angles de vue...

Point de vue africain sur des questions de la culture et de l'actualité. Petit journal des idées de l'auteur. Les rêves et l'imagination d'un homme qui a vu sourire les étoiles et qui s'est promis de sentir le parfum de toutes les matinées embaumées.

22 janvier 2011

Tunisie : vers une révolution détournée ? Vers une démocratie volée et une fraude électorale massive ?

Tunisie : vers une révolution détournée ?

 Vers une démocratie volée et une fraude électorale massive ?

       Tunisie_revolution_3Les Tunisiens viennent de chasser de manière spectaculaire leur dictateur Ben Ali. Un gouvernement provisoire est constitué pour organiser dans six mois des élections « libres et démocratiques ». Certains croient que l'objectif est atteint, les manifestants devraient renter chez eux pour éviter de créer je ne sais quel "chaos" qui conduirait le pays à la ruine...

Or, la fuite d'un homme, aussi symbolique soit-elle, constitue-t-elle une révolution achevée ? Tout le monde sait que le RCD n'est pas un homme, mais une gigantesque machine administrative qui a investi tous les échelons des appareils d'état. Il vient certes de recevoir deux coups durs de la rue : 1) il s'est débarrassé de son chef, devenu plus que jamais impopulaire; 2) il vient de perdre une grande partie de sa base répressive, la police, dont la main mise sur le citoyen ne sera plus jamais comme avant. Tout porte à croire que l'armée, rangée du côté de la population révoltée, devrait jouer un rôle de plus en plus important dans l'avenir.

Mais revenons à ce gouvernement provisoire. Il compte parmi ses membres une majorité formée par les architectes de la dictature. Peut-on sérieusement attendre de ces caciques du régime qu'ils se transforment en l'espace de quelques semaines en défenseurs loyaux de la démocratie ? Ben Ali n’a-t-il pas déclaré que si Ghannouchi et Mebazaa sont au pouvoir, c’est comme si il y était lui-même ? Les membres de l'opposition qui en ont démissionné assurent que les pratiques du passé sont encore en vigueur au sein de cette équipe.

Dans sa mission de sauver le régime, le gouvernement provisoire poursuit un double objectif : d’abord parer au plus urgent en obtenant du peuple l’arrêt immédiat des manifestations. Pour cela, il convient de l’effrayer avec le spectre du « chaos », en le convaincant que des manifestations pacifiques mèneraient à des lendemains incertains, voire à la ruine du pays. Ensuite, deuxième acte du plan antidémocratique, il préparera un bourrage d’urnes précédé d’une campagne électorale déséquilibrée, en faveur du candidat du pouvoir.

Tunisie_revolution_1Le RCD sait qu’il est impopulaire. La seule façon de sauver sa peau consistera à organiser une fraude électorale massive en faveur de son candidat. Il s’appuiera en cela sur une administration rodée par des décennies de soumission. C’est pour cette raison évidente qu’il tient lui-même à organiser ces élections et, bien sûr, à écarter la vraie opposition des cuisines du pouvoir.

Il reste cependant deux inconnues. Le peuple n’a pas dit son dernier mot. Il continue à manifester et à réclamer le départ immédiat de ceux qui manigancent pour lui voler sa démocratie. Deuxième inconnue, on ne sait pas quelle sera la réaction de la rue quand elle se rendra compte que les élections ont été truquées, qu’elle a été dupée.

La solution pour parvenir à la démocratie pour la Tunisie ne me semble pas être celle qui consiste à dormir sur les lauriers d’une première victoire, fragile et réversible. Au contraire, tout reste à faire. Le régime est encore là. Plus que les hommes politiques de l’opposition, les citoyens qui continuent à investir la rue l’ont compris avec une rare perspicacité politique : il faut continuer les manifestations pacifiques jusqu’à ce que le régime tombe complètement. Cette formidable mobilisation populaire ne sera pas toujours possible. Le régime ne peut tomber qu’aujourd’hui, tant que les Tunisiens sont unis et portés par la même vague de colère. Ce qui fait peur, ce n’est pas le « chaos », mais « l’ordre » qui a jusque là étranglé les libertés et les aspirations sociales et économiques du Tunisien et que les hommes du RCD veulent à présent sauver. Alors, Tunisiens, encore un effort !

Nous comptons sur votre révolution. Si elle réussit, elle sera la Révolution française du monde arabe. Si elle échoue, elle n’ajoutera qu’amertume à notre façon de voir l’avenir, après l’échec algérien et les déboires de la démocratie en Mauritanie.

Tunisiens, encore un effort !

Naravas

_____________________________


Quelques liens :

Les intellectuels bougent :

- Réaction : les propos de Noam Chomsky sur la révolution tunisienne.

- Intellectuels tunisiens et algériens réagissent : Hélé Béji, Abdelwahab Meddeb et Lahouari Addi.

- Sophie Bessis, Abdelwahab Meddeb et Sihem Bensedrine réagissent sur France Inter.


Posté par Naravas à 16:07 - NOUVELLES DU MAGHREB - Permalien [#]