angles de vue...

Point de vue africain sur des questions de la culture et de l'actualité. Petit journal des idées de l'auteur. Les rêves et l'imagination d'un homme qui a vu sourire les étoiles et qui s'est promis de sentir le parfum de toutes les matinées embaumées.

26 décembre 2009

Une opinion sur le voile : Abdallah Laroui

Une opinion sur le voile : Abdallah Laroui


          Abdallah_Laroui« …je m’accroche à l’espoir que la tradition, chez nous, n’est pas complètement une néo-tradition, je veux dire qu’elle est encore relativement pacifique. Je prends l’exemple du voile. Au début, j’ai été outré ; je ne pouvais apercevoir un voile – celui qui nous vient d’ailleurs et dont nous n’avons pas l’habitude – sur le visage d’une jeune fille à l’université ou sur celui  d’une femme conduisant une voiture de luxe sur l’allée des Princesses sans ressentir une violente irritation. Je me disais : c’est donc à cela qu’aboutit un demi-siècle de militantisme féministe. Je pensais que l’Etat devait au moins adopter l’attitude des autorités tunisiennes, interdire le voile là où il met en danger la sécurité publique – c’est le cas de la femme au volant – ou porte atteinte à la cohésion sociale, puisqu’il ajoute un nouvel élément de différenciation dans un milieu déjà fragmenté. Puis, j’ai vu qu’il perdait peu à peu de sa valeur contestataire, de signe d’opposition à la politique intérieure ou extérieure du gouvernement. Ceux qui prônent le voile espéraient peut-être la confrontation. La politique du laisser-faire, de la « négligence bienveillante », était probablement la meilleure riposte, tout au moins jusqu’à maintenant. »

                       Abdallah Laroui, entretien avec Fadma Aït Mouss et Driss Ksikes, revue Economica n° 4, Octobre 2008-janvier 2009. p. 127.

 

Abdallah_Laroui_2« Mais puisque c'est comme ça, ce que j'appelle une critique résolue de l'islamisme c'est que chaque parti se définisse réellement par rapport à cela. Non pas par rapport à l'islam, mais sur un plan beaucoup plus sérieux : en ce qui concerne le problème de la femme parce que ce n'est pas une affaire de moralité, il ne s'agit pas d'empêcher les femmes d'être sur le trottoir mais de voir si la femme peut être un partenaire réel dans la vie économique, si elle suit ce que les islamistes veulent, c'est-à-dire le voile. L'histoire du voile, c'est simplement une chose. Est-ce que si la majorité des femmes portent le voile, est-ce que nous aurons autant de touristes chez nous ? Est-ce que les touristes auraient peur et ne viendraient pas ? C'est un problème de pure comptabilité. Alors si les gens dès qu'ils voient un voile disent qu'il ne faut pas aller dans ce pays là, c'est contraire aux intérêts les plus immédiats du peuple marocain. (...) Donc c'est simplement sur le plan de la théorie économique. Dans le monde d'aujourd'hui, dès qu'il y a une femme qui met un voile, même si elle le fait volontairement, le monde entier pense qu'elle est obligée de le mettre et donc un pays qui oblige les femmes à se distinguer des hommes - parce que la constitution ne parle pas de signe distinctif- ce n'est pas un pays démocratique. Comment vous allez résoudre ce problème ? Ensuite, si vous dites on ne doit pas changer absolument la shari'a , justifiez au moins la question de l'héritage. Il y a des réformes simples. J'ai préparé un texte simple pour expliquer ce que signifie le mot laïcité où j'ai montré que tous ces problèmes qui semblent impossibles à résoudre selon la méthodologie musulmane, sunnite, malikite, on peut leur trouver une solution très facilement, parce qu'il suffit tout simplement de dire que l'intérêt des musulmans à l'heure actuelle est de faire ceci, cela et nous le faisons comme une expérience momentanée en voyant les conséquences. (...) Donc il faut que les partis politiques, surtout les partis de gauche se définissent d'une fois pour toute par rapport à l'utilisation politique de l'Islam. Ce sont ceux qui on toujours l'Islam à la bouche qui lui font le plus de tort. »
 

                                             « Autobiographie et philosophie du secret », entretien accordé à la revue Revista de Estudios Internacionales Mediterráneos (2007)

 

Abdallah Laroui est l'un des plus grands intellectuels maghrébins vivants. Historien et philosophe, il a publié notamment :

En français :

Laroui___Islam_et_Histoire•  Les Carnets d'Idriss, 2008
•  Le Maroc et Hassan II, 2005
•  Islam et histoire - Essai d’épistémologie, Flammarion, Champs 2001, 166 p.
•  Islamisme, modernisme, libéralisme : esquisses critiques, Centre culturel arabe, 1997, 239 p .  
•  Esquisses historiques : Casablanca, 1992.
Islam et modernité, Abdallah Laroui, Paris, La Découverte, 1987, 188 p.
•  L'Etat dans le monde arabe contemporain : élément d'une problématique . Louvain-la-Neuve : C. M. A. C., 1981.
•  La Crise des intellectuels arabes : traditionalisme ou historicisme ? La Découverte, 1978.
•  Les Origines sociales et culturelles du nationalisme marocain (1830-1912). Paris, 1977.
•  L'Algérie et le Sahara marocain . Casablanca : Ed. Serar, 1976.
  L'Histoire du Maghreb - un essai de synthèse I, Maspero, 1975, 206 p.
•  L'Histoire du Maghreb - un essai de synthèse II, Maspero, 1975, 193 p 
•  L’idéologie arabe contemporaine, Maspero, 1967, 224 p.
•  L'exil, Actes Sud, Sindbad, 1999


Entretiens et vidéos :
Laroui___Islam_et_modernit_
 
 « L’histoire vue d’ailleurs », conférence, Canal-U. [en vidéo] (2000)
 « C'est au citoyen de prendre la parole», entretien accordé au journal marocain Le Matin (2005).
« Autobiographie et philosophie du secret », entretien accordé à la revue Revista de Estudios Internacionales Mediterráneos (2007)
Abdallah Laroui, entretien avec Fadma Aït Mouss et Driss Ksikes, revue Economica n° 4, Octobre 2008-janvier 2009. [télécharger ici]

 

بالعربية


أولا: دراسات فلسفيةLaroui___Mafhoum_al__Aql

 الإيديولوجيا العربية المعاصرة، تعريب محمد عيتاني، وتقديم مكسيم رودنسون، بيروت، دار الحقيقة للطباعة والنشر، 1970.

 العرب والفكر التاريخي, بيروت, دار الحقيقة، 1973. (4ط)

 أزمة المثقفين العرب، 1974.

 أصول الوطنية المغربية، 1977.

 مفهوم الإيديولوجيا، بيروت، دار الفارابي، 1980.

 مفهوم الحرية, بيروت, دار الفارابي، 1981. (4ط)

 مفهوم الدولة, بيروت, دار الفارابي، 1981. (4ط)

 ثقافتنا في منظور التاريخ, بيروت, دار التنوير, 1983. (3ط)

 مجمل تاريخ العرب, الرباط, مطبعة المعرف الجديدة, 1984, 174 ص, (3ط) .

 ابن خلدون وماكيافيللي، دار الساقي، 1990.

 مقاربات تاريخية، 1992.

 مفهوم التاريخ, جزءان, الدار البيضاء, المركز الثقافي العربي, 1992. Laroui___Essuna_wa_Al_islah

 مفهوم العقل، الدار البيضاء، المركز الثقافي العربي، 1996.

 عوائق التحديث، محاضرة ألقيت في 15/12/2005، نشرت مع تعليقات، منشورات اتحاد كتاب المغرب، 2008.

ثانيا: أعمال أدبية

 الغربة: رواية, الدار البيضاء, دار النشر المغربية, 1971. (3 ط)

 اليتيم: رواية, الدار البيضاء, دار النشر المغربية, 1978. (3ط)

 الفريق: رواية, الدار البيضاء, المركز الثقافي العربي, 1986.

 غيلة: رواية, الدار البيضاء, المركز الثقافي العربي، 1998.


           ثالثا: سيرة ذاتيةKhawatir_Essabah___Laroui

    • أوراق: سيرة ذاتية, الدار البيضاء, المركز الثقافي العربي, 1989.

   • خواطر الصباح - يوميات، الدار البيضاء، المركز الثقافي العربي، 2001.


رابعا: حوارات
•  حوار مع المفكر المغربي عبد الله العروي- بديعة الراضي، صحيفة العالمية 18 فبراير 2007.
 حوار مع عبد الله العروي- عبد اللَّـه سـاعـف، آفاق (الرباط) عدد 4/3، 1992، ص 147 إلى 190.
  محاورة "عبدالله العروي" في "من التاريخ الى الحب": الرواية، النقد

Posté par Naravas à 01:56 - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

    Quand tu penses qu'il est moins connu que Tariq Ramadan ou Dounia Bouzar ...

    En tout cas il a raison sur la confrontation. Sauf que ce sont les dictatures arabo-musulmanes qui font maintenant dans le fameux "fondamentalisme d'Etat".

    Restent certains "indigènes de la République" en Europe pour crier au "racisme" et au "colonialisme" dès qu'il s'agit de freiner l'intégrisme islamiste.

    La pointe du progrès !

    Posté par Abd El Maakir, 26 décembre 2009 à 16:06
  • Média

    Si l'un des plus grands intellectuels maghrébins reste à peu près inconnu du public francais (beurs compris), maghrébin et mondial, c'est parce que d'autres, infiniment moins compétents sur les questions dont ils parlent, ont pris sa place dans les média...

    Posté par Naravas, 28 décembre 2009 à 18:37
  • Il y a lieu de rappeler qu’Abdallah Laroui était à l'origine marxiste. Rien à voir donc avec Tariq Ramadhan.

    Pour ce qui est de la question du voile, il me semble qu'il y a lieu d'affiner l'analyse et de dépasser les préjugés et les idées reçues. L'émancipation des femmes au Maghreb, et dans le monde musulman en général, n'est pas forcément liée au port du voile ou à son abandon. Que pensez-vous d'une jeune musulmane (Algérienne) célibataire, portant le hidjab (de son plein gré), très pieuse, qui se rend seule aux Etats-Unis (dans une ville où elle ne connait personne) pour y faire des études de post-graduation (c'est une personne que je connais)? C'est cela l'émancipation.

    Il y a un paradoxe difficile à expliquer : des jeunes filles portant le voile intégral (type burqa) se rendent à l'université pour y faire des études supérieures. Si on veut appliquer les préceptes du Coran tels qu'interprétés par les salafistes, alors la musulmane devrait rester à la maison. Mais c'est l'inverse qui se passe. En Algérie, il y a aujourd'hui plus de filles que de garçons qui réussissent au bac.

    L'islamisme, c'était au départ une affaire de mâles. Le voile est la réponse des femmes musulmanes (réponse guidée par des mécanismes inconscients) au machisme des islamistes. Demain, elles seront plus nombreuses que les hommes dans les postes qui nécessitent des diplômes universitaires. L'islamisme n’aura rien pu faire pour empêcher les musulmanes de se libérer de la tutelle des hommes (ce que toutes les féministes de par le monde veulent).

    Posté par Adel, 02 février 2010 à 10:30
  • voile/intégrisme

    Bonjour Adel,

    Merci pour ton commentaire !
    1) Qu'Abdallah Laroui soit un penseur de gauche n'est pas une tare. C'est tout à son honneur ! L'écrasante majorité de la pensée qui compte se réclame de gens comme Freud, Marx et d'autres. Ce post est consacré à Laroui, il n'y a aucun rapport possible avec Ramadan. Ce sont des gens différents et pas de la même stature.

    2) L'émancipation des femmes n'est certes pas liée au voile ou à une religion. En revanche, la réislamisation intégriste des masses au Maghreb a une incidence sur toutes les questions politiques et sociales : elle a donc un impact direct sur la question des femmes.
    Je ne partage pas ton analyse sur le voile sur au moins deux points :
    a)Face à la pression exercée par l'intégrisme sur les femmes, je te signale que dans un pays comme l'Algérie il y a eu deux réactions : une partie des femmes s'est révoltée en se structurant dans des associations féministes ou démocratiques; une autre partie, au contraire, comme l'UGEL section féminine, s'est soumise à cette interprétation idéologique de l'islam : pire, elle l'a reprise à son compte et se l'est appropriée. Alors, présenter cette partie des femmes comme une soi-disant opposition au machisme des hommes relève d'un tour de passe passe verbal. Cette partie, qui a viré vers l'intégrisme armé dans ses franges clandestines, constitue la pire ennemie des femmes et la caution féminine la plus lourde de l'intégrisme algérien.

    b) Oui, des femmes revendiquent au nom de la liberté le port du voile et même du niqab. On ne peut certes pas les en empêcher, ce serait contraire à tout principe démocratique. Mais personne ne peut nous empêcher de penser que de tels comportements relèvent de "la servitude volontaire" et sont le produit d'une société qui tout en échouant à inculquer l'esprit critique à ses membres, a réussi à leur inculquer le respect irréfléchi du Dogme. Et quand l'esprit critique n'est pas au rendez-vous...

    C) Ta thèse peut-être fonctionner dans des sociétés que je connais moins, comme le Pakistan ou l'Afghanistan, mais elle me semble carrément caduque en Algérie. Le voile n'est pas un signe d'intégrisme en soi mais, assurément, entre 1990 et 2000, la progression du voile a suivi en Algérie celle du qamis et de la barbe, c'est-à-dire celle de l'intégrisme. Je parle bien sûr de ce contexte particulier et daté.

    d) il y a à mon avis un point de vue et une situation qui corrompt tout débat sur cette question en France : c'est le point de vue "beur". Je pense qu'il faut sortir de cette optique pour cerner les enjeux de l'islamisme à l'échelle du monde arabe. Le monde arabe a des problèmes particulier et différents de ceux de la minorité discriminée des Beurs en France. Attention aux projections inconscientes et aux télescopages...

    Au plaisir de te lire !

    NVS

    Posté par Naravas, 02 février 2010 à 17:26
  • Vent dans les voiles

    Bon, il faudra encore écrire et écrire à propos du voile.
    En d’autres temps j’aurai laissé tomber, par lassitude. L’expérience prouve qu’il ne faut jamais laisser tomber le fait d’empêcher autrui d’aller vers la catastrophe. C’est peut être vantard, con, idiot, anachronique…je l’admets mais on ne peut pas se refaire.
    Bien, donc, reprenons :
    - Allah a prescrit AUX FEMMES DU PROPHETE ET A ELLES SEULES de porter un voile. De ce voile on ne sait RIEN : une toile sur les hanches, un caftan sur les épaules, un foulard sur la tête, une coiffe couvrant la bouche et/ou le nez et /ou les yeux jusqu’à la burqua intégrale pour laquelle il faut des chiens d’aveugles pour se déplacer. Mais là dedans, qu’à dit Dieu ? Personne ne sait. Ce que l’on sait c’est que les prescriptions ont été faites par Dieu pour les femmes du prophète et personne d’autre.
    - Allah n’a pas prescrit que cela pour les femmes du prophète : il leur a dit de ne plus se laisser voir par aucun homme (hormis celui qui les baise).
    - On peut voir dans cette prescription d’Allah une volonté d’éloigner les femmes de la tentation de la chair. Ceci est un thème récurrent dans la Thora, (Eve et la pomme) et dans l’iconographie de Marie (vierge et surtout immaculée).
    - Pour résumer : Devant les craintes du Prophète qui je le rappelle a eu 9 femmes légitimes, Allah a cru bon de lui dire qu’il faut qu’il les contrôle. Dont acte.
    Revenons au voile dans nos universités.
    La musulmane qui se voile peut le faire pour plusieurs raisons :
    - Puisque Allah l’a prescrit pour les femmes du prophète il ne peut donc être que bénéfique pour susciter un « ajr » (bénéfice, salaire) dont Allah saura tenir compte après leur mort. Et tout le monde sait que seul Allah sait. Cela rappelle le « couffinisme » ou porteurs de couffin. Même si Dieu (ou le potentat) ne le demande pas, mieux vaut aller au devant de ses éventuelles demandes. Procédé hyper développé dans nos contrées.
    - Vivant dans une république qui accorde à chacun de se vêtir comme bon lui semble, et profitant de ses lois « républicaines et laïques » la musulmane se vêt comme elle veut. Langage combien entendu. Ce que la musulmane sait moins, c’est qu’en mettant le voile quel qu’il soit elle se met ipso facto sous la tutelle se son mâle (mari, père, frère, oncle). Elle n’a plus aucun droit. Elle doit avoir la permission écrite, pour se marier, hériter, avoir un passeport etc. Mettre un voile, c’est pour la musulmane un aveu d’incompétence et une délégation de sa volonté.
    - Il y a aussi quelques musulmanes qui pour des raisons d’anatomie préfèrent cacher leur gueule. Elles sont trop moches ou alors elles refusent de se rendre désirables. Cela ne les empêche pas de faire des études au Canada ou au Japon mais cela leur permet de cacher leur misère au motif de la religion. Ceci est un peu anar pour ne pas utiliser un terme qui pourrait choquer.
    - Supposons que la burqua soit admise par la planète. Supposons que pour des raisons analogues les hommes se mettent à se voiler intégral. Je vous laisse imaginer une société ou personne ne sait à qui il parle, homme ou femme, et ou les relations sont tellement asexuées qu’elles virent à la stérilité.
    Demain, je vais aller au boulot avec une burqua. Personne ne me reconnaitra. Comme je suis mineur je ne signe rien et ne prend aucune décision. On va me virer mais comme on ne sait pas qui je suis cela prendra du temps. Entre temps je n’aurai désiré aucune femme et vice versa. Tant qu’on ne baise pas…N’est ce pas la finalité de ceux qui ont lu Allah ?

    Posté par MALI, 03 février 2010 à 18:40
  • Un société où les hommes seraient voilés

    Merci Mali pour ces éclaircissements qui mettent en lumière les disparités qu'introduit le voile entre les hommes et les femmes
    Mais bon, il est difficile de faire comprendre que l'homme a aussi des zones qui excitent le regard des femmes et que, en toute bonne logique islamiste, ils devrait les voiler...

    Posté par Naravas, 11 février 2010 à 20:19
  • l'islam

    la cas y totalité des musulmans ne connaissent pas le coran, ni sa porté, et quant quelques un connaissent une partie, de peur de ce qui est écrit comme menasse, ils déforment les versés ou ils les analysent d'une façon erroné et qu'ils est évidant il évite de réfléchir ci non qui a un esprit saint et libre et accepte le racisme contre les noirs ou contre nos petite fille mariés si jeune sans leurs consentement, sans oublier non plus qu'elle ne peut avoir que la moitié de tout voir moins sauf qu'elle doit tout en entier, un moi entier de ramadan et 5 prières par jour comme son frère sauf il n'est pas tenu compte des dettes qu'elle est contrainte de faire durant ce moi et le devoir de jeûner d'autres jours difficiles à chaque fois comme les première jours de ramadan, le tout en faisant le même travail voir plus contrairement au hommes qui s'arrangent bien eux ext.../;

    Posté par WELLEU, 01 septembre 2010 à 04:23

Poster un commentaire