angles de vue...

Point de vue africain sur des questions de la culture et de l'actualité. Petit journal des idées de l'auteur. Les rêves et l'imagination d'un homme qui a vu sourire les étoiles et qui s'est promis de sentir le parfum de toutes les matinées embaumées.

20 avril 2011

Arabes de France, Malcom X vous parle !

                
Arabes de France, Malcom X vous parle !


Malcom_X            Je propose à votre attention ce pastiche de Malcom X. Vous allez me dire qu’il est excessif. Certes, mais en grossissant le trait, on arrive à voir ce qu’il y a d’invisible dans les rapports entre les « Arabes » (ou les Noirs) et les Français en France (voire au-delà).
Certains, qui ne réalisent pas l’importance de cet homme dans l’histoire mondiale, qui n’ont probablement pas lu son Autobiographie ou ses discours, peuvent me sortir tous les clichés sur le personnage que les officines du FBI ont commencé à fabriquer du vivant même de Malcom X : il serait un symbole de haine et de ségrégation raciale, éliminé par la haine qu’il prêchait.
Ce n’est évidemment pas vrai. La vie de Malcom a connu une évolution rapide et surprenante. Ce qui est certain, c’est qu’au moment de son assassinat, nous retrouvons un homme libéré des doctrines farfelues d’Elijah Mohammad, un homme qui se préparait à être le porte-drapeau de l’émancipation des Noirs américains, avec de nouvelles méthodes : universalisme « islamisant », internationalisation de la cause noire, connexion avec les combats des peuples opprimés, etc. D’autres Américains, vivant dans d’autres conditions, n’ont pas souhaité cette évolution, ce qui a directement mené à l’élimination du « Noir le plus en colère d’Amérique ».
Comme vous pouvez l’imaginer, j’ai remplacé les mots « Noirs » et « Blancs » par « Arabes » et « Français » et j’ai réarrangé les noms de lieux et les références culturelles et historiques. L’effet obtenu est plus qu’intéressant !


Le problème du racisme anti-arabe
« L’Arabe de France constitue un cas honteux d’oppression d’une minorité. Pourquoi s’imagine-t-il que son cas relève de la seule compétence de la France ? (…) [Un jour], il comprendra que le problème de l’Arabe doit être soulevé au parlement européen et aux Nations Unies. » (p. 161)

Malcolm_X____dvdLa honte et les petits boulots :
« A mon avis, huit sur dix des Arabes de Paris s’adonnaient en fait à des travaux rudes et sous-payés qu’ils dissimulaient sous des périphrases comme « je travaille dans une banque » ou « je suis dans les assurances », comme s’il s’agissait de Martin Bouygues ou de Serge Dassault, et non de gardiens d’immeubles et de caissiers qui se tenaient très droit pour avoir l’air plus digne. Certaines femmes arabes parlent un langage tellement affecté qu’il en était incompréhensible. » (p. 66)

Esclavage civilisé :
« Dieu sait combien d’Arabes réduits en esclavage civilisé  rejoignent les bouches du métro chaque matin pour aller épuiser leur corps dans un hangar du centre ou de la banlieue parisienne. Encore aujourd’hui, je suis abasourdi quand je pense au nombre d’Arabes qui supportent sans fléchir cette indignité, à cause de l’intoxication idéologique dont ils ont été victimes. »

L’intégration
« Il ne leur est jamais venu à l’esprit [à cette famille française] que j’étais capable de comprendre, que je n’étais pas un toutou, mais un être humain.
Ils ne m'attribuaient ni la sensibilité, ni l'intelligence, ni les capacités intellectuelles qu’ils auraient trouvées chez un jeune Français. Les Français ont toujours considéré les Arabes comme étant parfois avec eux, mais jamais desleurs. Ils avaient l’air de m’ouvrir les portes, tout en me les fermant. Au fond, ils ne me voyaient jamais, moi. »

« C’est précisément ce genre de condescendance que j’essaye aujourd’hui de démasquer à l’intention des Arabes et des Maghrébins avides d’ « intégration » dans la société française et qui, pour la plupart, soutiennent leurs amis français « libéraux », les prétendus « bons Français ». Ils sont « gentils » ? Et après ? Souvenez-vous qu’ils ne vous voient, pour ainsi dire, jamais comme ils se voient eux-mêmes, comme ils voient les leurs. Le Français sera avec l’Arabe pour le meilleur, peut-être, mais pas pour le pire. Au fond, il est persuadé jusqu’à la moelle des os qu’il vaut mieux que n’importe quel Arabe. » (p. 54)

« En sixième, je fus élu président de la classe. J’en fus le premier étonné. Mais maintenant je comprends pourquoi : j’étais un des meilleurs élèves du lycée, un phénomène unique, quelque chose comme un caniche rose. Et j’en étais fier ; je ne peux pas dire le contraire. A ce moment là, j’étais à peine conscient de mon identité arabe et maghrébine; j’essayais, par tous les moyens, d’être français. C’est pourquoi je passe maintenant mon temps à dire à l’Arabe vivant en France qu’il perd son temps à vouloir « s’intégrer ». Je suis bien placé pour en parler, car Dieu sait si je m’y suis essayé. » (p. 59)

malcom_x_2L’amour avec une Française
« J’ai l’impression que les jeunes Français croyaient qu’étant Arabe, j’en savais naturellement plus long qu’eux sur l’amour et la sexualité ; que je savais d’instinct ce qu’il fallait faire ou dire devant leurs petites amies à eux. Je n’avais jamais raconté à personne que j’avais le béguin pour les Françaises, et que certaines en pinçaient pour moi. Elles me le faisaient comprendre à leur façon. Mais chaque fois que nous nous trouvions ensemble à nous faire des confidences,  ou que nous avions des rapports qui auraient pu devenir intimes, un mur se dressait entre nous. » (p. 58)

La distinction des Arabes « parvenus »
[Les Arabes] que je découvris au 8ème arrondissement de Paris, apparemment des Arabes « bien », instruits, importants, avec de belles situations, vivaient dans de belles maisons confortables et tranquilles (…). Ils avaient la démarche orgueilleuse. Ils se rendaient au travail, au coiffeur, en visite, avec beaucoup de dignité. C’était la version parisienne des cireurs et des portiers arrivés de Marseille, avec cette seule différence, cependant, que ceux de Paris étaient victimes d’un lavage de cerveau encore bien plus dévastateur. Ils se vantaient d’être plus « cultivés », plus « instruits », plus « dignes » et plus riches que leurs frères arabes  de Montreuil ou du 93, à deux pas de chez eux. Ils s’escrimaient à singer les Français, s’imaginant, les pauvres, que « francisés » ils seraient « mieux ». (p. 64-65)

Discrimination positive 
Depuis le temps de la colonisation, le Français a toujours entretenu quelques Arabes, triés sur le volet, jouissant de situations plus enviables que la masse qui travaille à la sueur de son front. Le Français employait ces Arabes comme des gens de maison. Il leur donnait beaucoup de miettes de sa table. Il les laissait même manger dans sa cuisine. Il savait qu’il pouvait compter sur eux pour perpétuer l’image qu’il se faisait de lui-même, « le bon maître », le juste. Le « bon maître » entendait toujours ce qu’il désirait entendre de la bouche de ces Arabes-là. « Vous êtes un bon maître, un excellent maître, m’sieur ! ». Et « ces Arabes qui font fonctionner votre industrie sont heureux comme ils sont. Ils ne sont pas assez intelligents et assez laïques pour mériter qu’on s’occupe d’eux. »
Eh bien, les domestiques arabes du temps de la colonisation existent encore, mais ils sont plus sophistiqués maintenant. Quand le maître français décroche son téléphone pour les appeler, il n’a même plus besoin de leur donner des instructions : ce sont des marionnettes bien dressées, qui ont regardé la télévision, lu les journaux. Ils savent exactement ce qu’ils ont à faire. (…) Leur premier souci à eux, était de rassurer le « bon maître », de l’exhorter à ne pas s’inquiéter au sujet des « Arabes de banlieue » et des « islamistes ».  (p. 205).

« De nos jours, les béni-oui-oui ne portent plus de turbans sur la tête. Le béni-oui-oui du XXIe siècle porte souvent un complet-veston. Il est généralement instruit et bien vêtu. Il est la culture, le raffinement en personne. Le béni-oui-oui du vingt-et-unième siècle parle souvent avec l’accent d’HEC  ou de l’ENA. Parfois, il a un titre : professeur, docteur, juge, recteur, etc. Ce béni-oui-oui du XXIe siècle est un Arabe
professionnel. Je veux dire par là que son métier, c’est d’être l’Arabe du Français. » (p. 208).

La religion des médias
La religion [des médias dominants] enseignait à l’Arabe qu’être arabe était une malédiction. Que tout ce qui était arabe, y compris lui-même, était haïssable. Elle lui apprend que tout ce qui est français est bon, admirable, digne de respect et d’amour. Ce bourrage de crâne était agencé de telle sorte que l’Arabe avait fini par croire que plus sa culture était polluée par l’inculture du maître, plus il était « supérieur ». La religion des médias enseignait encore à l’Arabe qu’il devait tendre l’autre joue, sourire, gratter la terre, s’incliner, s’humilier, chanter, prier et se contenter des miettes qui tombait de la table du Français ; qu’il fallait attendre que la manne tombe du ciel, aspirer au paradis dans l’autre monde puisque le paradis d’ici-bas est réservé aux maîtres français. (p. 145)

Malcm_x_The_last_speechesMilitances
« C’est en Terre Sainte puis en Afrique que j’ai acquis la conviction que les mouvements de défense des droits des Arabes et des Maghrébins en France gagneraient beaucoup à prendre appui sur les différents pays du monde, car il leur manque une dimension internationale. Les leaders de la « communauté maghrébine » en France manquent d’imagination, et c’est là leur plus grand défaut. Ils n’ont de pensées, de stratégies que déterminées par le Français, son approbation, ses conseils. Or, les Français au pouvoir en France veulent à tout prix éviter que l’Arabe se mette à réfléchir à l’échelle internationale.
Je crois que la plus grave erreur des organisations des droits des Arabes en France a été de ne pas établir de contacts directs, de rapports fraternels, avec les pays arabes et les mouvements antiracistes du monde. » (p. 285-286)

« Soyons francs, les Arabes, les Noirs, ne manifestent nullement le désir de porter plainte devant les Nations Unies, d’exiger devant le monde entier que justice leur soit faite en France. Je savais d’avance qu’ils ne remueraient pas le petit doigt. Je serai sans doute déjà mort quand le Maghrébin et le Noir de France comprendront que leur combat est un combat international. » (p. 291)

Sympathies françaises
« Je suis profondément convaincu que les Français qui veulent s’inscrire dans une organisation de défense des droits des Arabes cherchent surtout à apaiser leur conscience, sans pour autant faire face au vrai problème. En tournant autour de nous, ils prouvent, certes, « qu’ils sont avec nous ». Mais ce n’est pas ainsi qu’on résout le problème du racisme anti-arabe. Les Arabes ne sont pas racistes. Ce n’est donc pas à eux de fournir des « preuves », mais aux Français. La véritable bataille doit être livrée entre Français, et non pas entre nous. » (p. 298).

Conclusion
« Tout ce que je fais en ce moment, je le considère comme urgent. L’homme ne dispose que d’un certain temps pour faire ce qu’il doit faire. »

« Mon organisation s’assigne comme objectif de contribuer à l’avènement d’une société où Arabes et Français puissent être frères et vraiment égaux. » (p. 297).

Malcom X, modifié par Naravas

Source :
- Malcom X et Alex Haley, L'autobiographie de Malcom X, traduit de l'anglais  par Daniel et Anne Guérin, 1964 , Paris, Ed. Pocket, (1966 pour la traduction française), 1993 (Ed. Pocket).

 

 

Posté par Naravas à 05:08 - LU, VU, ENTENDU - Commentaires [15] - Permalien [#]

Commentaires

    Excellent billet. Frantz Fanon avait mené une analyse semblable à son époque dans "Peau noire, masques blancs", quant à la condition de l'homme noir en France. Malheureusement cet homme reste que trop peu connu en France

    Posté par Romano, 20 avril 2011 à 11:46
  • Fanon

    @ Romano :
    Très bonne référence en effet! Si tu parles de Fanon, il est quand même un peu connu en France. C'est vrai aussi que du temps est passé depuis : avec l'échec cuisant des indépendances, les héros de la décolonisation ont tendance à être oubliés...

    Posté par Naravs, 21 avril 2011 à 06:23
  • Les vieilles scies idéologiques et « socioligeantes » de cet article, révèlent les aigreurs et des ressentiments. Vos propos habituels, pourtant, Monsieur, bien que souvent ironiques, sont en général plus nuancés.
    Les razzias au nord de la Méditerranée et les troupes de Philippe II, voyez-vous, ont laissé des traces dont je me trouve être, bien involontairement dépositaire. Mon teint est basané, mes cheveux et mes yeux sont noirs si bien qu’à Fez, on m’interpelle en arabe. Je n’en suis ni fier, ni gêné, ni meurtri pour autant.
    Le ressentiment doit faire rire, nous dit Nietzche. Je me sens libre, à vous lire, de suivre son conseil.

    Cordialement
    Un bâtard de Khayr ad-Din

    Posté par Un bâtard, 27 juin 2011 à 19:37
  • Vous savez, cher bâtard de Khayr ad-Din, le plus ironique avec Naravas est qu'il ne partage pas du tout la rhétorique des "Indigènes de la République".

    Comment diable lire ce texte sans Sainte Houria Bouteldja en fond de sauce, alors ?

    Posté par Abd El Maakir, 07 juillet 2011 à 15:31
  • Ressentiment ?

    Bonjour

    Je ne suis pas très sûr de comprendre votre propos. Aussi, je vais m'abstenir d'y répondre, de peur de mal vous interpréter. De quels ressentiments et aigreurs parlez-vous ? Il s'agissait d'adapter un texte ancien, certes excessif, au contexte français. L'hyperbole qu'il comporte aide justement à voir l'invisible...
    Je ne pense pas qu'on puisse réfléchir, justement, en étant plein de ressentiment.

    Posté par Naravas, 12 juillet 2011 à 13:35
  • Bonjour

    Bonjour à toi Navaras et bonjour à tous.

    Je suis de retour, depuis le temps!!!La révolution tunisienne m'a un peu lessivé et, je crois, j'en suis revenu. Enfin, pas tout à fait. Me manque l'euphorie du début et aujourd'hui, je suis, justement, l'homme du ressentiment.

    Désolé de cette intrusion qui n'a rien à voir avec ton excellent pastiche. C'est du vrai plastique, métaphoriquement s'entend.

    Cordialement. Tahar

    Posté par Tahar, 25 août 2011 à 18:46
  • Naravas et non l'autre. Désolé

    Posté par Tahar, 25 août 2011 à 19:07
  • Tunisie

    Bienvenu Tahar,

    Ton souffle révolutionnaire devrait nous aider à aller de l'avant... J'espère que la démocratie et la joie de vivre sont en marche dans ton pays

    Posté par Naravas, 29 août 2011 à 00:58
  • Mêêêê

    Aidoukom mabrouk...dit le mouton avant d'agoniser. Il parait, il semblerait, on pourrait croire, éventuellement, à coup sûr qu'une large partie des moutons assassinés en Tunisie pendant cet Aïd anachronique ont été financés par le Quatar. Quelques centaines de milliers de moutons pour acheter les élections. Y sont fortiches. Le prochain coup : la coupe du MONDE.Et le voile en suce. Putaing !

    Posté par MALI, 09 novembre 2011 à 19:05
  • Sala arabe! les plus racistes sont les arabes n'utilise pas Malcolm sale bicot

    Posté par DadooAntirebeu, 26 octobre 2012 à 22:18
  • excellent commentaires! perso g eu 2 filles que g élevé seule avec un algérien et g le sentiment d'avoir été bluffée! pas par lui , mais par l'état français, je m'étale pas! paix dans vos coeurs.

    Posté par ghys123, 21 janvier 2014 à 07:10
  • L'utilisation de ce genre de procédé, ie le claquage brut, pour ne pas dire stupide car aveugle, ne fait que démontrer la faiblesse de votre capacité d'analyse. Peut être même est ce délibéré ! Toujours est il que vous niez et l'Histoire et la spécificité du peuple arabe. Malcom X est un grand homme qui a trancendé son combat qui lui a été d'abord exposé de manière spécifique,
    à savoir celui du peuple noir. Trancendé en ce sens qu'il a inclus dans un combat relevant de l'humanité à savoir celui des humains opprimés contre les forces du mal représentées par les humains. On ne parle plus de peuples dans ce combat à l'échelle planétaire.
    Et cette vision lui a été possible par le biais de la véritable science de la soumission au Créateur de Toutes Choses.

    Posté par Hashashin, 14 janvier 2017 à 18:19
  • ...

    Tu aurais été plus crédible dans tes jugements de valeur si tu savais écrire le mot "transcender"...

    Posté par Bouberreta, 12 mars 2017 à 04:57
  • A L'ATTENTION DES INTERNAUTES

    Chers internautes,

    Après la 9eme édition du FIC (Forum International sur la Cybercriminalité) qui s’est tenu les 24 et 25 janvier 2017 à Lille, plusieurs résolutions ont été prises. En effet l’internet est devenu un vecteur de communication d’une puissance jamais atteinte. Ces aspects positifs ont cependant un revers. La facilitation dans un total anonymat, de nombreuses formes de délinquance telles que : l’escroquerie, l’usurpation d’identité, vols de numéros de cartes bancaires, piratage ont été développé.
    Il existe en France comme dans les autres pays de nombreuses victimes. Face à cette menace, il a été donc décidé d’accroître la coopération entre toute victime ayant porté plainte et les acteurs de lutte contre la cybercriminalité (ORRCC) Organisation Régionale de Répression Contre la Cybercriminalité dans l’anonymat total afin que ces réseaux soient démantelés.
    Toute victime ayant porté plainte avec preuve à l’appui et qui a collaboré avec les agents assermentés de l’ORRCC afin que ses escrocs soient arrêtés sera remboursée et dédommagée, alors nous demandons à toute personne ayant été victime de quelque nature d’avoir le courage de porter plainte car il est encore possible pour eux de récupérer ce qui leur a été frauduleusement soutiré

    Adresses mails : orrcc@mail.com / orrcccontact@yahoo.com

    Faites-nous confiance et nous allons vous redonner vie !!!

    Posté par ORRCC, 29 juin 2017 à 19:52
  • OCLCTICBEFTI

    Il nous a été donné de constater la recrudescence de nombreuses attaques ciblant les particuliers mais aussi les entreprises et les administrations. Elles visent à obtenir des informations personnelles afin de les exploiter pour arnaquer, portant préjudices aux internautes. Internet est un espace de liberté où chacun peut communiquer et s'épanouir. Les droits de tous doivent y être respectés, pour que la « toile » reste un espace d'échanges et de respect. Pour remédier à ces pratiques malsaines, l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC) et la Brigade d’enquêtes sur les fraudes aux technologies de l’information (BEFTI) créés par les pouvoirs publics sont à la disposition des populations victimes de toutes les formes de criminalité sur internet. Une seule adresse pour signaler que vous êtes victimes d’une arnaque.
    ADRESSE MAIL : internet_signalement_gouv_france@mail.com

    Posté par OCLCTICBEFTI, 18 juillet 2017 à 13:37

Poster un commentaire