angles de vue...

Point de vue africain sur des questions de la culture et de l'actualité. Petit journal des idées de l'auteur. Les rêves et l'imagination d'un homme qui a vu sourire les étoiles et qui s'est promis de sentir le parfum de toutes les matinées embaumées.

24 juillet 2009

Extrait du registre des horreurs (1) - Kada Benchiha à l'oeuvre

Extrait du registre des horreurs (1)
 
Kada Benchiha à l'œuvre
 

ais

Si vous êtes sensible, je vous conseille de ne pas lire ce qui suit. Merci de fermer cette page et de changer de site.

            Kada Benchiha était l’émir du GIA pour l’Ouest algérien pendant les années 1990. On rappellera que ce groupe a été fondé par les islamistes radicaux de l’ex-Front Islamique du Salut (FIS) en septembre 1992 (notamment les « Afghans », c'est-à-dire les Algériens revenus au pays après leur participation à la guerre contre les Soviétiques en Afghanistan). Il  se proposait de mener une guerre totale contre le régime (Taghout, Tyran) et ses « soutiens », jusqu’à l’effondrement de celui-ci. Il refusait l’action politique et avait pour slogan : « ni trêve, ni dialogue, ni réconciliation possible ». Concernant ses méthodes, il s’illustrera dans l’horreur la plus inhumaine par l’égorgement de ses victimes, les massacres collectifs d’innocents, la propagation de la terreur, la liquidation des rivaux et des récalcitrants (assimilés aux « communistes »), la recherche effrénée du martyr et le culte mystique de la mort. Un islamiste armé sous pseudonyme fait dans l’extrait choquant qui va suivre le récit de quelques uns des faits de l’émir Benchiha :
 

« Benchiha ne faisait pas de cadeau. Sur un faux barrage, il avait arrêté une voiture suspecte qui avait tenté de faire marche arrière. A bord, se trouvaient un père et sa fille. « Va annoncer la mort de ton père », a dit Benchiha à la fille en la renvoyant au volant du véhicule. Il a ensuite ligoté le père et ses hommes l’ont torturé pour qu’il avoue sa profession.

Pendant quatre jours, le prisonnier est resté attaché à un arbre, sans boire ni manger. Chaque matin, un moudjahid lui coupait un doigt. Au quatrième, il a parlé. Il était adjudant-chef dans l’armée. Benchiha a conclu qu’il n’était pas intéressant et il l’a achevé avec une scie à métaux.

Quelques semaines plus tard, alors que l’émir était descendu en ville, il a vu à la télévision un reportage sur la promotion d’une école de police. Le commentateur a annoncé qu’elle porterait le nom d’un colonel, mort en service commandé. Comme il avait gardé les papiers du type qu’il avait torturé, Benchiha découvrit que c’était bien le même homme. L’adjudant était en réalité colonel, un grade très élevé dans l’armée algérienne. Benchiha s’en est voulu de ne pas avoir pu lui extorquer de précieux renseignements. […] Il n’avait pas été assez dur et s’était juré de ne plus commettre la même erreur.

Plus tard, il avait récupéré un moudjahid soupçonné d’être un indicateur infiltré dans le maquis. […] L’accusé niait. Il maintenait qu'il était professeur. […] Ses hommes [de Benchiha] embarquaient le suspect et le torturèrent au couteau. Le « professeur » voyait ses doigts tomber un à un. Il hurlait de douleur en clamant son innocence. Ce fut ensuite le tour des oreilles. Lorsque la lame coupa la première, il s’effondra. Il savait que, s’il ne parlait pas, les Afghans de Benchiha allaient le découper en petits morceaux. Il avoua qu’il était lieutenant dans la SM [Sécurité Militaire, services de renseignements algériens]. Croyant sauver sa peau, il répondit à quelques questions sur son travail. Puis, un moudjahid l’égorgea. »

Forestier Patrick, Confession d’un émir du GIA, en collaboration avec Ahmed Salam,
Paris, Grasset, 1999, pp. 91-92.

Naravas

Posté par Naravas à 14:37 - CONNAISSANCE DE L'ISLAMISME FONDAMENTALISTE - Commentaires [19] - Permalien [#]

Commentaires

    Ils nous attendent encore plus de naïfs

    C'est le sort qui sera réservé à tous les naïfs et autres sympathisants "mous".

    Les lecteurs sont prévenus.

    Posté par Abd El Maakir, 24 juillet 2009 à 17:53
  • réveil

    (je suis sûr que certains seront plus choqués par cet avertissement républicain que par la réalité de l'avenir que nous réservent les islamistes armés)

    Posté par Abd El Maakir, 24 juillet 2009 à 17:58
  • Mouton

    S'il l'avait tourné vers la Mecque et s'il avait prononcé la formule rituelle alors ce jeune professeur aurait été Halal et il aurait pu le consommer en méchoui. L'horreur n'a pas de limites et la réalité dépasse souvent la fiction. "C'est ainsi que ces hommes vivent" (Reggiani).
    bien à vous.
    MALI

    Posté par MALI, 24 juillet 2009 à 18:10
  • Déja fait

    Mali,des discussions sur la manière d'égorger "islamiquement" des "koufars" ont déjà eu lieu (sur des forums), notamment après les actes barbares commis par Al-Zarqaoui.

    Dans le cas de l'islamisme armé algérien, c'était les couteaux qui ne devaient pas êtres trop aiguisés: il ne fallait pas faire de fleur au captif. Une mort rapide et "clean" est une mort indûment clémente.

    Ces bouchers vont revenir et avec la bénédiction des populations musulmanes.

    Posté par Abd El Maakir, 24 juillet 2009 à 18:29
  • mariage de violeurs

    On m'a raconté (mais à vérifier) qu'avant de violer collecticement leurs concitoyennes les barbus, bandants, lisaient la Fétiha devant témoins ce qui fait de leur viol infecte un acte admis par dieu (zaouaj el moutaa). est il exact que ces minables auraient poussé aussi loin l'absurde et la barbarie?

    Posté par MALI, 25 juillet 2009 à 11:47
  • Noces barbares

    Cette ritualisation est tout à fait "pensable" et "faisable" du point de vue théologique, sans pour autant qu'elle soit systématique (les "captives" sont d'office sous la férule du maître islamique en guerre).

    Durant la révolution de Khomeini, comme il était interdit de tuer des "vièrges", les partisans les violaient avant de les tuer. Sans quoi c'était un "péché"...

    Posté par Abd El Maakir, 25 juillet 2009 à 12:02
  • Il est vraiment bien ton blog Naravas.

    au plaisir de lire de nouveaux articles.

    Cordialement Tun-68

    Posté par tun-68, 26 juillet 2009 à 10:59
  • l'horreur n'a aucune limite

    ils suivent à la lettre les préceptes de leur gourrou sans réfléchir ! parce qu'il ne savent pas le faire !

    Posté par ex-muse, 27 juillet 2009 à 16:18
  • Le rituel et le sectaire

    @ Abdelmakir :
    Pendant les massacres abominables en Algérie, j'ai entendu certains accuser les journaux de pessimisme, car ils racontaient ce qui se passait dans le détail. La faute serait donc aux journaux indépendants, non aux égorgeurs...

    @ Mali :
    Il y a assurément un côté rituel dans les égorgements, en plus de la nécessité d'économiser des balles et de la vengeance qu'on tirait en exécutant sauvagement un ennemi considéré comme le soutien du Taghout (Tyran). Les membres du GIA était obsédés et aveuglés par l'envie de mourir en martyrs et de rejoindre vite le paradis. L'envie de vivre dans une société corrompue et impie est assurément moins forte que celle d'intégrer le paradis promis aux combattants.
    Quant aux soi-disant mariages conclus dans les maquis, ils étaient en effet expéditifs, une simple fatiha suffisait dans certains cas en effet.

    @tun-68 :
    Merci à toi ! Tu es le bienvenu sur ces pages

    @ ex-muse :
    Parfois, on se demande vraiment s'ils suivent quelque chose, à part l'envie de tuer le maximum et de la façon la plus horrible...
    Mais tu as raison, il y a un côté sectaire dans ces comportements.

    Posté par Naravas, 27 juillet 2009 à 23:59
  • Pfff ramassis de déchets, la vérité c'est que ces barbus comme vous les appelaient allaient démocratiquement gagner les élections et que l'armée algérienne a tout annulé. Et si vous affineriez vos recherches au lieu de médire sur les musulmans, vous saurirez que ces actes ont été commis par des agents infiltré de l'armée. Vive l'islam!!!!!!

    Posté par toonssi91, 18 août 2009 à 00:59
  • Témoignage contre parti pris idéologique

    @ toonsi :

    Tu as devant toi un témoignage où un islamiste armé, émir de son groupe, te dit avoir commis ou vu commettre par ses "collègues terroristes" des meurtres, des atrocités, des choses horribles, qui te fournit des dates, des lieux et des noms précis et vérifiables, qui te dit qu'il a fait ça par conviction et pour l'instauration d'une République Islamique, qui te dit ne rien regretter de ce qu'il a fait et tout ce que tu lui réponds, c'est "non, ce n'est pas toi qui a commis cela, ce sont les services secrets algériens". Sur la base de quoi dis-tu cela ? Sur la base de la désinformation menées par les relais du FIS à l'étranger ? Que vaut cette désinformation face au témoignage véridiques des auteurs d'assassinats ? Pourquoi un émir avouerait-il des crimes qu'il n'a pas commis ?

    Ton parti pris dans cette affaire me semble clair. Tu identifies d'abord l'islam à cette idéologie obscurantiste promue par le FIS et ses relais armés, ce qui est très grave ! Ensuite, tu imputes tout à l'armée algérienne ( c'est la thèse du "qui tue qui") pour blanchir tes frères idéologiques. Pourtant, ces frères armés (GIA, AIS, FIDA, etc.) revendiquent fièrement leurs statuts de "moudjahidines" et leurs crimes innommables, sans aucune ambiguité possible

    De plus, ce post est une longue citation qui ne parle pas de thèses politiques mais fait la description de la vie des "Afghans" dans le maquis. Tu ne vas pas finir par nous dire que les "Afghans", les "maquis algériens", et les tueries n'existent pas ?...

    Posté par Naravas, 20 août 2009 à 16:09
  • tous celui qui accusent l'armée algerienne dans les massacres et lui meme et le vrai chef des des barbus des islamistes des egorgeurs et lui meme egorgeurs . l'armée proptege le peuple et grace a notre victorieuse armée que nous avons libéré l'algerie des egorgeurs.ils ont commencé leurs leurs acte bien avant .qui se souvient de bouaili .de abbassi el madani le traitre et ali belhadj .qui se souvient de.................

    Posté par salima, 25 février 2010 à 14:47
  • c'est l'armée algerienne etb vvive l'armée algerienne du simple soldat au grade de general. tous ils ont aimé leurs pays. le lache c'est bien chadli

    Posté par salima, 25 février 2010 à 14:50
  • je suis ta soeur pourquoi tu veux me tuez,je suis ta soeur pourquoi tu veux m'egorger. je veux te tuer pour aller au paradis je suis un barbus.tu n'est pas ma seour

    Posté par salima, 04 mars 2010 à 17:35
  • colère

    @ salima :

    Je suis désolé de supprimer un de tes commentaires, qui renferme des connotations racistes. Ta colère est compréhensible, mais essayons de nous exprimer plus sereinement...

    Posté par Naravas, 26 mars 2010 à 16:37
  • lesbarbus

    les barbus ont voulu faire agenouillir l'algerie. ils tuent femmes . hommes villeirad. jesuis un anciende l'armée.mais voilabouteflikaont dernierlieu leurs donnent raisons et les terroristes sont bien et mieux payés que les militairessous officiers retraités qui sauvés le pays de ces tyran. bouteflika leurs donnent avantages

    Posté par salima, 14 octobre 2010 à 15:23
  • barbares!!

    Si les barbus on un jours l'arme nucléaire , ils détruiront toutes vies sur terre, Voyez seulement ce qu'ils fonts à leur propres enfants, aucuns respect de l'humanité. alors l'lslam , paix et tolérance mon n' oeil!!

    Posté par c.i.a, 19 décembre 2010 à 19:37
  • pas d'augmentation de saliare

    pas d'augmentatioin de salaire pour les retraités militaires qui ont combattu les terroristes. l'augmenation sauf a ceux qui n'ont pas combattu le terrorisme. jm'en doute pas que bouteflika est bien complice. lui meme l'emir du terrorisme puisqu'il vient de diviser l'armée algerienne.

    Posté par salima0, 19 novembre 2011 à 15:56
  • pas d'augmentation de salaire

    pas d'augmentation de salaire pour les retraités militaires et moudjahidines. l'augmentation de salaire est pour les terroristes et il ne faut pas y toucher

    Posté par algérie, 03 décembre 2011 à 18:12

Poster un commentaire