    - D'abord, pas d'arguments contre le contenu de cet article (Hassan El Banna, Amr Khalid, la comparaison avec Berque et Arkoun, tout cela est escamoté). L'objet de ce post n'est pas la pensée de Fourest, sur laquelle je n'ai rien à dire, puisqu'elle ne m'intéresse pas. Je m'en suis servi comme un point d'appui commode pour démarrer une réflexion à laquelle Fourest est étrangère. Mais toi, en bon polémiste dressé à l'insulte, tu ignores superbement tout le contenu de l'article, et, dès que tu vois le nom de Fourest, tu décharges ta bile...

    - Dans ton catéchisme d'insultes, il y a bien sur l'inconditionnelle islamophobie. Tu utilises cette notion pour intimider la pensée critique, de même que d'autres utilisent la notion d'antisémitisme pour paralyser toute critique de l'état d'Israel. Alors, je voudrais que tu saches :
    1) que je parle et lis arabe.
    2) que je ne connais pas l'islam à travers les shows de France Télévision
    3) que je ne suis pas à Paris et que votre verre d'eau parisien tiré entre les bons (Alain Gresh, Le monde diplomatique, Tariq Ramadan, etc.) et les méchants (Philippe de Viliers, Fourest, les inconditionnels de l'état d'Israel, philippe Val, etc.) me fait vomir. S'il n'y avait que cela comme pensée, je me serais suicidé.

    Alors, au lieu de ramener tout à ton verre d'eau parisien, je t'invite à sortir de ton prisme de Beur en mal d'identité, ignorant l'arabe, auquel Tariq Ramadan sert une soupe puisée du fond des âges, chez les théologiens les plus anachroniques et les plus rétrogrades.

    Dans le monde arabe, nous connaissons des milliers de Tariq Ramadan, souvent plus talentueux et plus séduisants, mais nous les prenons pour ce qu'ils sont : des agitateurs conservateurs, parfois intégristes, qui profitent du malaise des dominés.

    Mais la page est entrain d'être tournée, même si tu ne l'as pas encore compris, les révolutions démocratiques font déjà pipi dans cette soupe.

    Posté par Naravas, 12 mars 2011 à 17:56

Poster un commentaire