angles de vue...

Point de vue africain sur des questions de la culture et de l'actualité. Petit journal des idées de l'auteur. Les rêves et l'imagination d'un homme qui a vu sourire les étoiles et qui s'est promis de sentir le parfum de toutes les matinées embaumées.

01 avril 2009

Fellag et la colonisation

Fellag et la colonisation

 

 

Fellag___Djurdjurassique_Bled           Dans le concert d'applaudissements qui accompagne la montée actuelle de Fellag, j'ai le triste devoir critique de rappeler ici quelques passages qui firent mon malaise devant les spectacles de ce grand comédien. Sans doute, me diriez-vous, on peut rire de tout, sans doute que le genre du one man's show s'y prête plus que jamais, mais encore faudrait-il en rire consciemment…

Quelques extraits de son spectacle Djurdjurassique Bled :

 
« Ce soir je vais vous dire la vérité crue et nette, eh bien tout ça n'a commencé ni en 1991, 88, 62 ou 1926, ça a toujours été comme ça !!! Depuis la nuit des temps ! Parce que nous sommes un peuple trop nerveux ! On n'arrive à rien faire sur la longueur. Soit on se contente de rien, soit on veut tout, tout de suite ! »
 
« Et petit à petit, au fond des océans, des marécages, et des rivières, de petites larves microscopiques sont nées, elles étaient toutes destinées à devenir quelques millions d'années plus tard le règne animal, végétal et humain. Toutes ces petites larves-là, elles étaient tranquilles, elles attendaient l'évolution, elles attendaient Darwin ! Mais les larves qui étaient programmées pour devenir nos ancêtres les Berbères, déjà là en tant que larves, elles étaient là : la, la laaa ! [gestes d'énervement, d'impatience et d'excitation] ... [une larve à sa voisine :] Allez, dégage-toi, soit maudite ! Je vais rester trois milliards d'années pour devenir un Berbère, moi ?!!! Moi je veux [ça] tout de suite, moi ! Inna dine Darwin ! [Que Darwin soit maudit !]
 
« Il y a cinq ou six milles ans, la civilisation moderne est née dans le bassin méditerranéen, la civilisation s'est installée partout sur le bassin méditerranéen [geste mimant la succession] et dés qu'elle est arrivée chez nous, Ahhhh ! [interjection algérienne pour faire peur] elle a sauté la civilisation !
Il y avait la civilisation assyrienne, la Mésopotamie, Babylone, Nabuchodonosor, l'écriture cunéiforme, la civilisation égyptienne, les Pharaons, les pyramides, les hiéroglyphes, l'architecture, la sculpture. Les Grecs, ils ont inventé les mathématiques, l'astronomie, la philosophie, le théâtre, la poésie, la démocratie, et chez nous, walouuuu ! [rien de rien !] . D'ailleurs, nos ancêtres, ils allaient se mettre sur la frontière berbéro-égyptienne, et ils disaient aux Pharaons : Ballak a dine yemak ! [Fais attention, que ta mère soit maudite !] Attention, votre civilisation [si] elle rentrait chez nous ! On est, Newkni [nous], on est allergique nekwni [nous]. Les pyramides, ça nous rend nerveux hnaya [nous]. S'il y a un mètre de pyramide qui rentre chez nous, qui passe la frontière, on vous coule ! »
 
« Le parlement grec, un jour, s'est réuni, ils avaient lu le rapport sur le peuple berbère, un rapport qui avait été fait par différents explorateurs grecs, comme Hérodote et bien d'autres, qui sont allés étudier tous les peuples de la Méditerranée, quand le parlement grec a lu ce rapport sur le peuple berbère nerveux et belliqueux, ils ont décidé une chose, ils sont allés voir Hercule, ils lui ont dit : "écoute, tu as déjà fait trop de travaux comme ça, tu te fatigues pour rien du tout, tu as mieux à faire..." Ils l'ont emmené au étroit de Gibraltar, ils l'ont placé au milieu [Fellag écarte ses bras et ses jambes, signes d'effort sur le visage], pour empêcher en cas de dérive des continents l'Afrique du Nord de toucher l'Europe. »

Pour ceux qui connaissent la littérature historiographique coloniale, qui revient longuement sur l'inaptitude du Berbère (ou du Maghrébin) à la civilisation, sur son tempérament rebelle et anarchique, sur son immuabilité historique, sur son caractère permanent et inchangeable, sur la séparation indépassable entre l'Orient arriéré et l'Occident développé, etc. pour tous ceux qui connaissent ces textes-là, Fellag éveille en eux des échos lointains et désagréables...

Naravas   


   

Posté par Naravas à 00:42 - LU, VU, ENTENDU - Commentaires [11] - Permalien [#]

Commentaires

    Après avoir surfé sur la vague de l'humour ethnique, mais en n'ayant pas le talent d'un Gad El Maleh ou d'un Elie Kakou qui savaient dresser des portraits attachants, Fellag surfe peut-être désormais sur la vague du rire décomplexé/ désinhibé aux répliques aux relents douteux. Et je ne parle pas ici de son public algérien.

    Cela dit je suis surprise de lire qu'il connaît une montée actuellement. Il n'y a plus d'humouristes drôles en France?

    Posté par Malak, 01 avril 2009 à 08:24
  • Colonisation et humour

    Bonjour Malak,

    Sans doute ne faudrait-il pas réduire Fellag à cela. Je crois même qu'il se corrige de plus en plus. Mais ce qui me mets personnellement mal à l'aise devant ces passages, ce sont les idées colportées sur les Maghrébins ou les Berbères, qui ont souvent une lointaine origine : je peux mettre à côté de ces extraits des passages d'historiens de la colonisation qui ne disent pas autre chose...
    Je n'ai pas vu l'ensemble de ses spectacles. Mais pour aller dans le sens d'une comparaison avec Gad El Maleh, je trouve que Fellag critique ou fait rarement de l'humour sur la société française. Pourtant, sa vie parisienne ne manquerait surement pas de lui offrir des occasions pour accomplir cet art. On ne peut pas s'empêcher d'interpréter ce trait par rapport aux séquelles de la situation coloniale : l'Européen d'aujourd'hui (héritier de l'Ancien Colonisateur) ne peut être critiqué, il est l'image de la perfection (cf. le passage sur la Suisse) qui nous renvoie sans cesse notre propre imperfection...

    Posté par Naravas, 02 avril 2009 à 17:44
  • Bonjour Naravas,

    En parlant de l'humour ethnique j'avais plus à l'esprit les spectacles de Gad à ses débuts en France, très empreints de marocanité et qui requéraient de parler un peu arabe pour saisir la subtilité de toutes les insultes...
    Quant à Kakou, l'inénarrable Fortunée Sarfati a fait son succès. Les deux humouristes ont évolué vers autre chose. Gad critique certains travers parisiens et se plaint de la "perfection" du blond, quant à Kakou, il avait déjà le professeur corse, l'attachée de presse etc...
    Je ne me rappelle pas avoir vu un enrichissement de la palette des personnages chez Fellag. J'ai le sentiment qu'il continue d'utiliser les ficelles d'un Boujenah ou d'un Smaïn (il y a 15 ans ou plus).

    Posté par Malak, 02 avril 2009 à 18:43
  • Colonisé-Colonisateur

    Salut tout le monde,
    Je voudrais vous citer, quant à moi, un passage de son spectacle "Un Bateau pour l'Australie" que j'avais visionné il y a de cela plus de cinq ans. Alors que j'étais encore adolescent, en plein dans l'adoration pour un occident méconnu, laqeulle adoration je serais amené quelques années plus tard à découvrir n'être qu'un complexe du Colonisé... de fils d'ex colonisé, d'arriéré, de non occidental, tout court. l'extrait, le voici:
    "Vous savez, les français, ça existe encore. Ce matin j'en avais vus deux sur le Boulevard Voltaire... Eh, asmaa, les Algériens, vous pouvez en profiter ce soir, vous pouvez les toucher... il y en a plein ce soir dans cette salle." Et j'en passe.

    Posté par taxsayt, 09 avril 2009 à 10:52
  • Cinq sur cinq

    Merci pour ce passage qui corrobore exactement ce que je dis. Je l'avais complètement oublié celui-là. Je crois qu'on se comprend très bien taxsayt

    Posté par Naravas, 15 avril 2009 à 00:14
  • Peut on rire de tout ?

    N'exagerez vous pas un peu ?

    Gad Elmaleh, je crois , ne s'adresse pas tout a fait au même public que Fellag.

    C'est vrai que pour ma part je prefere Gad ( du moins à ses débuts)justement comprenant moins bien l'humour de Fellag.
    Mais des amis, de la famille, ayant vécu en Algérie semblent se delecter de son humour et y percevoir des nuances qui me semblent, à moi, impossible à discerner.

    Ensuite le problème est de savoir si Fellag a conscience de ce "decalage" (ou caricature) qu'il propose. Je pense que oui.

    Eric et Ramsy disait en conclusion d'un de leur spectacle je crois : "peut on rire de tout ?" La réponse : OUI mais pas avec 'nimporte qui ...

    Posté par Eliakim, 20 avril 2009 à 10:09
  • Référents culturels

    @ Eliakim,

    Je ne crois pas exagérer, je cite le texte de Fellag lui-même, en soulignant quelques passages et en montrant la façon dont ils peuvent être lus. Quant à la délectation, oui, chacun se délecte de son objet de plaisir, certains par exemple n'acceptent que l'humour qui parle du c...(excuse moi l'expression). Ca ne peut donc pas être un critère, la délectation, car on peut prendre du plaisir à tout, même à la misogynie ou à l'homophobie pour certains.
    Ceci dit, je signale que je fais partie du public dont tu parles, connaissant parfaitement les référents culturels de Fellag. C'est pour ça que je m'exprime, d'ailleurs. Je comprends toutefois qu'il est difficile de critiquer un artiste, notamment quand il devient l'objet d'une admiration populaire.

    Bien à toi,

    NVS

    Posté par Naravas, 20 avril 2009 à 23:46
  • Bonjour Naravas,

    Je pense que citer un extrait de sketch d'un comique n'a que peu de valeur.

    En effet il s'agit de mots destinés à produire un décalage, du rire par la représentation que peut en faire les gens.
    Donc lire un humoriste ne sert pas à grand chose si ce n'est, à mon avis, déformer l'essentiel et perdre complètement l'interet du sketch (encore pire quand il s'agit d'un extrait).

    Lorsque que je parlais de délectation ce n'était pas un critère prouvant quoi que ce soit ; en effet on peut aussi se délecter de choses absolument vils.

    Je crois qu'il est difficile de critiquer un artiste tout court ; c'est de l'art qui ne procède pas d'une démonstration rationnelle et logique du décalage (sinon ça ne serait pas marrant du tout) mais, en grossissant les traits a l'absurde quelquefois de manière choquante, et faisant ainsi passer un message "directement à l'émotion".

    Si des gens pensent que les algériens sont fondamentalement mauvais, stupides, incultes, agressifs, inconséquents en regardant les sketchs de Fellag, avouez qu'ils étaient préalablement disposé à le croire.

    Je ne savais pas que Fellag faisait l'objet d'une admiration populaire (étant très critique des algériens).
    En ce qui me concerne j'avoue avoir un peu de mal avec Fellag, je le préfère en tant qu'acteur.

    Posté par Eliakim, 23 avril 2009 à 13:29
  • L'art est-il sacré ?

    Bonjour Eliakim,

    Et bienvenue sur ce blog
    - Pour la question du support, j'aurais en effet pu mettre la video du spectacle à partir de dailymotion : mais on ne peut pas souligner ou mettre en gras un film...
    - Oui, je m'attendais à cet argument, que l'art est au-dessus de toute considération rationnelle, que la seule manière de l'apprécier c'est de le vivre, vraiment et intensément.
    Si tu es partisan de cette idée de l'art, je respecte ton opinion. Pour ma part, je ne crois pas que ce soit vrai : je pense plutôt que ces représentations sur l'art forment l'idéologie professionnelle des artistes (comme il existe une idéologie des médecins, comme sauveurs et "conservateurs" de la vie). C'est à travers cette vision que ce groupe social essaye d'imposer publiquement son travail comme étant un travail sacré, au-dessus de toute réflexion (taxée de sèchement logique, d'incapable de sonder et de transcender le monde créé par l'artiste, condamné à la banalité du monde pauvrement matériel).

    Pour moi, il n'y a rien qui soit au-dessus de la réflexion.

    Amicalement,

    NVS.

    Posté par Naravas, 24 avril 2009 à 13:45
  • "que l'art est au-dessus de toute considération rationnelle, que la seule manière de l'apprécier c'est de le vivre, vraiment et intensément."
    Non il n'est pas au dessus mais "à coté de ".

    "je pense plutôt que ces représentations sur l'art forment l'idéologie professionnelle des artistes (comme il existe une idéologie des médecins, comme sauveurs et "conservateurs" de la vie). C'est à travers cette vision que ce groupe social essaye d'imposer publiquement son travail"
    C'est vrai. C'est pour cela que je dis " à coté de " et non " au dessus de ".
    Je veux dire que c'est de l'humour et que si on veut vraiment voir un éventuel message malsain de l'humoriste , ce sont AUSSI et SURTOUT sur des propos hors sketch qu'il est interessant de "débattre".
    Et la nous déplaçons le débat sur du rationnel et comme toi j'estime que "il n'y a rien qui soit au-dessus de la réflexion." Ecnore faudrait il bien définir ce que veut dire reflexion ( compréhension, raisonnement, logique, culture ...)

    Merci pour la bienvenue. Ton blog est vraiment appréciable et "sain". Ce n'est pas chose courante.
    A bientôt donc

    Posté par Eliakim, 26 avril 2009 à 12:28
  • Ah quand même ...

    http://gerflint.fr/Base/Algerie7/boussahel.pdf

    Posté par toto, 27 février 2015 à 11:14

Poster un commentaire